Archives mensuelles : juillet 2016

Où se baigner à travers le monde – 1ère partie.

Les sports aquatiques extrêmes du Groenland ensoleillé m’ont fait (étonnamment) cogiter. Peut-être devrais-je puiser au fin fond de ma mémoire, pour me rappeler de toutes les anecdotes les plus inhabituelles et agréables où j’ai nagé dans le monde, un « top des meilleurs lieux pour nager », si vous préférez. Pour nager, se baigner, ou tout simplement faire trempette, en dehors de la baignoire de l’hôtel. Je suis un habitué de toutes sortes de lieux reculés extraordinaires…

Prendre un bain : il s’agit d’un sujet intéressant, plus particulièrement en cette période d’été synonyme de R&R (repos et relax), de plage et de vacances et les activités aquatiques associées. Pour la plupart d’entre vous, vous êtes certainement en ce moment même près d’une piscine, d’un lac, de la mer, d’un océan et qui sait, êtes en train de passer à côté des plus beaux endroits. Donc, sans plus attendre, commençons avec ces fameuses activités aquatiques.

Bien. Le programme est le suivant : je vous parlerai uniquement des plans d’eau naturels. Oubliez les piscines géantes, les parcs aquatiques, les spas et autres choses du genre. Ici, il s’agit d’expériences de baignade en communion avec la nature. Je repasserai dans les moindres détails le monde : les Amériques, l’Europe, l’Afrique, l’Asie, l’Australasie. Excepté l’Antarctique, où je n’ai pas eu le courage de m’y baigner, si vous voyez ce que je veux dire :).

Oh et à propos, si quelqu’un remarque que j’ai omis un endroit dans ma liste, je vous en prie, ne soyez pas timides, n’hésitez pas à laisser vos commentaires. Je vous en serai très reconnaissant…

Ok. C’est parti. L’Amérique du Nord…

J’ai été en Alaska. Mais comme pour l’Antarctique, j’avais d’autres choses en tête que celles de me baigner. Par conséquent, je passerai directement au Groenland, qui techniquement est toujours en Amérique du Nord…

En lire plus :Où se baigner à travers le monde – 1ère partie.

Présentation du Kasbar.

Bonjour tout le monde !

Ahhh ! Le mois de juillet : ça bouge toujours chez Kaspersky Lab avant de faire une pause au mois d’août, lorsque beaucoup d’entre nous s’en vont en vacances, moi inclus ! A présent que nous avons fêté notre anniversaire, nous nous concentrons davantage sur le travail, mais je n’entrerai pas dans les détails. Aujourd’hui, je vous parlerai du dernier évènement de juillet : l’ouverture (enfin !) de notre restaurant d’entreprise ! Le BarKas. Oui, le « Bar » de « Kaspersky ». On a choisi « bar« , même si dans les faits il s’agit plus d’un restaurant, l’esprit de KL quant à lui s’inscrit bien dans l’ambiance d’un bar, décontracté et relax, mais en plus beau.

Et puis aussi parce que « Restaurant-Kas », ça ne le fait pas vraiment. En plus, c’est curieux car « barkas » en russe ça signifie… un pédalo ! « Parfait » a-t-on pensé :).

Les travaux du pédalo ont débuté en mars dernier, et il a finalement ouvert ses portes au public l’autre jour (ce n’est pas une cantine réservée exclusivement aux membres de KL). On a donc décidé de « l’inaugurer »…

En lire plus :Présentation du Kasbar.

Flickr photostream

Instagram

Kaspersky Lab fête ses 19 ans !

Vendredi 15 juillet à Moscou fut de loin l’un des meilleurs jours de l’année 2016, un temps ensoleillé, une légère brise, et pas une goutte de pluie. Il semblerait que Dieu était avec nous pour célébrer le 19ème anniversaire de Kaspersky Lab, où plus de 2000 membres de KL venant du monde entier se sont réunis pour la faire la fête !

Ça fait un peu bizarre de fêter l’anniversaire d’une « entreprise ». On n’arrêtait pas d’entendre les gens se dire entre eux tout au long de la journée :

« Hé ! Joyeux anniversaire ! »

« Bon anniversaire à vous aussi ! »

birthday_1

En lire plus :Kaspersky Lab fête ses 19 ans !

Insérez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog

Groenland ou terre des nuages ?

Dernièrement, alors que nous volions au-dessus de l’Atlantique, notre correspondant spécial N.Sh m’a envoyé un communiqué en temps réel qui détaillait des informations totalement positives sur le services des vols transatlantiques.

Je cite :

Delta – ces gens sont tout simplement incroyables. Pour seulement 20$, on peut avoir Internet en illimité, durant les 9 heures de vol !

Waouh ! Je devrais essayer la compagnie Delta la prochaine fois. Hmmm. Où se trouve mon article sur le terrible service transatlantique ? Ah oui, il est ici. Mais dans ce dernier, je parlais de la compagnie United. De toute façon, les compagnies américaines sont toutes les mêmes. Toutefois, l’Internet en illimité est un plus. Pour un voyageur d’affaires, il suffit d’Internet + une prise de courant pour connecter son ordinateur portable, pas vrai ?

Qu’importe. Retour à notre correspondant spécial…

Donc, comme je l’ai dit, il était en train de traverser l’Atlantique Nord. A un moment donné, il s’est retrouvé au-dessus du Groenland. Et qu’a-t-il vu par la fenêtre ? Une terre verte ? Une terre blanche ? En réalité, rien de tout cela. Juste du blanc. Point.

En lire plus :Groenland ou terre des nuages ?

Groenland, 8ème partie : les logements et scènes « urbaines ».

Qu’en est-il du logement pour les visiteurs du Groenland ? A en dire vrai, pas mal du tout. Des hôtels de base convenables, des chambres confortables, avec toutes les commodités que vous pouvez trouver dans n’importe quel bon hôtel, et de la bonne nourriture. Le seul défaut que j’émettrai : la lenteur de la connexion Internet, et les faibles limitations de vitesse.

Voici l’hôtel où nous avons séjourné à Nuuk, vu de l’intérieur et de l’extérieur…

En lire plus :Groenland, 8ème partie : les logements et scènes « urbaines ».

Groenland, 6ème partie : les icebergs.

Pas besoin de s’éloigner d’Ilulissat pour voir des mini icebergs, certains se trouvent dans l’enceinte même du port. De temps en temps, ils craquent, se fendent, et/ou s’écrasent. Juste au moment de partir, on a entendu un bruit de crépitement d’un iceberg qui s’est écroulé dans la mer, et qui après une courte pause, a refait progressivement surface sur l’eau pour se dorer la pilule au soleil :).

En lire plus :Groenland, 6ème partie : les icebergs.

Groenland, 5ème partie : vol à Ilulissat dans le cockpit.

On continue notre saga du Groenland avec la ville d’Ilulissat, à 550km au nord de Nuuk, et à 200km du Cercle polaire. Oui, cela veut dire qu’en juillet le soleil ne se couche jamais, chose qu’on a pu tester de nous-mêmes (et ce de façon positive).

Il n’y a pas de route entre Nuuk et Ilulissat (!), donc nous avons repris ces petits avions rouges pour nous rendre en ville. Ça a aussi du bon, les vues à travers le hublot étant spectaculaires (si vous arrivez à obtenir une place côté fenêtre). Mais attention, les places ne sont pas assignées sur les billets, donc vous devez arriver parmi les premiers. Cependant, cette tâche peut s’avérer difficile, étant donné qu’ils annoncent la porte d’embarquement en danois, puis en anglais, groenlandais (un autre exemple de l’attitude décontractée du Groenland, qui ne me plait guère cette fois).

 

En lire plus :Groenland, 5ème partie : vol à Ilulissat dans le cockpit.

Groenland, 4ème partie : des mini icebergs et des vikings disparus.

Soyez prêts à en prendre plein la vue avec de nombreuses photos. Le Groenland possède un grand nombre de beautés naturelles : des glaciers, des montagnes couvertes de neige et des icebergs qui s’en détachent.

Je reviendrai sur les glaciers et les icebergs un peu plus tard, mais pour le moment, je vous parlerai seulement de la glace. Pas des « icebergs », mais plutôt des mini icebergs , des micro icebergs et des nano icebergs, dont on a déjà eu un aperçu dans le port de Nuuk.

En lire plus :Groenland, 4ème partie : des mini icebergs et des vikings disparus.

Groenland, 3ème partie : de passage à Nuuk.

Mon cher et tendre Groenland ! Une île immense. Il pourrait presque rivaliser en taille avec les continents ! Il est juste 3,5 fois plus petit que l’Australie. Néanmoins, si les glaciers continuent de fondre à leur rythme actuel, l’île va s’élever considérablement une fois que le poids de toute la glace va diminuer. Et puisque la fonte est plus rapide que la montée du niveau de la mer, le Groenland pourrait bien toucher l’Amérique du Nord. Ils devront installer une frontière terrestre avec le Canada avant même qu’on ait le temps de s’en rendre compte !

A propos, les guides locaux nous ont raconté comment il y a des dizaines d’années la hauteur du Groenland atteignait un demi centimètre par an, cependant, l’an dernier, elle a grimpé de 4,5 centimètres. Mon cher et tendre Groenland, en effet !

Mais si je suis là aujourd’hui, c’est pour vous parler de toute autre chose…

Donc. Nous voici dans la capitale du Groenland, une des plus petites « villes » au monde. Au fait, vous savez à quoi ressemble le drapeau du Groenland ?

Le voici :

Greenland_1

En lire plus :Groenland, 3ème partie : de passage à Nuuk.