Archives mensuelles : mai 2019

Bonjour les start-ups, vous voulez devenir une entreprise internationale ?

Nous avons lancé un projet intéressant il y a près de cinq ans : notre propre incubateur d’entreprises. Pourquoi ? Parce qu’il y a beaucoup d’idées brillantes dans la nature qui ont besoin d’être encouragées pour se développer et devenir quelque chose de merveilleux. Nous avons les ressources nécessaires pour aider les entreprises à atteindre cet objectif ! Nous sommes donc partis à la recherche d’idées innovatrices attrayantes pour que ces start-ups puissent prendre leur envol.

Polys, un programme lancé en 2017, est un des exemples qui illustre le mieux la réussite des projets issus de notre incubateur d’entreprises. Il s’agit d’une plateforme de vote en ligne qui repose sur la blockchain. J’en ai déjà parlé dans un article publié sur ce blog. Pour faire simple : c’est sécurisé, anonyme, impossible à pirater et, ce qui est pour moi le plus important, très facile à utiliser et adapté à n’importe quel vote. Je pense personnellement que le futur du vote se trouve bel et bien dans Internet et la blockchain. Les partis politiques, les associations étudiantes, et les organismes gouvernementaux régionaux russes ont déjà utilisé Polys de façon officielle. Je suis convaincu que ce ne sont que les premiers pas de cette création de KL.

Nous avons un autre projet d’incubateur qui est plutôt prometteur : Verisium. Il s’agit d’une autre plateforme de l’Internet des Objets pour l’engagement des clients et l’authentification des produits. Ce programme est particulièrement nécessaire dans le secteur de la mode puisqu’il permet de lutter contre la contrefaçon des produits de luxe, donne aux marques la possibilité de suivre le cycle de vie des produits, et offre des informations marketing sur la vie et les performances des produits. Verisium a déjà lancé un certain nombre de projets en association avec des créateurs de marques russes, avec notamment des habits équipés de puces NFC sur la blockchain.


source

Même si l’incubateur obtient de très bons résultats, cela ne nous semble pas suffisant. Nous avons donc décidé d’étendre et de partager notre méthode de travail avec les start-ups et entreprises innovantes, tout en nous concentrant sur quelque chose que nous connaissons plutôt bien… la cybersécurité !

Fin mai (donc d’ici quelques jours) nous allons lancer un nouveau programme qui va fonctionner dans le monde entier : le programme Open Innovations de Kaspersky. Nous l’avons créé afin de construire un écosystème qui permette d’avoir des conversations transparentes et une collaboration fructueuse entre les entreprises et les sociétés innovantes du monde entier en matière de cybersécurité.

Nous allons d’abord lancer un défi à toutes les start-ups. Nous allons considérer les start-ups qui ont des produits, des produits minimums viables ou des prototypes. Nous allons aussi prendre en compte les entreprises qui ont déjà quelque chose à vendre, et celles qui ont déjà réalisé quelques ventes et ont besoin d’en faire plus. Étant donné que nous n’allons pas investir dans ces entreprises, ni les acheter, nous allons nous concentrer sur les solutions qui peuvent être ajoutées ou intégrées à nos technologies afin de maximiser leur capacité de protection.

Un autre objectif consiste à présenter les résultats de cette collaboration avec les start-ups, et leurs divers produits, solutions ou services innovants aux entreprises de différentes tailles du monde entier.

Si nous n’investissons pas dans ces entreprises et que nous ne les achetons pas, alors qu’est-ce que nous leur proposons ? En tant qu’entreprise internationale, nous allons aider les start-ups à se développer à l’échelle internationale en soutenant leurs futurs produits et le développement de l’entreprise. Plus important encore, nous allons leur proposer d’établir un partenariat avec nous, et d’être en contact avec les grands patrons et les multinationales.

Inscrivez-vous maintenant et développez votre entreprise dans le monde entier !

source

 

Nouvelle technologie d’émulation de Kaspersky : lutter contre les virus

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les virus qui infectent les ordinateurs sont tout simplement appelés  » virus  » ? En réalité, de nos jours, le mot  » virus  » est utilisé de façon trompeuse puisqu’il fait référence à  » n’importe quel programme malveillant  » ou sert à décrire  » n’importe quelle action néfaste qu’un programme a sur un ordinateur.  » J’ai trouvé cette définition dans notre encyclopédie.

Toujours selon notre encyclopédie,  » un virus, au sens strict, est défini comme un code de programme qui se reproduit «  et se répand, exactement comme le fait un virus biologique ; le virus de la grippe par exemple.

Étrangement, les virus qui correspondent à cette définition ont disparu depuis plusieurs années. Il s’agit désormais de programmes malveillants qui ne se reproduisent pas autant mais ont des fonctions vraiment dangereuses, puisqu’ils peuvent voler les informations de votre ordinateur, ou effacer la totalité des donnés (un cheval de Troie par exemple). Encore aujourd’hui, si vous demandez à quelqu’un comment il imagine les technologies de sécurité des ordinateurs, il va sûrement vous parler de scientifiques en blouses de laboratoire combinaisons Hazmat qui réalisent des mises en quarantaine et travaillent avec des éprouvettes, même si ces outils ne sont nécessaires que lorsqu’il s’agit de virus biologiques. En lire plus :Nouvelle technologie d’émulation de Kaspersky : lutter contre les virus

Flickr photostream

  • F1 Grand Prix Turkey 2020
  • F1 Grand Prix Turkey 2020
  • F1 Grand Prix Turkey 2020
  • F1 Grand Prix Turkey 2020

Instagram

Cyber-histoires du côté obscur – version SAS 2019.

Bonjour à tous !

Je vous présente donc le dernier article de la série des cyber-actualités que je publie de temps à autre ; je parle bien sûr des mises à jour cyber-histoires du côté obscur. Je vais donc vous parler de certaines des interventions auxquelles j’ai pu assister lors de notre rencontre annuelle Security Analyst Summit qui s’est tenue à Singapour le mois dernier.

Chaque édition du SAS se distingue par les présentations faites par les experts. Contrairement à d’autres conférences géopolitiquement correctes, ici les analystes prennent la parole pour partager leurs découvertes au sujet de n’importe quelle menace informatique, peu importe d’où elle vient, et ils le font par principe. Après tout, un malware est un malware, et les utilisateurs doivent s’en protéger quelles que soient les intentions de ceux qui le présentent. N’oubliez pas l’effet boomerang.

Si certains médias n’hésitent pas à raconter des mensonges sur nous afin de répliquer à cette position de principe, alors qu’il en soit ainsi. Ils ne s’en prennent pas seulement à nos principes puisque nous mettons en pratique ce que nous prêchons. Nous sommes en tête lorsqu’il s’agit du nombre d’opérations de cyber espionnage résolues. Nous n’envisageons pas d’adopter une attitude différente au détriment de nos utilisateurs.

Voici un résumé des recherches les plus intéressantes que certains experts ont présentées lors du SAS. Il s’agit des histoires les plus captivantes, choquantes et effrayantes qui vont vous laisser bouche-bée.

 

  1. TajMahal

L’an dernier, nous avons mentionné une attaque qui s’en était prise à une organisation diplomatique en Asie centrale. Il n’est pas surprenant de voir que les cybercriminels soient intéressés par ce genre d’institution. Les systèmes d’informations des ambassades, consulats et missions diplomatiques ont toujours intéressé d’autres états et leurs agences d’espionnage, ou n’importe quelle personne ayant de mauvaises intentions ainsi que les connaissances techniques et les moyens financiers suffisants. Oui, nous avons déjà lu un roman d’espionnage. Il y a toutefois quelque chose de nouveau : ils ont construit un vrai  » TajMahal  » pour les attaques. Il s’agit d’une plateforme APT avec un grand nombre de plug-ins utilisés pour toutes sortes de scénarios d’attaque grâce à divers outils. Nous n’avions encore jamais vu autant de plug-ins dans une plateforme APT.

La plateforme se divise en deux : Tokyo et Yokohama. La première est la porte dérobée principale, qui permet également de transmettre le programme malveillant. Yokohama a de nombreuses fonctionnalités : vol de cookies, interception de documents en attente d’impression, enregistrement des appels VoIP (y compris WhatsApp et FaceTime), captures d’écran, et bien d’autres choses. L’opération TajMahal est active depuis au moins cinq ans. Sa complexité nous laisse croire qu’elle a été conçue pour s’en prendre à plus d’une personne. Il ne nous reste plus qu’à découvrir qui sont les victimes.

Vous pouvez obtenir plus de renseignements sur cette APT géante ici.

En lire plus :Cyber-histoires du côté obscur – version SAS 2019.