Notre fan club a bien grandi !

Si au cours d’une conversation j’ai le malheur de dire que Kaspersky a un fan club on me demande immédiatement pourquoi. Comment se fait-il qu’une entreprise qui vend des antivirus ait un fan club ? Il y a plusieurs raisons : parce que depuis longtemps nous proposons des protections antivirus mais aussi bien d’autres choses, parce que notre entreprise est toujours très active et propose des choses amusantes et intéressantes, et enfin parce que les gens veulent s’impliquer dans les actions menées par Kaspersky même s’ils ne font pas partie du personnel. Puis c’est assez sympa d’avoir un fan club.

 

Toute cette histoire a commencé il y a 13 ans (le temps passe si vite) lorsque nous avons lancé la version 6 de notre produit et que le secteur de la sécurité informatique en a fait l’éloge. Nous publiions presque tous les jours de nouveaux apports sur notre forum et des dizaines de volontaires s’emparaient immédiatement de ce code brut mais prometteur afin de l’installer et de le tester pour comprendre son fonctionnement. Je pense qu’à cette époque leur principale motivation était la sensation que les développeurs (toute l’équipe, sans exception, suivait le forum) incluaient immédiatement les remarques qui figuraient dans les rapports de bugs et les fonctions demandées. Les utilisateurs aimaient avoir leur mot à dire sur l’apparence, le comportement et l’avenir d’un logiciel connu.

Les utilisateurs n’ont pas perdu ce pouvoir puisqu’ils peuvent encore avoir une influence sur nos produits. Tous les jours, notre département de recherche et développement teste les nouvelles versions de nos produits, désormais nombreux et très divers, sans oublier une dizaine d’applications pour mobiles. Les membres de notre fan club sont toujours impliqués dans ce processus d’évaluation. Les fans sont intéressés puisqu’ils peuvent jouer avec les derniers apports, tester les nouvelles fonctions et détecter les bugs. C’est pourquoi ils participent à ces tests des dernières versions bêta. Il est aussi assez agréable d’avoir la possibilité d’utiliser ces nouveaux produits quelques mois avant tout le monde. Nous ne nous contentons pas de remercier et de féliciter nos amis… mais nous en parlerons un peu plus tard. En lire plus :Notre fan club a bien grandi !

Un guet-apens pour les logiciels malveillants

Je n’ai pas vu le sixième volet de la saga Mission Impossible et je ne pense pas le voir un jour. J’ai enduré le cinquième jusqu’au bout, dans un état absolument zombifié, de retour chez moi après un vol long-courrier et une semaine difficile, uniquement parce qu’une scène a été tournée dans notre tout nouveau bureau moderne à Londres. Et c’était un Mission Impossible de trop, vraiment. Non, ce n’est pas pour moi. Slap, bang, smash, crash, pow, wow. Non, je préfère quelque chose d’un peu plus stimulant, qui fasse réfléchir et qui soit tout simplement intéressant. Après tout, j’ai déjà très peu de temps à perdre !

Je suis vraiment en train de manquer de respect à Tom Cruise et compagnie, n’est-ce pas ? Mais attendez un peu. Je dois leur donner ce qu’ils méritent pour au moins une scène assez bien faite (c’est-à-dire, qui fasse réfléchir et qui soit tout simplement intéressante !). Celle où les gentils ont besoin d’un méchant pour dénoncer leurs collègues méchants, ou quelque chose comme ça. Ils ont donc mis en place un faux environnement dans un « hôpital » avec « CNN » sur la « télévision » diffusant un reportage sur l’Armageddon atomique. Tout à fait satisfait que son manifeste apocalyptique ait été diffusé dans le monde entier, le méchant abandonne ses copains (ou était-ce un code d’accès ?) après avoir passé un accord avec ses interrogateurs. Oups. Voilà la vidéo.

Pourquoi est-ce que j’aime tant cette scène ? Parce qu’en fait, elle explique très bien l’une des méthodes de détection… de cybermenaces jamais vues auparavant ! Il existe en fait de nombreuses méthodes de ce type, elles varient selon le domaine d’application, l’efficacité, l’utilisation des ressources et d’autres paramètres (j’en parle régulièrement ici). Mais il y en a toujours une qui semble se démarquer : l’émulation (sur laquelle j’ai également beaucoup écrit ici avant).

Comme dans le film Mission Impossible, un émulateur lance l’objet étudié dans un environnement artificiel isolé, ce qui le pousse à révéler sa malveillance.

 

Mais cette approche présente un inconvénient sérieux : l’environnement est artificiel. L’émulateur fait de son mieux pour que cet environnement artificiel ressemble autant que faire se peut à un environnement de système d’exploitation réel, mais de plus en plus de logiciels malveillants intelligents parviennent toujours à le distinguer de la réalité. L’émulateur voit alors comment le logiciel malveillant l’a reconnu, le regroupe et améliore son émulation, et ainsi de suite dans un cycle sans fin qui ouvre régulièrement une fenêtre de vulnérabilité sur un ordinateur protégé. Le problème fondamental est qu’aucun émulateur n’a encore été le portrait craché d’un vrai système d’exploitation.

D’autre part, il existe une autre technique d’approche de l’analyse comportementale des objets suspects : l’analyse sur une machine virtuelle, sur un système d’exploitation réel. Et pourquoi pas ? Si l’émulateur n’y met jamais un terme, laissez une machine réelle, quoique virtuelle, essayer ! Ce serait l' »interrogatoire » idéal, mené dans un environnement réel et non pas artificiel, mais sans conséquences négatives réelles. En lire plus :Un guet-apens pour les logiciels malveillants

Flickr photostream

Instagram

Cyber-histoires du côté obscur : hypocrisie informatique, œil pour Mirai et dent pour dent, le GCHQ vous surveille et éloignez-vous de BlueKeep.

Bonjour les amis !

Commençons par les bonnes nouvelles…

« La plus testée, la plus récompensée » encore une fois.

AV-Comparatives, laboratoire reconnu de tests indépendants, a récemment publié les résultats de son étude annuelle. L’entreprise a interrogé plus de 3000 personnes dans le monde entier vers fin 2018. Une des 19 questions était la suivante : Quelle solution de sécurité anti-malware utilisez-vous principalement sur votre ordinateur de bureau ? Devinez quelle marque figure parmi les premières en Europe, Asie et Amérique du Sud/Centrale ? Oui : K ! Nous occupons la seconde place en Amérique du Nord mais je suis convaincu que cette situation n’est que temporaire. De plus, nous avons été choisis en Europe comme la solution de sécurité la plus souvent installée sur les smartphones. Nous occupons aussi la première place de la liste des entreprises que les utilisateurs demandent le plus souvent d’essayer, tant au niveau personnel que professionnel. Génial ! Nous adorons passer des tests et vous savez pourquoi ! D’ailleurs vous pouvez obtenir plus de renseignements sur les tests indépendants et les commentaires qui parlent de nos produits.

« Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. » Matthieu 7:5.

En mai, nous avons à nouveau découvert une porte dérobée qui offre des caractéristiques très utiles pour faire de l’espionnage. Quels dispositifs technologiques sont affectés par cette porte dérobée ? Les russes ? Les chinois ? En réalité, il s’agit (à nouveau) de Cisco. Y-a-t ‘il eu une tempête médiatique ? Cette histoire a-t-elle fait la une pendant des semaines ? De nombreux articles sur les menaces en matière de sécurité nationale ont-ils été publiés ? A-t-il été question d’interdire les appareils de Cisco en dehors des États-Unis ? Quoi ? Vous n’en avez pas entendu parler ? Pourtant tout cela a eu lieu pendant que Huawei se faisait lyncher internationalement alors qu’il n’y avait pas de porte dérobée ni de preuve irréfutable.

source

En lire plus :Cyber-histoires du côté obscur : hypocrisie informatique, œil pour Mirai et dent pour dent, le GCHQ vous surveille et éloignez-vous de BlueKeep.

Insérez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog

Earth 2050 : comment nous voyons le futur

Vous avez peut-être vu que notre entreprise a connu de grands changements la semaine dernière, mais cela n’a rien de nouveau pour nous ! Depuis que nous avons fait nos débuts, il y a 22 ans, nous n’avons cessé de changer, changer, et encore changer pour nous améliorer, évidemment. Les modifications font partie de notre profession ! Nous vous expliquons pourquoi…

Ne pas comprendre le développement des technologies ne serait pas de bon augure pour notre futur, et je ne parle pas seulement de nos ventes. Ce que je veux dire par là c’est qu’il n’y aurait peut-être personne pour acheter nos produits.

Je rigole 😊

Je suis certain que le monde se porterait bien. Le monde change à cause des technologies, mais c’est pour le mieux. Il est certain que de nouvelles possibilités apportent de nouveaux risques, mais il en a toujours été ainsi.

Notre travail consiste à reconnaître ces risques, à les supprimer, et à les empêcher d’apparaître à nouveau sinon les attaques auraient toujours une longueur d’avance sur les mesures de protection, ce qui les rendrait parfaitement inutiles. Dans notre secteur, vous devez être capable d’anticiper ce que les cybercriminels ont en tête et installer des pièges en avance. En réalité, cette capacité nous a toujours différencié de nos concurrents. Vous souvenez-vous de NotPetya, une des épidémies globales les plus tristement célèbres de ces dernières années ? Nous l’avons interceptée de façon proactive sans avoir besoin de faire une mise à jour.

Cette idée de prévoir le futur nous plaisait tellement que nous avons décidé de lancer un projet de réseau social qui repose sur cette idée : Earth 2050.

Qu’est-ce que Earth 2050 ? Il s’agit d’une plateforme totalement ouverte de crowdsourcing (mes excuses pour ce mot à la mode) qui cherche à prédire le futur. C’est un endroit où n’importe qui, qu’il s’agisse d’un ministre ou d’un éboueur, peut partager sa vision du futur en écrivant, dessinant, faisant un graphique ou quoique ce soit. Si vous n’avez pas le don de la clairvoyance, vous pouvez tout de même  » Aimer  » ou commenter les prédictions faites par d’autres personnes. Il y en a pour tous les goûts.

Pourquoi cette ouverture d’esprit est-elle si importante ?

Il n’est pas facile de prédire le futur. Il est fort probable qu’une personne s’y essaie et est complètement tord, ce qui est compréhensible et naturel. Cependant, les prédictions faites par plusieurs personnes apportent beaucoup plus de précision, même si elles sont en partie fausses, assez vagues ou contradictoires. Tout cela ressemble un peu au principe de l’apprentissage automatique. Plus la machine en sait, plus elle peut agir, et dans ce cas, prédire le futur.

Jusqu’à présent, plus de 70 visionnaires ont apporté 400 prédictions sur Earth 2050, et je dois dire que certaines sont trèèèès intéressantes et curieuses.

En lire plus :Earth 2050 : comment nous voyons le futur

Une nouvelle image

Un jour, quelqu’un m’a dit « il faut souvent remanier votre vie pour qu’elle ne tourne pas au vinaigre ».

À KL, il nous est impossible de laisser les choses se compliquer ; ce n’est même pas envisageable dans ce secteur qui est en constante évolution et change rapidement. Il est pourtant bien de faire une pause, d’analyser ce que nous faisons en adoptant un point de vue externe, de voir ce qui nous attend, et d’apporter un nouveau look à l’entreprise pour que son image soit en accord avec les autres changements. C’est ce que nous avons fait, et je souhaiterai me servir de cette introduction lyrique pour vous annoncer officiellement que nous avons changé de nom et vous expliquer pourquoi.

Nous sommes nés dans les années 90. Lorsque nous avons créé l’entreprise en 1997 nous n’avions qu’un seul objectif : avoir le meilleur antivirus au monde. Nous n’avons pas parlé de notre « position », de notre image, ou de la « philosophie de notre marque » à ce moment-là. Cette époque est désormais révolue et nous sommes ici 22 ans plus tard. Les choses ont bien changé…

Nous comptons désormais plus de 4 000 employés et nous protégeons des centaines de millions de personnes et d’entreprises dans le monde entier. Le concept même d’ « antivirus », qui est la pierre angulaire de l’entreprise, est maintenant obsolète. Le monde est devenu tellement indépendant en matière d’informatique qu’il n’y a désormais aucun aspect de la vie moderne qui ne soit pas affecté. Nous sommes prêts à tous les protéger : utilisateurs d’Internet depuis leur domicile, grandes entreprises, gouvernements, industries et infrastructures. Quelque chose n’a pourtant pas changé : nous proposons les meilleures solutions de sécurité disponibles sur le marché.

Étant donné que les choses ont beaucoup évolué, il était grand temps de prendre en compte l’image que les gens ont de nous et voir si nous devions apporter quelques modifications. Après tout, notre logo a été conçu en 1997 lorsque l’entreprise faisait ses premiers pas. Nous avons utilisé l’alphabet grec et de nombreux détails pour créer ce logo, mais cela n’a plus vraiment d’intérêt 22 ans plus tard.

Après avoir travaillé en toute discrétion et avec acharnement, nous vous annonçons aujourd’hui que nous modifions notre logo ! Il a été conçu à partir de formes géométriques et de lettres mathématiquement correctes. De plus, il représente les valeurs qui, selon nous, nous définissent avec notamment les meilleures normes en ingénierie. Une autre modification notable est que nous avons supprimé le mot « Lab ». Nous en parlions depuis des années puisque les personnes du monde entier parlent souvent de « mon nom de famille » lorsqu’elles font référence à l’entreprise. Ça a toujours été le cas, et ce mot était peut-être oublié pour que ce soit plus commode, simple ou court, ou tout simplement parce qu’il n’était pas nécessaire. Nous avons donc supprimé « Lab » pour être en accord et pertinents avec les changements actuels que nous apportons. Maintenant, nous sommes tout simplement « Kaspersky ». Plus court, plus simple, plus clair, plus fonctionnel, plus commode, et plus facile à retenir.

Si vous approfondissez un peu le sujet, il est évident que nous ne changeons pas seulement notre logo. La totalité de l’entreprise évolue.

Nous avons compris que nous approchons différemment notre entreprise, nos produits, nous-mêmes, et notre vision du futur depuis plusieurs années. Pendant tout ce temps, nous avons « sauvé le monde » en luttant contre les menaces informatiques sous toutes leurs formes. Mais, comme je l’ai déjà dit auparavant, nous ne sommes plus les mêmes puisque nous avons grandi. Nous savons que nous pouvons sauver le monde et construire un environnement mieux protégé et plus sûr à partir de zéro. Je suis convaincu que le concept de « cybersécurité » sera bientôt obsolète et sera remplacé par « cyber-immunité ».

Les systèmes d’informations devraient être conçus et sécurisés en amont, et ne pas avoir besoin d’ajouts ultérieurs sous la forme de solutions de sécurité (qui ne sont jamais sûres à 100 %). Nous travaillons sur cet avenir. Un futur réel et tangible pour mener une vie plus facile, plus agréable et plus intéressante. Il ne s’agit pas d’un projet futuriste sorti directement d’un film de science-fiction. Ce monde prend forme petit-à-petit, tous les jours. Je crois que dans ce monde plus sûr que nous aidons à créer, les technologies ne seront plus une source de menaces constantes, mais vont nous offrir des milliers de nouvelles possibilités, opportunités et découvertes.

Et voici le nouveau… K ?! (Quoi ? Je ne peux plus parler de KL comme j’aime tant le faire ? Oui, il faut savoir faire des sacrifices pour avancer !)

Bonjour les start-ups, vous voulez devenir une entreprise internationale ?

Nous avons lancé un projet intéressant il y a près de cinq ans : notre propre incubateur d’entreprises. Pourquoi ? Parce qu’il y a beaucoup d’idées brillantes dans la nature qui ont besoin d’être encouragées pour se développer et devenir quelque chose de merveilleux. Nous avons les ressources nécessaires pour aider les entreprises à atteindre cet objectif ! Nous sommes donc partis à la recherche d’idées innovatrices attrayantes pour que ces start-ups puissent prendre leur envol.

Polys, un programme lancé en 2017, est un des exemples qui illustre le mieux la réussite des projets issus de notre incubateur d’entreprises. Il s’agit d’une plateforme de vote en ligne qui repose sur la blockchain. J’en ai déjà parlé dans un article publié sur ce blog. Pour faire simple : c’est sécurisé, anonyme, impossible à pirater et, ce qui est pour moi le plus important, très facile à utiliser et adapté à n’importe quel vote. Je pense personnellement que le futur du vote se trouve bel et bien dans Internet et la blockchain. Les partis politiques, les associations étudiantes, et les organismes gouvernementaux régionaux russes ont déjà utilisé Polys de façon officielle. Je suis convaincu que ce ne sont que les premiers pas de cette création de KL.

Nous avons un autre projet d’incubateur qui est plutôt prometteur : Verisium. Il s’agit d’une autre plateforme de l’Internet des Objets pour l’engagement des clients et l’authentification des produits. Ce programme est particulièrement nécessaire dans le secteur de la mode puisqu’il permet de lutter contre la contrefaçon des produits de luxe, donne aux marques la possibilité de suivre le cycle de vie des produits, et offre des informations marketing sur la vie et les performances des produits. Verisium a déjà lancé un certain nombre de projets en association avec des créateurs de marques russes, avec notamment des habits équipés de puces NFC sur la blockchain.


source

Même si l’incubateur obtient de très bons résultats, cela ne nous semble pas suffisant. Nous avons donc décidé d’étendre et de partager notre méthode de travail avec les start-ups et entreprises innovantes, tout en nous concentrant sur quelque chose que nous connaissons plutôt bien… la cybersécurité !

Fin mai (donc d’ici quelques jours) nous allons lancer un nouveau programme qui va fonctionner dans le monde entier : le programme Open Innovations de Kaspersky. Nous l’avons créé afin de construire un écosystème qui permette d’avoir des conversations transparentes et une collaboration fructueuse entre les entreprises et les sociétés innovantes du monde entier en matière de cybersécurité.

Nous allons d’abord lancer un défi à toutes les start-ups. Nous allons considérer les start-ups qui ont des produits, des produits minimums viables ou des prototypes. Nous allons aussi prendre en compte les entreprises qui ont déjà quelque chose à vendre, et celles qui ont déjà réalisé quelques ventes et ont besoin d’en faire plus. Étant donné que nous n’allons pas investir dans ces entreprises, ni les acheter, nous allons nous concentrer sur les solutions qui peuvent être ajoutées ou intégrées à nos technologies afin de maximiser leur capacité de protection.

Un autre objectif consiste à présenter les résultats de cette collaboration avec les start-ups, et leurs divers produits, solutions ou services innovants aux entreprises de différentes tailles du monde entier.

Si nous n’investissons pas dans ces entreprises et que nous ne les achetons pas, alors qu’est-ce que nous leur proposons ? En tant qu’entreprise internationale, nous allons aider les start-ups à se développer à l’échelle internationale en soutenant leurs futurs produits et le développement de l’entreprise. Plus important encore, nous allons leur proposer d’établir un partenariat avec nous, et d’être en contact avec les grands patrons et les multinationales.

Inscrivez-vous maintenant et développez votre entreprise dans le monde entier !

source

 

Cyber-histoires du côté obscur – version SAS 2019.

Bonjour à tous !

Je vous présente donc le dernier article de la série des cyber-actualités que je publie de temps à autre ; je parle bien sûr des mises à jour cyber-histoires du côté obscur. Je vais donc vous parler de certaines des interventions auxquelles j’ai pu assister lors de notre rencontre annuelle Security Analyst Summit qui s’est tenue à Singapour le mois dernier.

Chaque édition du SAS se distingue par les présentations faites par les experts. Contrairement à d’autres conférences géopolitiquement correctes, ici les analystes prennent la parole pour partager leurs découvertes au sujet de n’importe quelle menace informatique, peu importe d’où elle vient, et ils le font par principe. Après tout, un malware est un malware, et les utilisateurs doivent s’en protéger quelles que soient les intentions de ceux qui le présentent. N’oubliez pas l’effet boomerang.

Si certains médias n’hésitent pas à raconter des mensonges sur nous afin de répliquer à cette position de principe, alors qu’il en soit ainsi. Ils ne s’en prennent pas seulement à nos principes puisque nous mettons en pratique ce que nous prêchons. Nous sommes en tête lorsqu’il s’agit du nombre d’opérations de cyber espionnage résolues. Nous n’envisageons pas d’adopter une attitude différente au détriment de nos utilisateurs.

Voici un résumé des recherches les plus intéressantes que certains experts ont présentées lors du SAS. Il s’agit des histoires les plus captivantes, choquantes et effrayantes qui vont vous laisser bouche-bée.

 

  1. TajMahal

L’an dernier, nous avons mentionné une attaque qui s’en était prise à une organisation diplomatique en Asie centrale. Il n’est pas surprenant de voir que les cybercriminels soient intéressés par ce genre d’institution. Les systèmes d’informations des ambassades, consulats et missions diplomatiques ont toujours intéressé d’autres états et leurs agences d’espionnage, ou n’importe quelle personne ayant de mauvaises intentions ainsi que les connaissances techniques et les moyens financiers suffisants. Oui, nous avons déjà lu un roman d’espionnage. Il y a toutefois quelque chose de nouveau : ils ont construit un vrai  » TajMahal  » pour les attaques. Il s’agit d’une plateforme APT avec un grand nombre de plug-ins utilisés pour toutes sortes de scénarios d’attaque grâce à divers outils. Nous n’avions encore jamais vu autant de plug-ins dans une plateforme APT.

La plateforme se divise en deux : Tokyo et Yokohama. La première est la porte dérobée principale, qui permet également de transmettre le programme malveillant. Yokohama a de nombreuses fonctionnalités : vol de cookies, interception de documents en attente d’impression, enregistrement des appels VoIP (y compris WhatsApp et FaceTime), captures d’écran, et bien d’autres choses. L’opération TajMahal est active depuis au moins cinq ans. Sa complexité nous laisse croire qu’elle a été conçue pour s’en prendre à plus d’une personne. Il ne nous reste plus qu’à découvrir qui sont les victimes.

Vous pouvez obtenir plus de renseignements sur cette APT géante ici.

En lire plus :Cyber-histoires du côté obscur – version SAS 2019.

Singapour accueille enfin le SAS. Vous êtes prêt ?

Bonjour les amis !

Je suis certain que vous le savez, mais juste au cas où, je vous rappelle que chaque année, vers la fin de l’hiver/début du printemps, nous organisons une gigantesque conférence internationale sur la cybersécurité : le SAS (Security Analyst Summit). C’est déjà le printemps, même s’il a encore neigé la nuit dernière à Moscou, et c’est pourquoi je souhaite vous parler à nouveau de l’événement de cette année… qui aura lieu dans seulement trois semaines, wow !

Cet événement est unique pour trois raisons bien spécifiques :

Tout d’abord, il s’agit du SAS, un événement où nous invitons les meilleurs experts de KL et les spécialistes connus dans le monde entier à présenter leurs dernières recherches, leurs découvertes les plus récentes, et les informations les plus curieuses en cybersécurité.

Ensuite, le SAS évite toujours les hôtels ou les centres de congrès typiques et ennuyeux qui se trouvent dans les principales capitales du monde. Nous choisissons au contraire des endroits exotiques où vous n’allez pas vous ennuyer, et où vous allez profiter pleinement du soleil, de la mer, du sable fin, du surf, de la sangria, … ou encore du cocktail Singapore sling, etc.

Enfin, il y a quelque d’incontournable que vous retrouvez lors de chaque édition du SAS ; cet événement déborde de divertissement, malgré le caractère sérieux du sujet de cette conférence : la cybersécurité !

SAS-2018 (Cancún)

Je crois que l’on peut dire que le SAS est surtout connu pour les rapports d’enquête brûlants, souvent sensationnels, partagés au cours de cet événement. Certaines personnes n’aiment pas cet aspect : elles pensent que nous choisissons les résultats selon le pays ou une possible attribution ; parfois elles aimeraient que nous ne rendions pas publics certains rapports scandaleux et éventuellement gênants (en mentionnant par exemple l’éventuel financement public, le cyber-espionnage, le cybersabotage, …) et que nous les fassions passer au second plan. Eh bien non. Ce n’est pas ce que nous allons faire. Juste au cas où vous l’auriez oublié, voici un petit rappel : nous partageons les informations de tous les crimes informatiques que nous trouvons. Peu importe le pays d’origine ou la langue parlée. Révéler les détails des incidents informatiques et des attaques ciblées les plus importants est le seul moyen d’avoir un monde informatique meilleur, et donc un monde meilleur en général. C’est pourquoi le SAS a été la plateforme utilisée pour divulguer les résultats obtenus sur le  » cousin de Stuxnet  » Duqu (qui a secrètement recueilli des informations sur les systèmes industriels européens), sur Red October (un cyber-espion qui espionnait les missions diplomatiques en Europe, aux États-Unis, et aux anciennes républiques soviétiques), ou encore sur OlympicDestoyer (une ATP sophistiquée qui a essayé de saboter les Jeux olympiques de 2018 en Corée du Sud). Et je sais que l’édition du SAS de cette année ne va pas faire exception à la règle : une cyber-rumeur qui provoque une grande effervescence est sur le point de se produire !

SAS-2016 (Tenerife)

Le SAS a eu lieu en à Chypre, Malaga, Cancún, Tenerife, Puerto Rico, Saint-Martin, mais aussi en Croatie et en République dominicaine (nos villes et pays préférés ont accueilli plusieurs éditions).

Cette année, après avoir constaté que le SAS a bien grandi (il s’agit de la 11ème édition) nous avons pensé qu’il serait judicieux d’apporter certaines modifications organisationnelles et voilà ce qui en est.

Le SAS de cette année aura lieu dans… une métropole ! Ce n’est pas pour autant qu’il s’agit d’une ville ennuyeuse, loin de là : elle est en bord de mer, et il s’avère qu’il s’agit d’une ville-jardin, rien de moins ! Oui, cette année nous nous retrouvons à Singapour les amis ! J’en suis très heureux. J’ai eu un véritable coup de cœur pour Singapour.

Ensuite, nous avons décidé d’ouvrir le SAS à un public plus large que d’habitude. Il s’agit généralement d’une rencontre réservée aux spécialistes en cybersécurité du monde entier, qui se distinguent dans ce domaine, et seulement sur invitation. Mais cette fois, et conformément à notre objectif de transparence, nous offrons à toutes les personnes souhaitant participer l’opportunité d’assister à une partie de ces conférences. C’est ce que nous appelons SAS Unplugged. Comme MTV Unplugged, mais pour le SAS.

Des experts reconnus donneront des présentations, des séances de formation et des ateliers. Vous avez droit à tout cela. Que vous soyez étudiant, novice ou expérimenté en cybersécurité, ou juste particulièrement intéressé par cette lutte contre les méchants informatiques, inscrivez-vous ! Soyez rapide parce que certaines séances sont déjà complètes.

PS : On m’a autorisé à vous communiquer un teaser au sujet d’une des interventions déjà confirmée. Il s’agit d’un de nos experts, Sergey Lozhkin, et il ne fait aucun doute que ce sera génial. Curieusement, il va nous parler d’une des formes les plus anciennes de cybercriminalité, mais ancien ne signifie pas pour autant hors sujet. Bien au contraire. Les escrocs qui s’en servent actuellement gagnent des milliards de dollars par an grâce à cette méthode. De quoi s’agit-il ? Purement et simplement de la fraude financière. Enfin, ce n’est pas si simple, comme Sergey va nous n’expliquer. Il va aussi nous dire comment cette technique a évolué au cours du temps, ce qu’est un vol d’identité numérique, combien coûte une identité numérique sur le darknet, ce qu’est un  » carder « , et bien d’autres choses…

PPS : Je suis impatient. Le SAS de l’an dernier a vraiment été exceptionnel. J’ai vraiment hâte d’assister à l’édition de cette année qui sera encore plus incroyable !

Bienvenue au SAS 2019 !

KL-2017 : la preuve par les chiffres, dans nos résultats financiers préliminaires

Bonjour à tous !

Une fois n’est pas coutume, nous avons décidé cette année de ne pas attendre les résultats de notre audit financier officiel, mais de publier immédiatement les résultats préliminaires des ventes de l’année dernière.

Le chiffre le plus important de l’année est bien entendu le chiffre d’affaires. Alors, pour l’ensemble des 12 mois de 2017, nos produits, technologies et services ont été vendus pour 698 millions de dollars US (conformément aux normes internationales d’information financière), soit une hausse de 8 % par rapport à l’année précédente.

Ce n’est pas un mauvais résultat, si je puis me permettre ; et il montre que l’entreprise se porte bien et grandit. De plus, nous disposons de solutions et de technologies prometteuses qui garantiront la poursuite de notre croissance dans le futur.

Mais voici ce qui, pour moi, est la chose la plus intéressante à remarquer dans les résultats préliminaires : pour la première fois de notre histoire, les réservations de vente de solutions d’entreprise ont dépassé celles de nos produits en boîte pour les utilisateurs domestiques ; nous avons connu une augmentation de 30 % dans le segment des entreprises.

Autre résultat très satisfaisant : le bon taux de croissance de notre entreprise vient principalement non pas de nos produits d’extrémité traditionnels, mais de solutions émergentes tournées vers l’avenir comme les solutions contre les attaques cibléesde cybersécurité industriellede prévention des fraudes, et de sécurité du cloud hybride. Ensemble, ces solutions ont connu une croissance de 61 %. En outre, les prévisions de croissance des ventes de nos services de cybersécurité sont de 41 %.

Sur le plan géographique, les réservations de ventes dans la plupart des régions ont dépassé leurs objectifs annuels. Par exemple, en Russie et dans la CEI, les ventes ont augmenté de 34 % par rapport à 2016. Dans la région Moyen-Orient, Turquie et Afrique, les ventes ont augmenté de 31 %, de 18 % en Amérique latine et de 11 % en Asie-Pacifique. Le Japon a affiché une croissance modérée (4 %), tandis que l’Europe a été légèrement en deçà des attentes (-2 %).

La seule région qui n’a pas donné de bons résultats a été, comme nous l’attendions, l’Amérique du Nord, qui a vu ses ventes chuter de 8 %. Cela n’est pas vraiment surprenant étant donné que cette région a été l’épicentre de la tempête géopolitique de l’année dernière qui a compté à la fois une campagne de désinformation contre nous et une décision anticonstitutionnelle du département de la sécurité intérieure. Néanmoins, malgré la pression politique, nous continuons à opérer sur le marché et prévoyons d’y poursuivre notre développement.

Il ne me reste plus qu’à remercier vivement tous les utilisateurs, partenaires et experts en cybersécurité, ainsi que tous les autres (y compris la plupart des journalistes et blogueurs qui ont parlé de nous) pour leur soutien, et à féliciter tous les employés de Kaspersky Lab dans le monde entier pour leur excellent travail ininterrompu en ces temps difficiles. La fidélité des clients, la croissance impressionnante de l’entreprise et le moral élevé des équipes sont des indicateurs clairs de notre succès mondial. Bravo à tous !

Vous pouvez trouver des informations plus détaillées sur les résultats financiers préliminaires ici.

Hier et aujourd’hui. 20 ans se sont écoulés – toujours crescendo

20 ans que nous existons : ça vous paraît beaucoup ou pas ? Et 25 ans de développement de nouvelles technologies et produits sans interruption (y compris les 5 ans avant Kaspersky Lab) ?

Pour répondre à cette question, nous devons nous interroger sur l’ancienneté du secteur de la cybersécurité. Eh bien, les tout premiers logiciels antivirus sont apparus juste quelques années avant, il y a 25 ans.

Cela signifie que nous faisons partie de la poignée de développeurs qui ont créé la cybersécurité ! En effet, nous sommes dans l’industrie depuis son enfance (lorsque les analyses à la demande faisaient fureur) et nous sommes toujours là aujourd’hui (dans la nouvelle ère du big data et de l’apprentissage automatique). Et c’est plus de 20 ans pendant lesquels nous avons fait partie de l’avant-garde. Oh oui et ne soyons pas modestes, c’est notre anniversaire après tout :).

Pensez à tous les cybercriminels que nous avons détruits ces vingt dernières années !

Bien sûr, il n’existe jamais une seule manière d’interpréter l’histoire. Et l’histoire de Kaspersky Lab n’échappe pas à la règle.

D’un côté, on pourrait regarder de vieilles photos prospères de nos jours d’il y a 20 ans mais nous pourrions également nous contenter de sourire et d’admettre la chose suivante :  » Pas mal pour deux premières décennies, mais ce n’est que le début ! « . C’est une question de perception : allez-vous vous concentrer sur les problèmes et les difficultés ou sur les succès et les réussites ? Eh bien, vous ne serez pas surpris par la perception que nous avons choisie dans cet article, oui, il s’agit bien de la deuxième : car nous sommes comme ça à KL, nous restons positifs. Dans ce secteur vous n’avez pas le choix ! Et nous espérons, chers lecteurs, que vous ferez de même.

Tout a changé en 20 ans ? Pas vraiment. Au moins une chose n’a pas changé, celle de travailler et de voir les choses en grand.

À la suite de l’anniversaire de KL, nous avons donc réfléchi de quelle façon nous pourrions susciter l’inspiration de manière plus graphique et plus forte, tout en restant fidèles aux faits historiques (et respecter les principes élémentaires de la décence 😊). Et c’est donc ce à quoi nous avons pensé : jetons un œil aux aspects les plus curieux et les plus amusants de l’entreprise au fil des années et voyons ce à quoi elle ressemblait avant, ce à quoi elle ressemble maintenant et comment elle sera à l’avenir.

Nous commencerons par nos bureaux :

Si nous revenons au tout début, au début des années 1990, nous avons changé de bureaux 6 fois !

Ici, par exemple, voici ce à quoi ressemblait l’épicentre du développement de l’un des meilleurs antivirus au monde en 1994. Il s’agissait de la totalité de notre bureau ! Nous nous sommes enregistrés comme  » Me Lab  » trois ans après mais c’était quand même notre bureau. Il faisait partie de la société KAMI qui fabriquait des logiciels et des solutions hardwares dans les années 90.

Au fait, c’est cette année-là (1994) que nous avions participé à des tests de l’Université d’Hambourg pour la première fois et que nous avions étonnamment gagné (et de loin) dans la catégorie qualité de la protection. Sur la photo ci-dessus, je pense que les sourires transparaissent à travers l’exténuation, après avoir appris notre victoire.

En lire plus :Hier et aujourd’hui. 20 ans se sont écoulés – toujours crescendo