Archives mensuelles : octobre 2016

L’Internet des objets nuisibles.

Au début des années 2000, je montais sur scène et faisais des prophéties sur le paysage informatique du futur, comme je le fais encore aujourd’hui. A l’époque, j’avais averti qu’un jour votre frigo enverrait un spam à votre micro-onde, et qu’ensemble ils s’en prendraient par le biais d’une attaque par déni de service à votre cafetière. Non, vraiment.

A l’époque, le public fronçait les sourcils, ricanait, applaudissait, et parfois se penchait sur la question d’une telle déclaration d’un « professeur fou ». Mais dans l’ensemble, mon syndrome de Cassandre avait davantage été pris pour une blague, dans la mesure où les cybermenaces de l’époque n’étaient pas autant prises au sérieux. Le « professeur fou » en savait trop…

…Rien qu’à y regarder les journaux d’aujourd’hui…

N’importe quel foyer de nos jours (qu’importe son ancienneté) est équipé de dispositifs « intelligents ». Certains en ont peu (téléphone, télé…), d’autres des tonnes, y compris des caméras IP, des réfrigérateurs, des fours micro-ondes, des machines à café, des thermostats, des fers à repasser, des machines à laver, des sèche-linges, des bracelets de fitness, et plus encore. Certaines maisons ont même été conçues de nos jours avec des dispositifs intelligents déjà inclus dans les caractéristiques techniques. Et tous ces dispositifs intelligents se connectent au Wi-Fi des foyers pour aider à inventer le gigantesque, autonome (et très vulnérable) Internet des Objets, dont la taille dépasse déjà celle de l’Internet traditionnel, que l’on connaît si bien depuis le début des années 90.

Tout connecter à Internet, jusqu’à votre cuisine, est fait pour une raison, bien sûr. Etre capable de contrôler à distance tous vos appareils électroménagers peut s’avérer pratique (pour certains). C’est aussi assez tendance. De quelle façon cet Internet des Objets a-t-il évolué au point que mon syndrome de Cassandre devienne réalité ?

SourceSource

Quelques faits récents :

En lire plus :L’Internet des objets nuisibles.

Industriel, Optique, Théorique, Expositif.

Voici une paire de très bonnes jumelles pour un usage au quotidien. On ne sait jamais quand on peut avoir besoin de jeter un œil de plus près à un mystérieux objet à l’horizon, ou vérifier ce qu’il se passe à l’entrée du bâtiment de son appartement, ou lorsqu’on se retrouve soudainement au théâtre…

Je ne suis pas un expert en jumelles. Mais pas besoin de l’être pour aimer une paire. Et ces jumelles doivent être une bonne paire. Je ne peux pas me permettre de posséder une paire qui soit difficile à régler, qui donne une image floue, et dont les orbites des yeux ne rentreraient pas bien. Ce qui n’était pas le cas de cette paire. Lorsqu’on regarde à travers, les images sont claires, grandes, comme si on avait l’impression de toucher la scène avec sa main ! Lorsqu’on regarde quelque chose qui se trouve à dix mètres de soi, c’est comme si c’était juste devant soi. Un incroyable équipement de première qualité :

lytkarino-optics-factory-1

// Je me demande où on peut acheter cette paire et combien elle coûte ?

En lire plus :Industriel, Optique, Théorique, Expositif.

Un petit pas de géant dans le monde de la sécurité industrielle.

L’autre jour, la ville high-tech d’Innopolis, située à proximité de Kazan, à 800 kilomètres à l’est de Moscou, est devenue « centre mondial de la cybersécurité des systèmes industriels ».

Je m’y étais rendu plus tôt dans l’année, émerveillé par la vitesse de son développement et l’ambition de ses plans, tout en pensant à ses perspectives d’avenir.

Avant tout, laissez-moi vous en faire l’éloge : je tire mon chapeau à la détermination et à la persévérance des autorités locales, l’assurance des partenaires et des sponsors, mais aussi pour le professionnalisme des entrepreneurs et à tous ceux qui ont contribué à faire d’Innopolis une réalité.

Innopolis a été construite à partir de rien en seulement trois ans selon un concept high-tech pour les entreprises high-tech : elle est dotée d’une excellente infrastructure, à la fois pour y vivre et y faire des affaires, d’une zone économique spéciale, d’une université, et d’un aéroport international à proximité.

Le niveau de vie est agréable du fait de l’attractivité des prix, et pourrait vous donner envie de tout lâcher sur-le-champ pour partir vivre au Tatarstan ! En hiver, on peut dévaler les pistes de ski, en été, faire du golf, en automne, on peut cueillir des champignons dans la forêt environnante, et tout au long de l’année, pêcher dans la Volga. Un T2 de 50m2 ne coûte que 7000 roubles par mois (~102€) en location et un T3, 10 000 roubles (~146€), auquel il faut ajouter un parking souterrain, pour la modique somme de 1000 roubles par mois (~15€). Le gymnase + la piscine ne coûtent que 15 000 roubles à l’année (~219€) !

Par ailleurs, tout est neuf, éclatant, moderne, élégant et high-tech, bien loin de ses humbles alentours ruraux/provinciaux.

Il y a juste une ombre au tableau. Innopolis est entourée de terrains vagues et de chantiers. Cependant, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, et il est évident que les choses ne vont pas rester telles qu’elles le sont actuellement. On dirait bien qu’ils vont bientôt construire des bâtiments résidentiels, ou alors aménager des espaces verts ou toute autre chose agréable à regarder.

Comme vous pouvez le constater, les gens se bousculent pour vivre/étudier/travailler ici.

DSC03300

En lire plus :Un petit pas de géant dans le monde de la sécurité industrielle.

Brevet panoptique de Darwin – 2ème partie.

Les « paysages » des brevets selon les pays peuvent curieusement différer en grand nombre, dans la mesure où chaque invention d’un pays en particulier a un « arrière-goût » spécifique.

Par exemple, les brevets américains se caractérisent généralement par leur praticité, avec parfois un angle utilitaire et une attention toute particulière aux détails. Vous pouvez d’ailleurs en apprendre davantage dans mon Top 5 superlativement subjectif des brevets les plus (choisissez le terme approprié) de l’histoire :).

De leur côté, les inventeurs russes se caractérisent généralement par leur ambition, parfois pour leur désir « cosmique » de vouloir changer le monde, les planètes, l’univers, mais aussi « cosmique » dans le sens où leurs inventions peuvent être « hors du commun ». Toujours pas convaincus ? Ok, je vais vous convaincre, avec un autre Top 5, mais cette fois avec des brevets russes…

C’est parti…

Le Top 5 superlativement subjectif des brevets russes les plus (choisissez le terme approprié) de l’histoire.

Nº5 : Holy Moses !

Le dépôt de brevet russe No. 2013144180. « Une méthode pour assurer la survie des Homo Sapiens et la préservation du patrimoine génétique des organismes vivants sur la planète Terre en cas d’inondation mondiale, de glaciation globale ou autres catastrophes naturelles imprévues ». Oh mon patrimoine génétique !

Vous trouvez que le titre est long ? Attendez de voir la suite : le résumé de la première page de l’application n’est fait que d’une seule phrase, qui contient 1182 lettres ! Je compatis de tout cœur avec les avocats de brevets qui doivent résoudre ce que veut dire l’auteur d’un brevet par *)&%^(+#!@!. Je veux dire que dans le cas d’un tel brevet, si vous perdez le fil en cours de route, vous devez vous arrêter et reprendre depuis le début, encore et encore, et prendre des notes dans la marge afin de ne pas vous emmêler les pinceaux. Pour ma part, je l’ai lu cinq fois, et peux désormais fièrement « articuler l’essence sous-jacente de l’invention en six mots : une poupée russe comme un arche… :).

L’appareil est rempli de microorganismes, graines, animaux, trois Homo Sapiens et autres « ressources génétiques » et trône au sommet de la plus grande montagne du monde à l’abri du danger.

Mais que se passerait-il si les éléments entraient en crise et submergeaient les montagnes ? Eh bien, un canot pneumatique serait jeté à la mer depuis l’arche pour naviguer sur la surface de l’eau jusqu’à ce que le niveau d’eau diminue suffisamment. On dirait qu’ils ont pensé à tout.

PS : Citation : « Et après la stabilisation des conditions de vie sur la surface de la Terre, les membres de l’équipe descendraient les escaliers des montagnes et une nouvelle ère de renouveau de la vie sur Terre commencerait ».

PPS : La Rospatent (Service fédéral russe de la Propriété intellectuelle) n’a pas perdu de temps à rejeter son brevet : elle s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un troll de brevets et a refusé sa viabilité pour manque d’inventivité. J’étais assez étonné de constater que revenir au temps de la Bible n’ait pas été aussi donné comme motif :).

Nº4 : Ils doivent arrêter de fumer, et pas seulement du tabac.

« Si vous vouliez arrêter de fumer, mais que quelque chose vous empêchait de le faire… eh bien désormais rien ne peut vous en empêcher ! » Voici le brevet RU2231371.

Je suis sûr que ni moi, ni personne d’autre dans le monde, ni les auteurs eux-mêmes savent de quoi il s’agit, je vous mets le texte pour que vous voyiez de quoi je parle !

« Le contenu d’un flacon d’une solution de chlorure de calcium après le rituel de la dernière cigarette est versé dans un récipient avec une solution aqueuse de fumée de cigarette. Au bout du 5ème ou 6ème jour sans fumer, le docteur mène une session finale d’auto-réhabilitation, mais au lieu d’utiliser le récipient de « l’eau de la vie », le patient utilise un troisième récipient, appelé « Mot » avec un flacon de 10ml contenant 1% de solution de dioxine. La formule d’autosuggestion est changée par la formule d’un vœu : « J’ai arrêté de fumer ». Après la session finale, le patient effectue un rituel d’autocorrection, pour cela on utilise 50ml de solution aqueuse de la fumée de cigarette et du chlorure de calcium, dans laquelle on verse la solution de dioxine… »

Sérieusement ?

Qu’est-ce qu’ils avaient fumé ? Où c’était écrit ? Dans un coffee shop à Amsterdam ? Dans le Colorado ? Ou peut-être que l’incohérence est un effet secondaire du fait d’avoir arrêté de fumer en utilisant cette méthode ? Eh bien, cela n’a pas vraiment d’importance : le brevet a expiré pour non-paiement des frais de douane de l’Etat (« Frère, as-tu payé les frais ? Les frais ? Quels frais frère ?  Je ne veux pas de thé frais, je veux un expresso chaud, amigo »).

Nº3 : la machine à fumier !

Qu’est-ce qu’on ne peut pas faire dans un tank ? Plein de choses en réalité, il vaut mieux penser à ce qu’on peut faire dans un tank et exclure le reste.

Donc, par conséquent, si vous avez besoin de, vous savez, utiliser les toilettes ? Je veux dire, si vous êtes pris d’une envie pressante et que vous ne pouvez pas attendre ? Vous ne pourriez pas sortir du tank quelques minutes, ou si ?…

Voici le brevet RU2399858, qui propose de « retirer ses besoins d’un tank via une installation d’artillerie lourde » ! Sans oublier l’élément principal : sans dépressurisation du tank !

En lire plus :Brevet panoptique de Darwin – 2ème partie.

Au pays des palais et des châteaux, j’ai nommé la Roumanie.

La Roumanie regorge de palais et de châteaux, qu’ils soient anciens ou récents, grands ou petits, connus ou non. Je commencerai par le plus célèbre, le château du comte Dracula en Transylvanie. Il est célèbre pour ses vieilles légendes, et cela faisait de nombreuses années que je voulais le visiter. C’est désormais chose faite…

En lire plus :Au pays des palais et des châteaux, j’ai nommé la Roumanie.

Brevet panoptique de Darwin.

Mes fidèles lecteurs auront remarqué que je n’ai pas poussé un coup de gueule ni râlé contre les trolls de brevets ces derniers temps. Est-ce que tout serait revenu à la normale, auraient-ils arrêté d’être des trolls et fait quelque chose d’utile et d’honnête à la place ? Comme vous l’aurez deviné, non. Hélas, chaque jour on tombe sur des histoires de leurs coups de pub audacieusement outrageants. C’est comme d’habitude un business pour eux, sans pour autant faire la une des médias.

Parfois, les nouvelles viennent à vous, du moins, à nous : l’autre jour, nous avons reçu une action en justice provenant de WETRO LAN pour violation présumée d’un brevet sur la filtration d’un paquet de données, ou, pour être plus précis, d’un pare-feu. QUOI ?

Par conséquent, ce qu’ils disent est que, vous pouvez faire breveter un dispositif universellement appliqué et largement connu, qui a été inventé il y a plus d’une dizaine d’années ? Juste au cas où vous l’auriez manqué : la technologie existe depuis des siècles, BIEN AVANT que ce brevet apparaisse ! Et maintenant ils demandent des indemnités pour avoir utilisé leur technologie brevetée ! Attendez une minute… QUOI ?!

Oui, c’est bien ce qu’ils sont en train de faire : depuis 2015, ils ont intenté des poursuites judiciaires à plus de 60 entreprises, dont beaucoup d’entre elles ont développé des pare-feux bien avant que le brevet existe. Mais l’industrie ne prend pas ces poursuites au sérieux, elle l’a même surnommé le brevet stupide du mois.

Ce qui est tout aussi absurde est le fait qu’ils nous visent avec une réclamation. Nous ne sommes pas des « proies faciles » d’attaque, et de loin. Nous avons toujours tenu bon et n’avons jamais cédé aux trolls de brevets. Et nous n’avons jamais rien réglé à l’amiable non plus, étant donné qu’il n’y a rien à régler, et que nous n’avons rien à nous reprocher. La seule chose qu’on ait fait est de riposter de temps en temps. Après tout, pourquoi pas ? Leurs brevets seront invalidés un jour ou l’autre, donc on agit car il faut battre le fer pendant qu’il est chaud. Et peu importe ce qu’il se passe, nous continuerons la lutte, jusqu’à la dernière balle, leur balle.

Mais tout ce discours de combat (peu importe son niveau d’importance) reste une affaire de concurrents. Donc, pour éclairer les esprits et rester positifs et optimistes, j’ai décidé de dépoussiérer des archives afin de dénicher les brevets les plus étranges, les plus fous, et les plus paradoxaux de l’histoire. Ainsi, vous saurez à quoi vous attendre au cas où ils vous attaqueraient à l’avenir pour de « graves violations de droit des brevets » :).

Ok, c’est parti…

Le Top 5 superlativement subjectif des brevets les plus (choisissez le terme approprié) de l’histoire.

Nº5 : la guillotine, le meilleur remède contre le mal de tête.

Le temps d’été chaud et ensoleillé a ses inconvénients. Bien sûr, l’été pourrait se résumer à la plage, aux piña coladas, et aux maillots de bain, mais encore faut-il être en bonne forme. Mais comment être en bonne forme après s’être goinfré de nourriture pleine de calories durant tout l’hiver et le printemps ? Personne ne peut ! A moins d’entamer un régime approprié et de faire des exercices, mais ne serait-ce pas une méthode dépassée ? Il doit bien y avoir une solution hi-tech, après tout, nous sommes au 21ème siècle. Par conséquent…

Mes amis, voici le brevet 4344424, « le masque facial anti-nourriture ». Hannibal Lecter, bonjour !

ip2

PS : Ça a aussi du sens « d’inventer » et de breveter des menottes anti-nourriture, pour vous enchaîner au radiateur afin que vous ne puissiez pas atteindre le frigo. En seulement deux semaines, vous aurez un corps de rêve pour aller à la plage, comme vous ne l’avez jamais eu :).

En lire plus :Brevet panoptique de Darwin.

Londres brumeux.

Pfiou. J’ai passé deux jours intenses dans la capitale britannique. Ci-joint, quelques mots et beaucoup de photos de ces deux jours…

Deux jours où je me levais à l’aube et me couchais tard. Trois conférences + trois discours là-bas + plein d’interviews + plein d’embouteillages + beaucoup de marche (pour éviter les bouchons) + rien d’autre ! Je veux dire rien d’intéressant professionnellement et touristiquement parlant. Bouh ! Malgré cela, j’ai quand même réussi à prendre quelques photos durant ces deux jours :

La Tamise obscure :

 

En lire plus :Londres brumeux.

Le Vatican du point de vue du Pape.

Rome. Sans l’ombre d’un doute, une des villes les plus marquantes dans le monde ; un lieu 100% incontournable. Je m’y étais déjà rendu plusieurs fois, avais visité les différentes parties du centre à pied, et en avais profité pour faire du tourisme et prendre des photos de pratiquement tout. Et quand je dis « pratiquement tout », je parle bien sûr de la place Saint-Pierre, y compris des photos du haut du dôme de la basilique Saint-Pierre, que j’ai prises à trois ou quatre reprises. Mais cette fois ci, c’était la première fois que j’observais la place sous cet angle :

Tout comme voir le Pape en personne ! Une première !

En lire plus :Le Vatican du point de vue du Pape.

L’histoire incalculable des calculatrices mécaniques.

Ma récente rencontre avec le Pape m’a fait rappeler l’existence d’objets oubliés tels que l’arithmomètre. Cette machine vous dira quelque chose si vous êtes de ma génération, tandis que pour les plus jeunes, elle vous paraîtra antique (une relique qui a des lustres), à une époque où Facebook n’existait pas (vous vous rendez compte ?) ni même Internet (QUOI ?!).

Mais il faut bien se rendre compte qu’avant l’époque numérique, la comptabilité du monde entier dépendait de l’arithmomètre, et plus encore. Par conséquent, cet article sera dédié aux arithmomètres, parce que leur histoire vaut la peine d’être racontée, surtout quand elle s’avère incroyablement fascinante :).

Quelle invention ! Bien sûr, vous pouvez en lire davantage sur Wikipédia, mais dans cet article je vous en ferai un résumé, avec ce qui selon moi sont les éléments clés.

Les calculatrices mécaniques ont fait leur apparition… il y a plus de 200 ans ! Elles étaient utilisées dans la Grèce Antique ! Quoi, vous ne le saviez pas ? Moi non plus, encore une fois ma mémoire me joue des tours. J’ai donc jeté un coup d’œil aux détails pour me faire chauffer les synapses.

Ah la voilà ! La machine d’Anticythère, dont l’origine remonte à un ou deux siècles avant JC, autrement dit il y a plus de 2100 ans !

Le mécanisme d’Anticythère est un ancien calculateur analogique et planétaire, utilisé pour prédire les positions des astres et des éclipses pour établir le calendrier ou l’astrologie hellénistique, tout comme les olympiades et les cycles des jeux olympiques antiques.  

Contenue dans une boîte en bois de 340 mm × 180 mm × 90 mm, la machine est un mécanisme d’horlogerie complexe composée d’au moins 30 engrenages de maillage en bronze. Ses restes ont été trouvés dans un seul bloc, puis ont ensuite été séparés en trois principaux fragments, qui sont à présent divisés en 82 fragments suite à des travaux de restauration. Quatre de ces fragments contiennent des engrenages tandis que les inscriptions se trouvent sur bien d’autres. Le plus grand engrenage mesure environ 140 millimètres de diamètre et est initialement doté de 223 dents. (Wikipédia)

Ah ces Grecs !

1600 ans plus tard, Léonard de Vinci conçut un prototype de la calculatrice mécanique. Sa machine était dotée de 16 touches et de 10 dents à rouage.

Une autre longue pause, de 120 ans…

Selon des croquis retrouvés dans une lettre de Wilhelm Schickard datant de 1623, il aurait été le premier à inventer l’horloge calculante. Sa machine se composait de deux technologies : la première un abaque fait de bâtons de Napier pour simplifier les multiplications et les divisions qui avaient été découvertes pour la première fois six ans auparavant, en 1617. En ce qui concerne la partie mécanique, elle était dotée d’un podomètre avec un cadran pour effectuer des additions et des soustractions.

Deux décennies plus tard…

Blaise Pascal concevait une machine à calculer pour faciliter l’arithmétique fastidieuse, appelée la roue pascaline ou pascaline.

30 ans plus tard, « la calculatrice de Leibniz »…

La calculatrice mécanique numérique a été inventée par le mathématicien allemand Gottfried Wilhelm Leibniz. Il s’agissait de la première calculatrice qui pouvait accomplir les quatre opérations arithmétiques. Ses rouages de précision complexes étaient pour l’époque une révolution technologique.

Après ça, s’en est suivie une véritable course à la calculatrice…

En 1674, Samuel Morland inventa la « machine arithmétique » sur laquelle les quatre lois fondamentales de l’arithmétique furent immédiatement travaillées « sans forcer la mémoire, perturber l’esprit, ou exposer les opérations à toute incertitude » (considérée par certains comme la première machine à multiplication du monde).

En 1709…

Giovanni Poleni fut le premier à concevoir une calculatrice qui utilisait une roue à nombre variable de dents.

Et maintenant place aux vrais arithmomètres, non leurs précurseurs…

L’arithmomètre de Charles Xavier Thomas de Colmar fut la première calculatrice mécanique commercialisée avec succès. Son design robuste lui a conféré une solide réputation de fiabilité et de précision, ce qui en a fait un élément clé concernant la transition des calculateurs humains aux machines à calculer qui s’est installée durant la seconde moitié du 19ème siècle.

Les débuts de la production en 1851 ont initié l’industrie de la calculatrice mécanique, dont la fabrication de ces machines a continué jusque dans les années 1970 [!!!!]. Pendant quarante ans, de 1851 à 1890, l’arithmomètre était le seul type de calculatrice mécanique dans la production commerciale, et a été vendu partout dans le monde. Durant les dernières années de cette période, deux entreprises ont commencé à fabriquer des copies de l’arithmomètre : Burkhardt, en Allemagne, qui a commencé en 1878, et Layton au Royaume-Uni, en 1883. Au total, près de vingt entreprises européennes ont fabriqué des copies de l’arithmomètre jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale.

Pendant ce temps en Russie, durant la même décennie (1850-1860), Pafnouti Tchebychev créa le premier arithmomètre russe.

Moins d’une génération plus tard, un autre résident de Russie (un immigré suédois ingénieur) commença la production en série de l’arithmomètre d’Odhner.

De 1892 jusqu’au milieu du 20ème siècle, des entreprises indépendantes furent établies partout dans le monde pour la fabrication des clones d’Odhner. Après avoir vendu des millions d’exemplaires, elle est devenue dans les années 60 la première calculatrice mécanique à avoir connu le plus grand succès de tous les temps.

Le 28 septembre 2016, un certain Eugène Kaspersky fit cadeau au Pape François de l’arithmomètre d’Odhner :

 

Sa production industrielle a officiellement débuté en 1890, dans l’atelier d’Odhner à Saint-Pétersbourg.

En lire plus :L’histoire incalculable des calculatrices mécaniques.