Étiquettes des archives : voyage

Bouddha et les océans

Si vous tapez « Bouddha et » sur Google, devinez les cinq suggestions du moteur de recherche pour finir votre recherche… :

Bouddha et le bonsaï

Bouddha et Ahsok

Bouddha et les chats

Bouddha et l’histoire de Mara

Bouddha et le quantum

C’est curieux, je le reconnais, mais le sujet d’aujourd’hui est aussi très étonnant :

Bouddha et… les océans !

Vous ne voyez pas le lien, n’est-ce pas ? Enfin, aviez-vous compris le lien entre Bouddha et… les chats ? 🙂

De toute façon, je vous parlerai du lien entre Bouddha et les océans à la fin de cet article (c’est un problème à résoudre, mais ça vaut la peine d’attendre). Avant ça, voici quelques photos et explications à titre d’introduction…

Dans la ville de Leshan se trouve une grande statue de Bouddha. Par coïncidence, elle a été baptisée « le Grand Bouddha de Leshan« . Elle surplombe la rivière Min depuis plus de mille ans et a vu beaucoup d’eau couler devant elle…

buddah-leshan-china-2

En lire plus :Bouddha et les océans

Coucher de soleil à Zhangye

Votre attention, s’il vous plaît !

Les photos ci-dessous n’ont pas été retouchées avec Photoshop. D’accord, les couleurs ont été un peu accentuées, mais ce n’est pas du vrai photoshopping. C’est un peu comme utiliser des lunettes de soleil Polaroid. Accessoirement, il est conseillé de porter de telles lunettes pour admirer avec ses propres yeux les paysages suivants. Tout est un peu plus lumineux, profond, accentué et contrasté. Comme ceci :

china-zhangye-danxia-park-1

china-zhangye-danxia-park-2

En lire plus :Coucher de soleil à Zhangye

Terra Incognita : le Koshelev, volcan du sud du Kamtchatka

Notre voyage annuel au Kamtchatka de 2015 touchant inexorablement à sa fin, il ne nous reste plus qu’un volcan à découvrir : le Koshelev.

Nous parlons du Koshelev au singulier, alors qu’il ne s’agit pas d’un seul volcan. En effet, le Koshelev correspond à cinq volcans, tous entrés en éruption à différents  moments, et qui forment un ensemble volcanique gigantesque. Ils sont tous anciens et en partie effondrés, ce qui les rend encore plus photogénique.

Les parties du Koshelev que nous avons admirées (les sommets occidentaux) sont composées de couches de lave (centres de vieux cratères) multicolores, dues à d’anciennes activités volcaniques. Plusieurs nuances de noir, de blanc, de rouge et de jaune, qui brillaient sous l’éclat du soleil. Nous avons eu la chance de profiter d’une magnifique journée ensoleillée pour visiter le Koshelev.

kamchatka-volcanoes-koshelevsky-1

kamchatka-volcanoes-koshelevsky-2

kamchatka-volcanoes-koshelevsky-3

En lire plus :Terra Incognita : le Koshelev, volcan du sud du Kamtchatka

Kamtchatka 2015 : grottes et tunnels de neige

Je pense que les grottes et tunnels de neige du Kamtchatka méritent à eux-seuls un article…

Il neige beaucoup au Kamtchatka. Vraiment beaucoup. A certains endroits, il tombe une quantité infinie de neige, qui s’entasse sur des dizaines de mètres. En même temps, elle tombe aussi sur les nombreuses sources chaudes (autrement dit, elle recouvre les courants chauds souterrains, ce qui est plus joliment formulé), créant un labyrinthe de tunnels sous les congères. Et la neige qui forme ces tunnels n’a pas le temps de fondre au printemps, ni parfois en été (vue la quantité). Nous sommes entrés dans ces tunnels, qui sont véritablement formés par la neige !

Jetez donc un coup d’œil aux photos :

kamchatka-snow-tunnels-1

kamchatka-snow-tunnels-2 En lire plus :Kamtchatka 2015 : grottes et tunnels de neige

Terra Incognita : le Kambalny, volcan du sud du Kamtchatka

Bien que Kamtchatka ne soit pas la destination touristique la plus connue ou la plus facile d’accès au monde, elle possède quand même de nombreux lieux qui valent la peine d’être visités : la vallée des geysers, le volcan Tolbatchik (d’autant plus lors d’une éruption) et les volcans Moutnovski et Goreli. Toutefois, elle compte aussi des lieux moins visités, comme le volcan Ksoudatch. En plus, il y a des endroits où l’on peut observer une empreinte d’une patte d’ours dans la boue sans que notre rythme cardiaque ne s’accélère (car s’en est une parmi des milliers). La vue d’une empreinte de chaussure ne vous donne aucune émotion… et vous n’en voyez jamais ! Ce sont des endroits où personne ne vit, et que seulement un ou deux groupes de touristes visitent par an ! Ces lieux sont complètement stériles, désolés, déserts et silencieux : Terra Incognita !

Quel dommage ! Toutes ces terres inconnues valent la peine d’être visitées !

Deux endroits incontournables sur la Terra Incognita du Kamtchatka sont les deux volcans Kambalny et Koshelev.

Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de grimper au sommet de leur cratère. À la place, nous nous sommes promenés dans les alentours et nous avons planifié notre prochaine visite des volcans Kambalny et Koshelev : partir de Pauzhetka pour aller à Kambalny, puis descendre au lac Kambalny et… il faudra que nous voyions combien d’énergie il nous reste pour grimper des volcans…

Le volcan Kambalny mesure 2 161 mètres, il possède aussi une crête volcanique de 15 km de long et se situe à mi-chemin entre la mer d’Okhotsk et le lac Kourile, dans le sud du Kamtchatka.

kamchatka-volcanoes-1

kamchatka-volcanoes-2

En lire plus :Terra Incognita : le Kambalny, volcan du sud du Kamtchatka

Lijiang : ville ancienne et moderne, par A.B.

Pour compléter mes propres notes de voyage sur Lijiang, voici un article dans lequel mon compagnon de voyage A.B. a gentiment accepté de partager ses commentaires et ses chefs d’œuvres photographiques.

Sur la photo ci-dessous, il est en train de sonner la cloche de la Paix de Lijiang. Pour cinq yuans seulement payés au moine assis à côté de la cloche, vous pouvez la heurter avec une poutre suspendue. Les cercles sur la cloche ont tous des significations différentes, que j’ai oubliées, mais qui étaient très positives et en lien avec « la paix dans le monde entier ». Son de cloche.

lijiang-china-bulay-1

Je passe ma plume à A.B. :

—-8<—-

Voyage en Chine

Je n’étais jamais allé en Chine, mais ce n’était pas non plus ma destination de rêve. Puis, tout à coup, je me suis retrouvé à accompagner E.K.. C’était comme de s’initier à la plongée en commençant par les fonds les plus profonds, étant donné que nous avons laissé de côté tous les lieux célèbres pour nous plonger directement dans la Chine la plus reculée. Je me suis un peu senti comme le protagoniste de la série britannique An Idiot Abroad, car je ne savais absolument rien sur ce pays, ni sur sa culture, et encore moins sur sa langue. Alors, une première chose à faire : apprendre quelques mots basiques en chinois…

Voici mes premiers mots et expressions : bonjour (nihao), merci (xiexie) et cul sec ! Apparemment, je prononçais cette dernière expression en japonais (kanpai) et non en chinois (ganbei) ! Le plus important, c’est que je me suis fait comprendre. 🙂

Ce qui a été super avec ce voyage, c’est que j’ai pu découvrir une facette authentique de la Chine, et non une image artificielle destinée aux étrangers (alors qu’il y a tant de choses à voir). Je me suis retrouvé en eaux profondes dans la province du Yunnan, et plus précisément dans l’ancienne et exotique (même selon les critères chinois) ville de Lijiang, située dans les montagnes, près des frontières avec le Myanmar et le Laos.

lijiang-china-bulay-2

En lire plus :Lijiang : ville ancienne et moderne, par A.B.

Sur les chemins de Shilin

La Chine est un pays fascinant, mais peu exploité en termes de tourisme extérieur : elle compte un grand nombre d’attractions touristiques d’envergure internationale, mais dont la plupart des étrangers n’ont jamais entendu parler, et encore moins visitées. Oh, bien sûr, la Chine est également un pays immense, alors vous pouvez y aller encore et encore, et vous y découvrirez toujours de nouvelles merveilles à admirer. C’est très agréable.

Je suis sûr d’avoir déjà parlé sur ce blog de la tendance des Chinois à garder une distance avec le reste du monde. Je veux dire par là que leur industrie du tourisme intérieur n’est pas du tout tournée vers les étrangers. Evidemment, il y a les fameux pièges à touristes dont on fait beaucoup la promotion en dehors de la Chine (comme la Grande muraille et les plus grandes villes du pays). Ironiquement, ces lieux n’ont pas vraiment besoin de publicité étant donné que les gens du monde entier les connaissent déjà très bien. Il vaudrait mieux présenter des lieux moins connus. Toutefois, cette situation un peu bancale du tourisme présente un avantage : en tant qu’étranger, vous trouverez formidable de découvrir des lieux peu connus car vous serez sûrement le premier de vos amis et de vos collègues, voire de votre ville (ou même de votre pays ?) à les visiter. Les motards autrichiens étant, bien sûr, une exception.

J’ai dit que le tourisme n’est pas tourné vers les étrangers, mais pas qu’il n’est pas développé sur d’autres plans. J’ai été agréablement surpris d’apprendre que tous les lieux touristiques, même les plus petits et les plus méconnus des étrangers, étaient répartis dans cinq catégories, avec une brève description, sur le site de I Heart China. La première catégorie (AAAA) contient tous les lieux à visiter absolument. A ma grande surprise, elle contient plus de 50 endroits ! Il y a donc énormément de lieux à ne pas manquer, ce qui signifie une seule chose : il faudra continuer de retourner en Chine, encore et encore!

Pendant mon voyage récent dans la province du Yunnan, j’ai commencé à railler de ma liste certains des lieux de la catégorie AAAA après les avoir visités. Eh oui, il fallait bien commencer par quelque chose un jour.

L’un de ces lieux était le karst de Shilin (qui signifie littéralement « forêt de rochers »), situé près de la capitale de la province, Kunming. Je l’ai découvert grâce à I Heart China. L’endroit était tout simplement magnifique.

china-shilin-stone-forest-1

china-shilin-stone-forest-2

En lire plus :Sur les chemins de Shilin

Plaque d’immatriculation autrichienne dans la province du Yunnan

Dernièrement, pendant un voyage, j’ai croisé sur le parking de l’hôtel où je m’étais arrêté une fourgonnette dont la plaque d’immatriculation était autrichienne. Et alors ? me demanderez-vous. Simplement, il faut préciser que cet hôtel se trouvait dans la ville de Lijiang, dans la province du Yunnan, située juste ici en République populaire de Chine.

china-lijiang-1

china-lijiang-2

Une telle annonce ne fait peut-être pas autant de bruit que celle d’une jeep Mercedes immatriculée en Allemagne et aperçue en Australie. Malgré tout, c’est très surprenant.

La fourgonnette accompagnait des motards autrichiens, qui avaient une histoire très intéressante. Ils faisaient le tour du monde en moto ! Nous avons eu une longue discussion amicale, alors voici un peu de promo pour eux : site et blog. Pourquoi pas ?

Ils m’ont dit qu’ils connaissaient tout de KL, qu’ils étaient clients depuis plusieurs années. Merci beaucoup !

Vous pourriez vous demander : mais qu’est-ce qui a bien pu me pousser à me rendre dans une région aussi reculée du monde ?

En lire plus :Plaque d’immatriculation autrichienne dans la province du Yunnan

Kamtchatka 2015 : Pauzhetka, le village où l’électricité est gratuite

Il y a un petit village reculé au Kamtchatka qui s’appelle Pauzhetka et qui est situé dans le sud de la péninsule.  Il est si petit et si éloigné qu’il n’apparaît même pas sur Google Maps. Ils ne se sont peut-être pas aperçus qu’il est ici.

C’est peut-être compréhensible : le village (qui se trouve entre la mer d’Okhotsk et le lac Kourile) est entouré de volcans. Pauzhetka passe tellement inaperçu qu’il ne possède même pas de page Wikipédia. (Hum, peut-être que quelqu’un devrait en écrire une. Peut-être même faire une super page avec des photos, des faits, des chiffres, son histoire et d’autres informations ? Oui, pourquoi pas ? Y a-t-il des volontaires ? Des passionnés d’Internet qui veulent sauver la vie en ligne de Pauzhetka !)

On nous a dit que l’origine du mot « Pauzhetka » venait de son ancien nom, Pauzha, qui est la rivière locale. Je me demande si c’était le nom Itelmène ? De toute façon, cette rivière s’appelle aussi maintenant Pauzhetka. Ainsi, personne ne peut confondre les deux.

J’aime bien la sonorité du nom Pauzhetka. J’imagine une « pause » quand je pense à cet endroit. Comme si la vie passait en mode « pause » quand on vient ici, car le rythme est tellement différent de celui du reste du monde. Quelque chose comme ça.

Pauzhetka fait partie des noms intéressants que l’on trouve au Kamtchatka. Il y a aussi : le volcan Goreliy (brûlé), le volcan Dvugorbaya (les sommets jumeaux), les ruisseaux Falshiviy (faux) et Zhirovoy (gros) !

// Bien sûr, les pionniers ont souvent donné des noms bizarres aux sommets, aux vallées, aux baies et aux autres endroits qu’ils ont découverts. Par exemple, dans le sud de l’Afrique, il y a une « false baie » (fausse baie), qui possède une histoire très intéressante. Néanmoins, l’article d’aujourd’hui porte uniquement sur les noms de lieux au Kamtchatka.

Il y a d’autres noms étranges, notamment ceux donnés aux volcans. Par exemple : Mutniy (boueux), Beliy (blanc), Ploskiy (plat), Shish (l’oiseau 🙂 ), Ostriy (pointu) et Spokoyniy (calme).

Revenons au sujet principal : Pauzhetka. Que peut-on voir ici ? Il y a trois choses (en dehors du volcanisme pur et simple) :

La centrale géothermique produit non seulement des gigawatts d’électricité thermique gratuite pour les habitants du Kamtchatka, mais aussi beaucoup d’eau chaude (également gratuite) pour les vallées qui se trouvent en dessous. Bien sûr, les habitants en font bon usage.

L’eau chaude contribue sûrement au fait que les fruits et les légumes, cultivés dans plusieurs serres à l’intérieur des villages et dans les environs, aient un goût aussi bon, comme nous avons pu le découvrir. Et ça ne vaut pas que pour les tomates, les choux et les pommes de terre, mais aussi pour les pastèques ! Certains disent aussi que les ananas et les papayes poussent ici, même si nous n’avons pas eu la chance d’apercevoir de tels fruits exotiques. Ils doivent sûrement être dissimulés au fin fond de la jungle des serres.

Voici la vue de Pauzhetka depuis une montagne voisine (le village lui-même n’est pas visible, comme sur Google Maps). 🙂

kamchatka-pauzhetka-1

En lire plus :Kamtchatka 2015 : Pauzhetka, le village où l’électricité est gratuite

Le retour de JFK

La plupart des aéroports des Etats-Unis sont terribles pour les escales. Donc, au moment de planifier un voyage avec escale, si vous avez l’occasion de ne pas vous arrêter dans ce pays-là, saisissez-là, même si cela suppose pour vous d’utiliser les services de la compagnie aérienne que vous détestez le plus !

Et parmi tous les aéroports américains, il y en a un qui est particulièrement horrible, à tel point que vous vous sentez gêné pour le pays qui abrite une telle abomination. Eh oui, les amis, cet aéroport est si affreusement terrible qu’il faut l’éviter à tout prix. En tant que grand voyageur d’affaires, j’ai décidé, il y a quelques années déjà, un embargo total pour ne plus l’utiliser. Si vous aussi, vous voyagez beaucoup dans le monde entier, je vous conseille de faire la même chose.

C’est du moins la situation que je connais (ou connaissais ?). Voici les éloges de D.Z. après une expérience positive à l’aéroport JFK (pourquoi a-t-il rompu l’embargo en premier, je dois encore le découvrir 🙂 ). Mais je dois reconnaître que ses arguments semblent convaincants. Je lui confie donc la plume et je vous laisse vous forger votre propre opinion…

—8<—

Lieu : A bord du vol Delta (DL467) Moscou – New York, septembre 2015.

Nouvelle : Depuis le 1er décembre 2015, la compagnie Delta Airlines arrête ses vols vers la Russie, pour des raisons connues d’elle-seule. Cependant, je pense qu’Aeroflot et d’autres compagnies savent parfaitement pourquoi, la comprennent et la soutiennent.

« Delta », la compagnie aérienne qui propose habituellement un service discret et efficace. Mais cette fois…

… L’un des cabinets de toilette à l’avant est « réservé aux pilotes uniquement ». D’un côté, il y a un chariot qui bloque l’allée ; de l’autre, une hôtesse est en poste pour demander à tous ceux qui se dirigent vers elle de ne pas aller plus loin, car « ces toilettes sont réservées aux pilotes, pour certaines raisons de sécurité ». Si on lui pose plus de questions, elle propose « d’utiliser les autres toilettes ». D’accord ! Tous les voyageurs en business doivent parcourir une allée interminable pour se rendre au petit coin, situé à l’autre extrémité de l’avion !

A présent, qu’est-ce que je pourrais bien faire ?

Terminator Genisys : déjà vu. Mad max : Fury Road : déjà vu le mois dernier. E-mails à jour, article prêt à être publié sur le blog Kaspersky Daily.

Et soudain, quelque part entre la Norvège et l’Islande, j’aperçois la publicité pour le Wi-Fi à bord ! 14,95$ pour une heure, 27,95$ pour la durée du vol, 45,95$ pour une journée. D’accord. Carte de crédit insérée, code PIN saisi, connexion établie. Voyons voir la vitesse de ce bébé…

image3

En lire plus :Le retour de JFK