Étiquettes des archives : science

Du 3ème au 5ème jour : Etoiles + Musique = Starmus.

Le festival Starmus continue, pour 3 jours de plus ! Eh oui, cinq jours entiers pour une unique et même conférence à laquelle j’étais présent à (presque) toutes les présentations (des trois premiers jours) : une première pour moi.

J’ai regroupé ces trois derniers jours dans un même post, pensant que cinq articles auraient fait un peu beaucoup pour une seule conférence… De toute façon, les trois derniers jours étaient un peu moins éblouissants intergalaticquement parlant que les deux premiers. Il y a eu cependant quelques moments agréables, y compris la participation de célébrités, telles que :

Stephen Hawking.

Cet homme ingénieux mérite bien une présentation. Il a commencé par nous raconter une brève histoire de son temps sa vie. Bien entendu, vous pouvez en lire davantage sur Wikipedia, mais c’est toujours mieux de l’entendre d’une source sûre. La source en question provient des logiciels qui l’aident à mettre les bons mots sur ses phrases. Ces mots synthétisés combinés à la sono ont vraiment fait bonne impression. Quel homme ! Une personnalité incroyable ! Respect.

Starmus_1

En lire plus :Du 3ème au 5ème jour : Etoiles + Musique = Starmus.

Starmus – 2ème jour : les remarquables anneaux de Saturne et la formidable mémoire des rats.

Starmus est une conférence stellaire impressionnante ! Je crois que je ne m’étais jamais rendu à un évènement auparavant où j’ai assisté à chaque présentation, du début à la fin, jusqu’à ce jour où j’ai changé la donne avec Starmus (bon d’accord presque). C’était totalement intéressant, plein de vie, captivant, stimulant. En résumé : des sujets hors du commun, comme venus d’ailleurs.

C’est parti. Voici mon court résumé de tous les discours du 2ème jour :

Brian Schmidt.

Astrophysicien américano-australien. Prix Nobel de physique en 2011. Il a présenté une réflexion sur la matière noire, considérant qu’elle constitue une grande proportion de l’Univers, mais qu’on ne peut ni la distinguer à l’œil nu, même d’une personne expérimentée, ni à l’aide d’un micro-/télescope. Il nous a également parlé de l’énergie sombre (on dirait le nom d’un sous-genre de techno), qui même si on ne peut pas la voir du tout, est supposée « imprégner tout l’espace » ! (Merci Wiki).

Les galaxies tournent, l’Univers s’étend : c’est comme s’il y avait une matière et une énergie noires (inconnues) en jeu. Bien qu’on ne puisse pas les voir, elles constitueraient 95% de l’Univers ! Autrement dit, tout ce qu’on peut distinguer autour de nous ne représente que 5% de ce qu’il y a vraiment, 5% de la matière et de l’énergie de l’Univers. HEIN ?!?!!

En lire plus :Starmus – 2ème jour : les remarquables anneaux de Saturne et la formidable mémoire des rats.

Flickr photostream

Instagram

Starmus – 1er jour : Un Big Bang pour le cerveau !

Hola les amis !

Je suis toujours à Tenerife, aujourd’hui au Festival Starmus. Inhabituel, il se distingue des autres en combinant l’astrophysique, la physique fondamentale et la musique. Jamais entendu parler ? Eh bien, je n’y étais jamais allé auparavant, jusqu’à cette année. C’est l’occasion pour moi de vous en parler !

DSC08725

En résumé, il s’agit d’une conférence où les scientifiques les plus talentueux et les plus prestigieux du monde entier présentent des discours formels mais aussi de façon plus informelle dans les coulisses, à propos des étoiles, du cosmos et du microcosme et bien d’autres choses encore, pour lesquelles ils ont consacré leurs vies.

En parlant de grands noms : Stephen Hawking, est sans doute la plus importante star mondiale de la science, un physicien-cosmologiste qui a donné son nom à des théories scientifiques, et qui a inspiré Brian May, le guitariste de Queen, qui est aussi astrophysicien ; Brian Eno, le pionnier de la musique ambient, membre de Roxy Music, producteur de U2, l’astronaute Alexey Leonov, héro de l’URSS et premier homme à avoir marché sur la lune ; et j’en passe…

En lire plus :Starmus – 1er jour : Un Big Bang pour le cerveau !

Insérez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog

Santorin : parfois les rêves deviennent réalité.

J’ai de très bonnes nouvelles ! Les fouilles archéologiques d’Akrotiri ont repris grâce à, ah, hum… nous ! (Non pas que je veuille lancer des fleurs à Kaspersky Lab ou autres, mais que vais-je bien pouvoir écrire ? Que l’argent pousse sur les arbres ?) Et pour ne pas citer que les fouilles, il s’agit aussi de la reconstruction des fresques et du renforcement des murs du site ! Oui, nous sommes devenus le principal mécène des fouilles d’Akrotiri ! Hourra ! C’est la raison d’ailleurs pour laquelle j’étais à Santorin la semaine dernière.

Comment la relation entre KL et Akrotiri a-t-elle donc eu lieu ? Pourquoi la Grèce ? Pourquoi Santorin ? Pourquoi Akrotiri ? Je vous dirai tout dans cet article. C’est une assez longue histoire, mais pas autant que celle de son élaboration, qui a duré 13 ans !

En lire plus :Santorin : parfois les rêves deviennent réalité.

Mystère minoen à Santorin.

L’île de Santorin n’est pas seulement connue pour ses vues panoramiques sensationnelles, ses couchers de soleil éblouissants, et ses plages multicolores (blanches, rouges et noires). Elle est aussi connue principalement pour son histoire dans l’Antiquité. Au sud de l’île, des fouilles de la cité antique ont été déterrées en parfait état de préservation grâce aux cendres volcaniques. Des bâtiments de trois étages, des canalisations et des égouts (!), et un aspect culturel unique. Nom de Zeus !

Pompéi vit le jour en 1500 ans av. J.-C. (et non pas il y a 1500 ans) ! Ce qui veut dire, que tous les murs, les rues, les fenêtres, les pots et les plats sont vieux de plus de 3500 ans !

En lire plus :Mystère minoen à Santorin.

L’intelligence artificielle : la vérité artificielle – ici et maintenant.

L’intelligence artificielle… Deux mots qui ensemble évoquent tant d’émerveillement et d’admiration dans l’imaginaire des programmeurs, des fans de science-fiction et sans doute pour quiconque qui a de l’intérêt pour l’avenir du monde !

Grâce au meilleur ami de l’homme, le chien, R2-D2, le diabolique Skynet, le fantastique 2001 : l’Odyssée de l’Espace, le roman post-apocalyptique Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? et sans doute Gary Numan, tout le monde s’est relativement bien familiarisé au concept de l’intelligence artificielle (AI). Et oui, avec les livres, le grand écran, les BD, euh… les pubs de la marque britannique de purée instantanée Smash, l’intelligence artificielle est partout. Elle est aussi largement présente dans les campagnes de marketing ou récemment apparue dans les entreprises de cybersécurité exceptionnellement ambitieuses. En réalité, il n’existe probablement qu’un seul endroit aujourd’hui où vous ne pouvez pas la trouver. La chose est telle que ce lieu unique est là pour recouvrir pratiquement tout ce qui constitue ce monde et toute la vie qui s’y trouve : la sphère non négligeable de « la vie réelle de tous les jours ».

SourceSource

Il est bien connu que depuis l’époque d’Alain Turing et Norbert Wiener (c’est-à-dire, aux alentours de la moitié du 20ème siècle) les ordinateurs se sont développés à pas de géants. Ils ont appris (on leur a appris plutôt) à jouer aux échecs, et ce mieux que les humains. Ils pilotent des avions, et même désormais des voitures sur la route. Ils écrivent des articles de journaux, sont victimes de malware et font plein d’autres choses utiles, bien que très souvent inutiles. Ils passent le test de Turing pour démontrer qu’ils détiennent un comportement intelligent équivalent à celui des êtres-humains. Toutefois, un agent conversationnel imitant simplement un adolescent de 13 ans et n’étant incapable de rien d’autre, n’est qu’un simple algorithme, pas un ensemble de bibliothèques. Il ne s’agit pas d’intelligence artificielle. Pas convaincus ? Je vous invite simplement à jeter un coup d’œil à la définition de l’intelligence artificielle, et à celle d’un algorithme, et d’ensuite comparer les différences entre les deux. Ce n’est pas de la science informatique.

On assiste actuellement à une vague d’intérêts à travers le monde concernant l’intelligence artificielle. Quelle que soit l’ampleur du phénomène, j’en ai perdu le fil…

En lire plus :L’intelligence artificielle : la vérité artificielle – ici et maintenant.

LES YEUX DE LA TERRE.

De quelle manière regarde la Planète Terre, euh, le monde [sic.] ; je veux dire, où sont ses yeux ?

C’est vrai, ce sont ses télescopes !

Il existe des télescopes de différents types, formes, tailles et usages : les radiotélescopes/ télescopes gamma, les télescopes spatiaux divers, mais aussi des télescopes optiques, qui mesurent plus d’un mètre de diamètre. Parmi ces derniers, il n’en existe seulement que quelques dizaines ou bien un peu plus d’une centaine dans le monde. Cependant, il y a beaucoup moins d’endroits appropriés pour eux, seulement trois en réalité. Il y en a un à Hawaï (j’y suis allé), un dans le Désert d’Atacama au nord du Chili (pas encore), et un aux Îles Canaries (j’y étais la semaine dernière). Ces trois endroits sont très purs, l’air y est sec et les conditions climatiques stables, bien loin de l’éclat de la civilisation, autrement dit, ils réunissent des conditions astro-climatiques idéales.

Alors que nous étions à Tenerife la semaine dernière, nous avons décidé de jeter un coup d’œil à ces larges télescopes après la Conférence sur la Sécurité Informatique (SAS 2016). Nous avons pensé que nous pourrions y aller puisque nous y étions, et qu’avec un peu de chance on pourrait s’entretenir avec les astronomes/astrophysiciens, toucher l’équipement et prendre les séries de photos habituelles (où c’était permis, et il s’est avéré que c’était autorisé pratiquement partout :).

canary-telescope-1


canary-telescope-2

En lire plus :LES YEUX DE LA TERRE.

TROIS QUESTIONS POUR LES PHYSICIENS

J’ai pas mal marché pendant mon voyage en Tanzanie, lors de l’expédition sur le Kilimandjaro : toute une semaine, en fait.  Cela signifie que j’ai eu énormément de temps, quand je ne bavardais pas avec mes compagnons de voyage, pour contempler, penser et réfléchir à propos de toutes sortes de choses.

Je n’ai pas pensé une seule fois au travail, mais c’est aussi parce que le fait de ne pas penser au boulot était l’un des objectifs principaux de mon voyage. Naturellement, mon esprit s’est donc tourné vers des thèmes non liés à mon travail : la vie et l’éternité, la nature, l’homme, l’univers, et la signification de l’homme dans celui-ci. Je pensais à ce dernier sujet la nuit, en particulier, quand je pouvais voir les étoiles extraordinairement brillantes scintiller dans le ciel. Comme nous étions en montagne, elles étaient beaucoup plus vives que ce que l’on voit au niveau de la mer.

Comme je vous l’ai dit, nous avons passé beaucoup de temps à marcher et donc à bavarder, ce qui comprenait de longues discussions… avec moi-même ! Toutes sortes de pensées ont traversé mes petites cellules grises, comme celle-ci, par exemple :

La lune s’éloigne de la Terre de 3 cm par an (c’est un fait scientifique). Tôt ou tard, la Terre finira par perdre son  » intérêt gravitationnel  » sur la Lune qui deviendra alors un autre satellite du soleil. Il est possible que les trajectoires de la Lune et de la Terre se croisent à nouveau à un certain moment futur, et la Lune redeviendra un satellite de la Terre. Ou peut-être qu’elle entrera en collision avec la Terre ? Il est difficile de calculer cela… mais mes questions spécifiques (qui sont en rapport avec cela) sont plus simples…

Question nº 1

Cela aura-t-il lieu avant que le soleil ne devienne plus grand, plus rouge et plus chaud que maintenant et qu’il avale les planètes les plus proches de lui (Mercure, Vénus et la Terre), ou après ? Qu’est-ce qui arrivera en premier : que la lune revienne vers la Terre ou que le Soleil dévore tout, cette question comprise ?

En lire plus :TROIS QUESTIONS POUR LES PHYSICIENS