Étiquettes des archives : on the road again

La Hague est vague ; mais pas sa plage !

Depuis Utrecht, nous nous sommes dirigés vers l’ouest, cette fois en voiture, direction La Hague. Il était temps qu’on soit jugé, non pas à la cour pénale, mais lors de discours approfondis : mon premier à la Conférence ISCC Protecting Bits and Atoms, mais je vous en dirai davantage tout à l’heure.

A la veille de la conférence, je me suis consacré à un de mes passe-temps préférés : me promener autour du lieu que je visitais pour affaires. Il s’agissait cette fois-ci du siège du Gouvernement néerlandais et du Parlement (ne pas confondre avec la capitale néerlandaise, Amsterdam).

Que peut-on en dire ? Impression globale, en un mot : sans intérêt ; en trois mots : un peu ennuyeux. Bien qu’il s’agisse d’une ville côtière dotée d’une merveilleuse plage (voir ci-dessous), elle était un peu trop tranquille à mon goût. Mais là encore, c’est parce que nous sommes en basse saison. Il y avait peu de monde, à la fois en ville et le long de la côte. « Tout comme à minuit en Norvège au nord du cercle polaire : le soleil brille mais personne ne se trouve autour » disait mon compagnon de route A.B.  » En effet A.B. Ou tout comme à minuit en Islande  » ai-je répliqué.

La seule chose que je pourrais dire en faveur de La Hague est : sa plage est tout simplement incroyable !

Art moderne le long du bord de mer :

En lire plus :La Hague est vague ; mais pas sa plage !

Semi-marathon de Londres.

En général, lorsque je poste un article sur le blog, je procède avec le mode opératoire suivant : s’il n’y a pas assez de photos, je compense avec du texte, et s’il y a plein de photos, je les laisse parler d’elles-mêmes pour combler le manque de mots.

Aujourd’hui mes amis, il y aura peu de texte. Telle est la caractéristique de la capitale du Royaume-Uni : il y a tellement à voir et à prendre en photo. J’y étais le week-end dernier avec mon compagnon de voyage A.B, tout aussi passionné de Londres, où nous avons entamé un véritable semi-marathon photographique le long des bords de la Tamise que je n’avais pas eu l’occasion de contempler auparavant, et dont j’ai pris des photos dans les moindres détails.

La nuit antérieure à notre photo-marathon, nous avons séjourné dans mon hôtel favori de la capitale : le Ham Yard, pas un des plus près de la Tamise, mais juste comme il faut : notre « pré-échauffement » avant d’aller à la rivière a d’abord commencé par notre visite de la Cathédrale Saint-Paul, et pour cela nous avons bien entendu grimpé jusqu’à son fameux dôme…

london-uk-spring-stroll-1

Prendre des photos et vidéos est interdit dans l’enceinte de la cathédrale, mais les vues d’en haut et tout autour sont tout simplement spectaculaires, une parfaite image de fond d’écran d’ordinateur.

En lire plus :Semi-marathon de Londres.

Flickr photostream

Instagram

Fromage & Bière à Tel Aviv.

Toutes les affaires ayant été conclues en Israël, il est temps désormais de laisser place au repos et à la détente pour une promenade tranquille de printemps sous le soleil de Tel Aviv.

tel-aviv-israel-1

Selon moi, le printemps est la meilleure période de l’année à Tel Aviv. L’été est tout simplement oppressant, extrêmement chaud et terriblement humide, me faisant penser à cette phrase de Bulgakov : « Trois grandes heures s’étaient écoulées depuis le moment où le cortège avait commencé à gravir la colline, et, déjà, le soleil descendait par-delà le mont Golgotha. Mais la chaleur demeurait intolérable. » Bon d’accord, il parlait de Jérusalem, mais c’est quand même à 50 km d’ici… Je m’égare.

En lire plus :Fromage & Bière à Tel Aviv.

Insérez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog

Retour aux sources.

Novorossiysk est aussi ma ville natale ! J’y suis né il y a 50 ans et demi. J’ai vécu plusieurs années dans cet immeuble situé au 21 rue de la Révolution de 1905. Nous avons ensuite déménagé au début des années 70 vers la ville de Khlebnikovo, aux alentours de Moscou, là où j’ai commencé à aller à l’école.

Voici le numéro 21 :

Dans cette cour, je jouais au bac à sable, j’ai appris à faire du vélo, et à grimper dans les abricotiers et les mûriers… Ah nostalgie quand tu nous tiens !

En lire plus :Retour aux sources.

Novorossiysk : la meilleure ville de Russie ?

L’autre jour, notre directeur exécutif (E.D) a reçu une note qui contenait le programme de mon prochain voyage d’affaires :

  • Krasnodar : rencontre avec le gouverneur régional, signature des accords de coopération;
  • Krasnodar : rencontre avec nos partenaires commerciaux;
  • Krasnodar : Conférence à l’Université d’État du Kouban;
  • Vol à destination de Novorossiysk;
  • Novorossiysk : rencontre avec nos partenaires commerciaux;
  • Novorossiysk : visite du port de la ville.

La note était accompagnée d’un bon de commande de location d’hélicoptère pour se rendre de Krasnodar à Novorossiysk. Le nom de la compagnie possédant l’hélicoptère n’était autre qu’Abrau-Durso, plus connu (localement) comme étant le producteur de vins et champagnes !

« Aha. Je commence à comprendre. S’agit-il réellement d’un voyage d’affaires ?! » en tout cas bien joué E.D. :).

Hélas, nous n’avions pas le temps de faire un tour à l’entreprise vinicole pour une petite dégustation. Vous voyez E.D, c’était du vrai business. 🙂

Les vues depuis l’hélicoptère étaient spectaculaires :

En lire plus :Novorossiysk : la meilleure ville de Russie ?

+1 : Krasnodar (la ville où il fait bon vivre).

J’aime les listes. J’aime les comparaisons. C’est pourquoi j’ai dressé il y a quelques temps une liste des villes où je suis allé en Russie. A ma grande surprise, j’ai été étonné de constater que je m’étais rendu dans plus de villes américaines que de villes russes ! Bon d’accord seulement deux, 16 contre 14 mais quand même ! Comment et pourquoi ? Ça me parait étrange. (Voici ma méthode de calcul et la liste des villes parcourues).

Qu’iiimporte, je viens tout juste d’ajouter une autre ville à ma liste russe : Krasnodar.

Qu’est-ce que je peux vous en dire ? Krasnodar est un lieu vraiment agréable, et tout particulièrement son centre-ville. Il est propre et soigné, rayonnant et coloré, joliment entretenu et modernisé, tandis que le soleil brille dans un ciel bleu clair imprégné d’une sensation printanière. En résumé, mes impressions étaient plus que positives.

Les week-ends, l’accès à la rue principale Krasnaya [Rouge] est interdite aux véhicules, et fait place à une zone piétonnière. Quelle bonne idée ! Hélas, nous y étions en semaine et n’avons pas eu la chance d’y flâner parmi la foule.

En revanche, nous avons fait plein d’autres choses. Un événement officiel avait lieu en présence des autorités locales, suivi d’une série de meetings avec nos partenaires commerciaux de la région. J’ai également donné une conférence à l’Université d’État du Kouban devant une salle comble où je me suis littéralement retrouvé submergé de questions de la part d’étudiants curieux en cybersécurité : pas toujours évident à gérer…

Pour voir les meilleures questions, c’est par ici 🙂

Les anecdotes amusantes :

Dans les hôtels russes, j’ai eu… comme un moment de « dissonance cognitive chronique ». J’avais bien cette sensation d’être dans un hôtel mais tout était indiqué en russe, y compris le personnel, pas d’anglais ni d’autres langues. Etrange ! Je suis tellement peu habitué aux voyages d’affaires dans mon propre pays !

russia-krasnodar-12

La nourriture ici est sensationnelle, pas chère et tellement bonne ! Miam.

Sayez, Krasnodar est une ville de plus sur ma liste et je dois dire que j’en garde une très bonne impression. J’y retournerai un jour…

Krasnodar : « la ville où il fait bon vivre », pour moi en tout cas…

DU MEXIQUE À LA CHINE.

Votre attention s’il vous plait ! Faites place à l’histoire digne d’une émission de télé de l’aéroport de Tijuana ! Je commence dès à présent une téléréalité sur les aventures d’un voyageur tentant de voler du Mexique à la Chine. Bienvenue à bord !

La manière la plus commode pour aller de Cancún jusqu’en Chine est de prendre le vol Cancún -> Mexico -> Shanghai (avec un arrêt pour faire le plein). Cette fois, prendre cet itinéraire a été un échec cuisant. L’Aéroport international de Shanghai-Pudong a été fermé pour raisons techniques, à cause d’un épais brouillard. Je me suis donc rendu à Tijuana, une ville au nord-est du Mexique, attendant le départ.

Il s’agit d’une région isolée du Mexique, la plupart des gens n’iront jamais là-bas et vous n’en aviez probablement jamais entendu parler. Ce n’est pas pour autant que ça ne la rend pas intéressante ! Elle est connue comme étant la troisième ville la plus riche du pays (après Cancún et Mexico). Peut-être est-ce dû à sa proximité avec les Etats-Unis, qui y ont implanté toutes sortes d’usines de fabrication et utilisent les infrastructures médicales locales bon marché (mais cependant respectables). Tijuana est aussi un des lieux où le taux de criminalité est le plus élevé du Mexique, avec les trafics de drogues et de migrants illégaux. Dommage… Car le centre-ville a l’air pas mal depuis la vue de mon hôtel, elle pourrait tout à fait être une ville de Californie ou de Floride ou similaire.

Tijuana-airport-1

En lire plus :DU MEXIQUE À LA CHINE.

UN LONG PÉRIPLE À TRAVERS LES ALPES.

Il serait vraiment dommage de partir dans les Alpes, au cœur du domaine skiable alpin italien sans enfiler une paire de skis et goûter aux pistes de la vallée environnante. Ça faisait un petit moment déjà que je n’avais pas skié… la dernière fois c’était en 2012 ! J’avais coutume de passer un week-end ou deux dans les Alpes chaque hiver. Ces derniers temps, j’avais trop d’affaires importantes à régler et je n’avais pas vraiment eu l’occasion de faire une pause ski au point que mes jambes n’en puissent plus et que mes mains commencent à trembler. Il semblerait que j’ai eu de la chance cette fois ci : trois jours et demi de piste pour profiter des paysages alpins ! Les Alpes sont sensationnelles en hiver ! // En été, elles doivent l’être tout autant, même si je n’y suis pas encore allé à cette période de l’année 🙂

livigno-italy-ski-1

A rare ski experience out of the business hours // Немного укатайки между делами

A photo posted by Eugene Kaspersky (@e_kaspersky) on


En lire plus :UN LONG PÉRIPLE À TRAVERS LES ALPES.

LA NUIT DE LA MARMOTTE.

Quatrième jour sur les routes, troisième pays : Moscou > Barcelone, > Nuremberg > Milan. Une nouvelle ville implique un nouvel agenda : des réunions d’affaires, des interviews et des présentations. Du matin jusqu’au soir. Ensuite, s’entame une course folle jusqu’à l’avion, un nouvel hôtel, vous défaites votre valise, vous allez vous coucher, le réveil sonne, vous refaites votre valise, et vous êtes de nouveau sur les routes. C’est ce que j’appellerais « la nuit de la marmotte ». J’emploie le terme « nuit », parce que les jours ne se ressemblent pas et que chacun d’entre eux est incroyable.

En ayant des vols réguliers, il m’est devenu problématique de suivre le rythme, c’est le moins que l’on puisse dire. Cependant, mon compagnon de route A.B et moi-même avons eu la chance de voler dans ce « colibri » Cessna Citation II.

Avant, il y a quelque temps, je comptais les villes que j’avais visitées en Russie et aux Etats-Unis et je comparais leurs nombres. Vous pouvez cliquer sur ce lien pour voir de quoi il s’agissait. J’utilise la même approche cette fois en regardant attentivement la carte de l’Allemagne et en compilant la liste des villes où je suis allé… Voilà où je veux en venir :

Hambourg, Hanovre, Berlin, Magdebourg, Bochum, Düsseldorf, Bonn, Wiesbaden, Mayence, Eisenach, Würzburg, Nuremberg, Ingolstadt, Munich, ça fait un total de 14 villes, tout comme en Russie. Oh, et les arrêts brefs à Wolfsburg, Cologne et Koblenz ne comptent pas vraiment.

Je suis passé à Nuremberg quelques fois (sur le trajet Hanovre/CeBIT <-> pistes de ski), mais je n’avais jamais visité la ville en elle-même auparavant. Et bien désormais, c’est chose faite. C’est une très jolie ville allemande, typique de la Bavière, pour être plus précis, de la Franconie. Voici à quoi elle ressemble :

A ce sujet, il m’est arrivé un problème propre aux voyageurs en série comme moi. J’ai oublié le numéro de ma chambre d’hôtel. En réalité, c’est quelque chose de commun chez les personnes qui voyagent énormément. Ce qui est amusant c’est que vous n’avez aucun problème à vous rappeler du numéro de chambre de l’hôtel dans lequel vous aviez séjourné la veille. Parfois, il vous arrive même de vous souvenir du code Wifi. Le hic est que ça ne vous servira pas à grand-chose de vous remémorez tous ces numéros si vous êtes censé dormir dans la chambre du jour même où vous séjournez :).

Heureusement, cette situation embarrassante ne se produira pas aujourd’hui. L’hôtel est vraiment petit, ils se souviennent tous de la tête de leurs hôtes et remettent personnellement la grosse clé en fer de la chambre à leurs convives.

Le reste des photos de Nuremberg est ici.

LES GROSSES ATTRACTIONS DE BARCELONE

Barcelone, ça faisait longtemps que je ne m’y étais pas rendu, depuis ma dernière visite, lors du Congrès Mondial de la Téléphonie Mobile, en 2012, il y a quatre ans de cela. Ceux qui pensent que c’est un pêché, pardonnez-moi. Et oui, moi aussi je considère que c’est mal. Ceci dit, c’est plutôt amusant de lire quelques-uns de mes anciens récits de voyage !

Cessons d’être nostalgiques, laissez-moi revenir au présent et continuer mon histoire. —>

L’Exposition a beaucoup évolué au cours de ces quatre dernières années. Elle était connue pour être un évènement très important, quoi que très centré sur les portables / smartphones avec une atmosphère locale bien présente. Aujourd’hui, elle a évolué comme étant une énorme exposition mondiale semblable à l’échelle du Salon Consumer Electronics Show à Las Vegas, ou à l’immense exposition CeBIT à Hanovre… ou du moins ce qu’il en était. Malheureusement, et pour certaines raisons, les participants internationaux de CeBIT sont partis ailleurs. Le bon vieux méga CeBIT a cessé d’être dans toutes les langues du monde, devenant une exposition informatique clairement en langue allemande, ce qui est navrant.

D’accord, cessons d’être pessimistes. Il est temps pour moi d’aller à l’essentiel.

Le Salon de Barcelone est désormais différent ! Il y a huit pavillons énormes, presque tous débordant de stands et de foules de visiteurs affairées autour des expositions. L’ambiance est vraiment terrible, dans le bon sens du terme.

Nous sommes également présents sur le Salon ici :

En lire plus :LES GROSSES ATTRACTIONS DE BARCELONE