Étiquettes des archives : brevets

Le début de la fin de la bataille contre les trolls de brevet.

En août et septembre de cette année j’ai dû « travailler depuis chez moi », ce qui est très inhabituel. J’avais beaucoup de temps libre puisque je n’avais aucune corvée de voyage/déplacement/entraînement/entretien/discours ou autres tâches quotidiennes. Alors j’ai lu. J’ai beaucoup lu. Les mauvaises nouvelles habituelles étaient nombreuses, mais il y avait aussi parfois de très bonnes nouvelles. Surtout une bonne excellente nouvelle depuis le front de la bataille contre les trolls de brevet : la cour de justice du district du Texas a rejeté la demande de procès d’Uniloc contre nous, pour violation du brevet US5490216. Il s’agit du brevet tristement célèbre qui depuis le début des années 2000 terrifie les entreprises informatiques, ajoute des cheveux blancs aux nombreux avocats spécialisés en droit des brevets, et allège impitoyablement les portefeuilles de plus de 160 (!) entreprises, dont Microsoft et Google. Rien que ça !

Mais ce n’est pas tout, mes amis… !

Les efforts communs de l’industrie informatique ont permis de sécuriser l’invalidation de ce brevet informatique infernal. Nous ne sortons pas le champagne seulement pour fêter l’invalidation du brevet en soi, mais aussi parce que cette invalidation annonce de profonds changements, attendus depuis longtemps, dans le système des brevets aux États-Unis. Il est certain que pour le moment les choses avancent  » lentement mais sûrement « . Cependant, il vaut mieux avoir un changement lent que rien du tout, surtout lorsque ces changements ont une portée mondiale : au moins le secteur informatique peut commencer à éliminer ces parasites de brevets qui le poursuivent, et ne sont que des sangsues obstacles au développement technologique.

Le débat n’a pas simplement été lancé, il se répand à grande vitesse : les développeurs ont plus de libertés dans leurs actions, et sont protégés des propriétaires qui entament des poursuites à cause de (excusez-moi l’expression) ce brevet scandaleux : ceux qui décrivent les abstraits, et de temps en temps des choses assez évidentes et banales, qui en pratique ne sont même pas appliquées, ou ne sont utilisées que par des développeurs qui profitent de technologies similaires.

En résumé, l’histoire du brevet qui se termine par 216 se lit plutôt comme un roman à suspense : à tel point que j’ai pensé que je pourrai vous raconter à nouveau cette histoire, vu que vous êtes à la recherche de sensations fortes. Allez vous servir un café (ou encore mieux, faites du popcorn), et installez-vous confortablement dans votre fauteuil pour une courte histoire à suspense depuis le point de vue du brevet parasite…

En lire plus :Le début de la fin de la bataille contre les trolls de brevet.

Cybernouvelles du côté obscur – 24 juin 2014

Les chasseurs de brevets – en savoir plus

Dans ce domaine, les passions continuent à se déchainer, par vague de crises ardentes et déchainées. Malheureusement, les problématiques liées aux parasites de brevets n’ont pas encore disparues. Généralement, on entend seulement parler des cas lourds, plus intéressants. Mais en creusant un peu, on découvre des affaires moins connues, qui sont malgré tout dignes d’intérêt. Nous avons déniché une quantité appréciable d’histoires sur les chasseurs de brevets (ou troll des brevets), assez pour que ce soit le titre de cet article d’ailleurs. Alors voici…

Quand l’ironie est trop forte

Pour ce premier item, je n’ai pas eu à chercher trop longtemps, j’ai seulement fouillé un peu sur Ars Technica. Je suis tombé sur une de ces glorifications du  » regroupeur de brevets  » RPX. Il y est décrit comme un défenseur de la veuve et de l’orphelin, des pauvres et des princesses. Je n’en croyais pas mes yeux :  » RPX vend des abonnements aux sociétés qui se sentent flouées par les chasseurs de brevets, par exemple Apple et plusieurs autres compagnies technologiques. En fait, RPX achète les brevets avant que les chasseurs ne le fassent. En regroupant ainsi le pouvoir de plusieurs compagnies, RPX obtient les brevets à des prix avantageux « . En fait, je suis arrivé à y croire. N’empêche, j’étais secoué par le degré d’hypocrisie…

QUOI ? RPX, un genre d’anti-troll ? Non, mais tout de même…

Source

Nous avons localisé ce pseudo anti-troll au moment de sa création, et nous avons été parmi les premiers à contre-attaquer, et avec succès. En lire plus :Cybernouvelles du côté obscur – 24 juin 2014

Inventeurs et inventions

Comme les événements récents l’ont confirmé – nous sommes très actifs dans le monde des brevets.

Nos boîtes mails continuent de se remplir de toutes sortes d’e-mails – aussi bien positifs que négatifs et aussi intéressants qu’insipides – sur des revendications de brevets et autres inventions assorties…

… Ce qui m’a poussé à penser…

… Et ce qui m’a poussé à effectuer une recherche sur les prédictions bizarres et merveilleuses (et complètement fausses) des « experts » concernant les nouvelles idées, les inventions et les grands changements à travers les siècles.

Voici une intéressante liste de 20 absurdités extrêmement bizarres que j’ai trouvé sur Internet; je suis certain que cela vous fera froncer les sourcils au moins une fois ou deux, et certaines vous feront peut-être même rire :

1. « La chute de pierres venues du ciel est physiquement impossible. » – Académie des Sciences de Paris à propos des météorites, 1772

2. « Dans le futur, les ordinateurs pèseront plus de 1,5 tonne. » – Popular Mechanics, 1949

3. « Je pense qu’il y a un marché mondial pour quelque chose comme cinq ordinateurs. » – Thomas Watson, PDG de IBM, 1943

4. « J’ai parcouru ce pays en long et en large, j’ai parlé avec les meilleurs, et je peux vous assurer que le traitement des données est une tendance qui ne passera pas l’année. » – Éditeur, Business Books, Prentice Hall, 1957

5. « Mais… à quoi ça sert ? » – Ingénieur, Advanced Computing Systems Division chez IBM, 1968, à propos des micropuces.

6. « Il n’y a aucune raison valable pour que quiconque aie envie d’avoir un ordinateur chez lui. » – Ken Olsen, directeur de Digital Equipment Corp., 1997.

7. « Ce « téléphone » a trop de défauts pour qu’il puisse un jour être considéré comme un outil de communication. Cet appareil n’a aucune valeur à nos yeux. » – Mémo interne de Western Union, 1876.

8. « La boîte à musique sans fil n’a aucune valeur commerciale. Qui paierait pour un message qui n’est envoyé à personne en particulier ? » – Les associés de David Sarnoff en réponse à ses demandes d’investir dans la radio dans les années 20.

9. « Le concept est intéressant et bien formulé, mais pour obtenir une meilleure note qu’un « C », l’idée doit être réalisable. » – Un professeur de l’université de Yale en réponse à l’étude de Fred Smith qui proposait un service de livraison de nuit. (Smith créera plus tard la Federal Express Corp.)

10. « Qui pourrait bien avoir envie d’entendre les acteurs parler ? » – H.M. Warner, Warner Brothers, 1927

11. « Nous n’aimons pas leur son et la guitare sera bientôt démodée. » – Decca Recording Co. refusant de signer un contrat aux Beatles, 1962 (celle-ci m’a bien fait rire).

12. « Les machines volantes plus lourdes que l’air sont impossibles. » – William Thomson, Lord Kelvin, scientifiques britanniques, 1899

13. « Ce professeur Goddard malgré sa « chaire » à Clark College et le soutien de l’Institut Smithsonian ne connaît pas la relation entre action et réaction, et du besoin d’avoir quelque chose de plus consistant que le vide contre lequel s’appuyer, c’est tout simplement absurde. En réalité, il semble lui manquer les connaissances enseignées tous les jours au lycée. » – Éditorial du New York Times publié en 1921 sur le travail révolutionnaire de Robert Goddard sur les fusées. La remarque a finalement été retirée dans le numéro du 17 juillet 1969.

14. « Forer des puits de pétrole ? Vous voulez dire creuser dans le sol pour essayer de trouver du pétrole ? Vous êtes fou ! » – Des travailleurs à qui Edwin L. Drake s’était adressé pour son projet de puits de pétrole en 1859.

15. « Les avions sont des jouets intéressants mais ils n’ont aucune valeur militaire. » – Le maréchal Foch, professeur de stratégie à l’école supérieure de guerre, 1911.

16. « Tout ce qui peut être inventé a déjà été inventé. » – Attribué à Charles H. Duell, Commissaire à l’U.S. Office of Patents, 1899

17. « La théorie de Louis Pasteur sur les germes est une fiction ridicule. » – Pierre Pachet, professeur de physiologie à Toulouse, 1872

18. « L’abdomen, la poitrine et le cerveau sont à jamais interdits à l’intrusion de la connaissance et de la chirurgie humaine. » – Sir John Eric Ericksen, chirurgien britannique, chirurgien personnel de la reine Victoria, 1873

19. « 640K. ce devrait être assez pour tout le monde. » – Bill Gates, 1981

20. « 100 millions de dollars est bien trop pour Microsoft. » – IBM, 1982

Comme c’est devenue une coutume, je terminerai avec une autre énigme :

Une corde est tendue autour de l’Équateur. Elle est coupée à un point et on ajoute une section d’un mètre à sa longueur actuelle. Si cette corde pouvait magiquement flotter dans l’air afin qu’elle soit complètement tendue (comme elle l’était avant), à quelle distance flotterait au dessus de la terre ?

Soyez prêts à combattre !

Il vaut mieux prévenir que guérir. Et cela vaut aussi pour combattre les trolls de brevets.

C’est avec cet adage en tête que nous avons décidé de poursuivre en justice Device Security LLC afin d’obtenir l’invalidation et la non violation du brevet concernant la technologie impliquée dans la protection des données sur les appareils mobiles. Et bien que cela fasse déjà 8 ans que nous traitons avec les brevets parasites, c’est la première fois que nous menons une attaque de prévention.

En lire plus :Soyez prêts à combattre !

Brevets vs. innovation – la suite

Les « brevets contre l’innovation ». C’est aussi paradoxal que les « abeilles contre le miel », « la plage contre la mer » ou « la fête contre le divertissement ».

Les brevets contre l’innovation ? Comment est-ce possible ? Les brevets existent pour protéger les droits des inventeurs, pour leur assurer un retour sur investissement R&D, et généralement pour stimuler le progrès technologique. Et peut-être que cela fonctionne pour certains objets, mais dans le monde des logiciels, aujourd’hui – ce n’est absolument pas le cas.

De nos jours, la loi sur les brevets concernant les logiciels est … eh bien, c’est un peu comme l’un de ces miroirs utilisés dans les cirques : la réalité est déformée. La loi sur les brevets est maintenant si éloignée du bon sens, qu’elle est absolument absurde; tout le système doit être révisé. Immédiatement ! Sinon, les brevets innovateurs ayant le but d’encourager et de protéger ne pourront tout simplement pas se réaliser. (Bien joué le système de brevets, un travail exemplaire).

Comment en sommes-nous arrivés à un tel désordre ?

Eh bien, malgré l’intention originelle vertueuse des brevets de protéger les inventeurs – aujourd’hui, ils ne sont, pour la plupart, que des outils d’extorsion, dont l’objectif est tout simplement opposé à l’innovation. Le business des brevets contemporain est un racket technologique – un croisé entre… une pie voleuse et un singe kleptomane – doté d’un instinct malicieux qui entraîne tout élément de valeur dans sa tanière.

Croissance des poursuites judiciaires liées aux « patent trolls »

trollcase

Source : PatentFreedom En lire plus :Brevets vs. innovation – la suite