Le début de la fin de la bataille contre les trolls de brevet.

En août et septembre de cette année j’ai dû « travailler depuis chez moi », ce qui est très inhabituel. J’avais beaucoup de temps libre puisque je n’avais aucune corvée de voyage/déplacement/entraînement/entretien/discours ou autres tâches quotidiennes. Alors j’ai lu. J’ai beaucoup lu. Les mauvaises nouvelles habituelles étaient nombreuses, mais il y avait aussi parfois de très bonnes nouvelles. Surtout une bonne excellente nouvelle depuis le front de la bataille contre les trolls de brevet : la cour de justice du district du Texas a rejeté la demande de procès d’Uniloc contre nous, pour violation du brevet US5490216. Il s’agit du brevet tristement célèbre qui depuis le début des années 2000 terrifie les entreprises informatiques, ajoute des cheveux blancs aux nombreux avocats spécialisés en droit des brevets, et allège impitoyablement les portefeuilles de plus de 160 (!) entreprises, dont Microsoft et Google. Rien que ça !

Mais ce n’est pas tout, mes amis… !

Les efforts communs de l’industrie informatique ont permis de sécuriser l’invalidation de ce brevet informatique infernal. Nous ne sortons pas le champagne seulement pour fêter l’invalidation du brevet en soi, mais aussi parce que cette invalidation annonce de profonds changements, attendus depuis longtemps, dans le système des brevets aux États-Unis. Il est certain que pour le moment les choses avancent  » lentement mais sûrement « . Cependant, il vaut mieux avoir un changement lent que rien du tout, surtout lorsque ces changements ont une portée mondiale : au moins le secteur informatique peut commencer à éliminer ces parasites de brevets qui le poursuivent, et ne sont que des sangsues obstacles au développement technologique.

Le débat n’a pas simplement été lancé, il se répand à grande vitesse : les développeurs ont plus de libertés dans leurs actions, et sont protégés des propriétaires qui entament des poursuites à cause de (excusez-moi l’expression) ce brevet scandaleux : ceux qui décrivent les abstraits, et de temps en temps des choses assez évidentes et banales, qui en pratique ne sont même pas appliquées, ou ne sont utilisées que par des développeurs qui profitent de technologies similaires.

En résumé, l’histoire du brevet qui se termine par 216 se lit plutôt comme un roman à suspense : à tel point que j’ai pensé que je pourrai vous raconter à nouveau cette histoire, vu que vous êtes à la recherche de sensations fortes. Allez vous servir un café (ou encore mieux, faites du popcorn), et installez-vous confortablement dans votre fauteuil pour une courte histoire à suspense depuis le point de vue du brevet parasite…

En lire plus :Le début de la fin de la bataille contre les trolls de brevet.

Hier et aujourd’hui. 20 ans se sont écoulés – toujours crescendo

20 ans que nous existons : ça vous paraît beaucoup ou pas ? Et 25 ans de développement de nouvelles technologies et produits sans interruption (y compris les 5 ans avant Kaspersky Lab) ?

Pour répondre à cette question, nous devons nous interroger sur l’ancienneté du secteur de la cybersécurité. Eh bien, les tout premiers logiciels antivirus sont apparus juste quelques années avant, il y a 25 ans.

Cela signifie que nous faisons partie de la poignée de développeurs qui ont créé la cybersécurité ! En effet, nous sommes dans l’industrie depuis son enfance (lorsque les analyses à la demande faisaient fureur) et nous sommes toujours là aujourd’hui (dans la nouvelle ère du big data et de l’apprentissage automatique). Et c’est plus de 20 ans pendant lesquels nous avons fait partie de l’avant-garde. Oh oui et ne soyons pas modestes, c’est notre anniversaire après tout :).

Pensez à tous les cybercriminels que nous avons détruits ces vingt dernières années !

Bien sûr, il n’existe jamais une seule manière d’interpréter l’histoire. Et l’histoire de Kaspersky Lab n’échappe pas à la règle.

D’un côté, on pourrait regarder de vieilles photos prospères de nos jours d’il y a 20 ans mais nous pourrions également nous contenter de sourire et d’admettre la chose suivante :  » Pas mal pour deux premières décennies, mais ce n’est que le début ! « . C’est une question de perception : allez-vous vous concentrer sur les problèmes et les difficultés ou sur les succès et les réussites ? Eh bien, vous ne serez pas surpris par la perception que nous avons choisie dans cet article, oui, il s’agit bien de la deuxième : car nous sommes comme ça à KL, nous restons positifs. Dans ce secteur vous n’avez pas le choix ! Et nous espérons, chers lecteurs, que vous ferez de même.

Tout a changé en 20 ans ? Pas vraiment. Au moins une chose n’a pas changé, celle de travailler et de voir les choses en grand.

À la suite de l’anniversaire de KL, nous avons donc réfléchi de quelle façon nous pourrions susciter l’inspiration de manière plus graphique et plus forte, tout en restant fidèles aux faits historiques (et respecter les principes élémentaires de la décence 😊). Et c’est donc ce à quoi nous avons pensé : jetons un œil aux aspects les plus curieux et les plus amusants de l’entreprise au fil des années et voyons ce à quoi elle ressemblait avant, ce à quoi elle ressemble maintenant et comment elle sera à l’avenir.

Nous commencerons par nos bureaux :

Si nous revenons au tout début, au début des années 1990, nous avons changé de bureaux 6 fois !

Ici, par exemple, voici ce à quoi ressemblait l’épicentre du développement de l’un des meilleurs antivirus au monde en 1994. Il s’agissait de la totalité de notre bureau ! Nous nous sommes enregistrés comme  » Me Lab  » trois ans après mais c’était quand même notre bureau. Il faisait partie de la société KAMI qui fabriquait des logiciels et des solutions hardwares dans les années 90.

Au fait, c’est cette année-là (1994) que nous avions participé à des tests de l’Université d’Hambourg pour la première fois et que nous avions étonnamment gagné (et de loin) dans la catégorie qualité de la protection. Sur la photo ci-dessus, je pense que les sourires transparaissent à travers l’exténuation, après avoir appris notre victoire.

En lire plus :Hier et aujourd’hui. 20 ans se sont écoulés – toujours crescendo

Nous nous souhaitons un joyeux anniversaire ! 20 ans déjà !

Zoum !

Qu’est-ce que c’était ?

Ça, Mesdames et Messieurs, c’est l’histoire de la cybersécurité qui a filé à toute vitesse !

Il y a 28 ans, quelque part à l’automne 1989, mon Olivetti M24, avait été attaqué par un virus. Cet évènement fatidique avait changé ma vie et celle de beaucoup d’autres ! Si seulement ce virus avait su précisément quel ordinateur il avait attaqué ce jour-là, et combien de descendants malveillants auraient été anéantis au cours des prochaines décennies à la fois par mes petites mains et plus tard par celles de mes employés, je suis sûr qu’il serait allé en enfer en moins de deux !

Il y a 26 ans, à l’été 1991, un groupe de geeks de férus de l’informatique avaient lancé le super grand père de ce qui est aujourd’hui un des meilleurs antivirus au monde.

Il y a tout juste 20 ans, le 26 juin 1997, « Me Lab » a été fondé.

C’est pourtant le calme dans nos bureaux aujourd’hui. Pas de fête, pas de champagne, rien du tout. Rien pour notre anniversaire ? Pas d’inquiétude, nous y reviendrons. Nous le fêterons, lors d’une  fête grandiose comme il est de notre coutume de le faire, mais cette fois ci un peu plus tard. Aujourd’hui, est un jour de boulot, comme d’habitude. On vous autorise tout de même à trinquer pour nous ce soir ! Vous serez récompensé avec de bonnes vibrations et un bon karma, ou similaire, c’est certain !

Whaouh ! La Scuderia nous a souhaité notre anniversaire. Grazie Mille ! (les photos étaient accompagnées d’une note : « Kimi sourit ! ». Vous imaginez bien que nous aussi :).

La cerise sur le gâteau :

Maintenant, il est temps de revenir aux choses sérieuses :)…

Ils m’ont posé toutes les questions possibles…. !

Bonjour mes amis !

Hier, j’ai présidé l' »Ask Me Anything » (AMA) sur Reddit. Je souhaitais prendre un moment pour remercier les participants pour toutes leurs questions, en particulier les plus difficiles. Donc nous y voici : merci à tout le monde pour cette grande session de questions et réponses ! Elle était bien sûr de grande envergure, avec des questions allant de la sécurité des smartphones à la Formule 1 jusqu’à… ma nourriture et mes boissons préférées, plus bien sûr les requêtes obligatoires sur la façon dont prononcer mon surnom et… Star Wars. En réalité, vous mes amis, m’avaient posé tellement de questions que je ne pouvais pas répondre à toutes en même temps. Je vous encourage toutefois à lire le fil complet ici. Peut-être que certaines des réponses ont répondu à vos questions ; si non, n’hésitez pas à me poser plus de questions auxquelles je répondrai dans un prochain article de blog directement sur Reddit.

En parallèle avec l’AMA, une audience a eu lieu à Washington D.C où des inquiétudes ont été soulevées au sujet de Kaspersky Lab. Cela n’a rien de nouveau pour nous : nous avons pris l’habitude d’être confrontés à de fausses allégations. Cependant, nous allons aborder quelques-unes des questions qui ont été soulevées là-bas et qui se sont frayées un chemin parmi la communauté Reddit :

Votre entreprise a-t-elle agi sous le compte de SORM (système pour activité d’enquête opératoire) pour exploiter des serveurs en Russie ?

Non. SORM est dédié aux fournisseurs d’accès à Internet et aux compagnies de télécommunication, et nous n’en faisons pas partie. Il en va de même pour PRISM ou des systèmes similaires (fil AMA)

 

Le Comité du renseignement du Sénat pose actuellement des questions aux responsables de la communauté du renseignement. On leur a tout simplement demandé s’il serait judicieux d’exécuter le logiciel Kaspersky sur leurs ordinateurs. La réponse a été unanime : non. Qu’en pensez-vous ?

Je ne partage pas leur avis, et je suis vraiment désolé que ces gentlemen ne puissent pas utiliser le meilleur software sur le marché à cause de raisons politiques. (fil AMA)

Quelle est votre réaction face au Comité du renseignement (le Directeur de la CIA Mike Pompeo, le Directeur intérimaire du FBI Andrew McCabem, le Directeur national du renseignement Dan Coats, le Directeur de l’Agence nationale de renseignements géospatiale Robert Cardillo, et le Directeur de l’Agence de renseignements de la Défense le Lieutenant Général Vincent Steward), concernant la déclaration universelle d’un manque de confiance du logiciel Kaspersky Lab sur leurs systèmes ?

Une fois de plus, je pense qu’à cause de raisons politiques, ces gentlemen n’ont pas d’autre choix, et sont privés de l’opportunité d’utiliser le meilleur logiciel de sécurité sur le marché sans aucune raison ou preuve réelle d’actes répréhensibles de notre côté. Je serais très heureux de témoigner devant le Sénat, de participer aux audiences et de répondre à toutes les questions qu’ils souhaiteront me poser. (fil AMA)

 

Y’a-t-il une porte dérobée dans votre logiciel ?

Notre logiciel est conçu pour protéger nos clients, pas pour pirater leurs appareils. Il n’y a pas de fonctionnalité cachée dans nos produits, y compris les portes dérobées. (fil AMA).

Sur notre relation avec Michael Flynn

Pour clarifier les choses : Nous avons payé un conférencier pour la conférence publique du district de Columbia. Rien de scandaleux ici, c’était un bon locuteur. (fil AMA)

 

Sur les inévitables questions du KGB et les fausses informations : Le statut d' »Agent KGB un jour, Agent KGB toujours » est-il vrai ?

Je ne peux pas vraiment dire, je n’ai jamais été employé ou agent pour le KGB. (fil AMA)

Sur les allégations selon lesquelles nous aidons les gouvernements à commettre des cybercrimes

Kaspersky Lab n’a aucun lien avec des gouvernements, et l’entreprise n’a jamais aidé, et n’aidera jamais aucun gouvernement dans le monde à des fins de cyberespionnage (déclaration complète).

En conclusion, nous n’avons pas été invités à participer à des audiences ou à des enquêtes. Comme mentionné précédemment, nous sommes toujours heureux d’assister à des enquêtes où notre expertise pourrait bénéficier pour le bien commun ou rencontrer un panel du Congrès avec des questions sur le travail de mon entreprise.

StoneDrill : Nous avons découvert un nouveau malware puissant nettoyeur de disque dur, et c’est du sérieux.

Si vous êtes un lecteur régulier de mon blog, vous connaîtrez sûrement notre Équipe internationale de recherche et d’analyse (GReAT), 40 excellents experts éparpillés à travers le monde, spécialisés dans la protection de nos clients contre les cybermenaces les plus sophistiquées. Ces experts aiment comparer leur travail à de la paléontologie : en explorant le web dans ses moindres recoins, à l’affût des « os  » des « cybermonstres ». Certains pourraient considérer cela comme une approche désuète : qui y’a-t-il d’aussi spécial à propos de l’analyse des os des « créatures » découlant d’un passé lointain lorsque la protection de vos réseaux contre les monstres qui sont vivants s’avère être une clé ? Eh bien, voici une récente histoire qui prouve que parfois vous ne trouverez pas les monstres vivants d’aujourd’hui sans vous pencher sur les anciens….

Certains d’entre vous sauront ce que sont les soi-disant nettoyeurs de disque dur, un type de malware qui, une fois installé sur un PC infecté, efface complétement toutes les données, nettoyant entièrement les données de l’ordinateur de l’utilisateur, en n’épargnant aucune pièce du hardware. Le nettoyeur de disque dur le plus connu (et horrible) est Shamoon, un malware qui a beaucoup fait parler de lui au Moyen Orient en détruisant des données sur plus de 30 000 appareils de la plus grande compagnie pétrolière au monde, Saudi Aramco, et en frappant également un autre géant énergétique, Rasgas. Imaginez : + de 30 000 pièces d’hardware inexploitables dans la plus grande compagnie pétrolière au monde…

Shamoon, Shamoon 2.0, StoneDrill, Newsbeef. Ces nettoyeurs de disque dur se répandent à travers le monde

Curieusement, depuis sa campagne dévastatrice contre l’entreprise saoudienne, en 2012, on a peu entendu parler de Shamoon, jusqu’à qu’il fasse son retour en 2016 comme étant Shamoon 2.0, avec plusieurs nouvelles vagues d’attaques, une fois de plus au Moyen-Orient.

Depuis que les nouvelles vagues des attaques de Shamoon ont commencé, nous avons réglé nos capteurs afin de découvrir le plus de versions de malwares possibles (parce que, soyons réalistes, nous voulons qu’AUCUN de nos clients ne soit victime d’un malware tel que Shamoon, jamais). Et nous avons réussi à trouver plusieurs versions, hourra ! Mais ensemble et contre toute attente, nous avons pris dans nos filets un type de malware nettoyeur de disque dur complètement nouveau, que nous avons appelé StoneDrill.

La base du code de StoneDrill est différente de celle de Shamoon, et c’est la raison pour laquelle nous pensons qu’il s’agit d’une famille de malware complétement différente, elle utilise aussi certaines techniques de prévention et de détection avancées, ce que Shamoon ne fait pas. Il s’agit donc d’un nouvel acteur, cela ne fait aucun doute. Et un des éléments les plus inhabituels (et inquiétants) que nous avons appris au sujet de ce malware est qu’à la différence de Shamoon, StoneDrill ne limite pas le champ de ses victimes à l’Arabie Saoudite ou à d’autres pays voisins. Jusqu’à présent, nous n’avons trouvé deux cibles de ce malware, dont l’une d’entre elles est basée en Europe.

Pourquoi cela est-il préoccupant ? Parce que cette découverte indique que certains acteurs malveillants armés de cyber outils dévastateurs tâtent le terrain dans des régions où auparavant des acteurs de ce type étaient rarement intéressés.

En lire plus :StoneDrill : Nous avons découvert un nouveau malware puissant nettoyeur de disque dur, et c’est du sérieux.

Brevet panoptique de Darwin – 3ème partie.

L’ingénuité humaine ne manque jamais de surprendre, d’interloquer, et/ou de faire sourire. Je veux dire, regardez ça :

Non, vraiment. Il s’agit du principal schéma du brevet américain pour une « machine botteuse de fesses à commande manuelle » :

Mais attendez, c’est encore mieux lorsqu’on a une description complète !

« Le botteur de fesses est très facile à utiliser avec le nombre de répétions de coups de pied, type de répétitions, vitesse d’opération, amplitude ou hauteur du cycle de coups de pied, contrôlé par l’utilisateur ou opérateur. Cette invention est une nouvelle machine, novatrice et unique aux multiples usages, qui va de l’amusement à la collecte de fonds et de la motivation à la discipline. Les objectifs de cette invention sont aussi nombreux, y compris, mais sans s’y limiter, les activités, l’auto-thérapie, pour inspirer la créativité, et être utilisé tel un modèle pour les futurs appareils et œuvres d’art ».

A propos, il s’avère qu’il existe toute une industrie dédiée (du moins, presque) à gérer des coups de pieds placés soigneusement dans le derrière. Voici un autre appareil automatique botteur de fesses que j’ai découvert dans la base de données des brevets (cherchez et vous trouverez :).

En lire plus :Brevet panoptique de Darwin – 3ème partie.

Sept livres pour une lecture très efficace.

On me demande régulièrement quels livres il faut lire pour réussir en affaires. Les étudiants, les chefs de startups, les managers, les entrepreneurs, tout le monde veut une liste de lecture ! Mais ça ne me pose pas de problème, j’ai quelques réponses. Toutefois, je ne pense pas qu’on peut devenir homme d’affaires rien qu’en lisant certains livres, peu importe leur taux élevé de recommandation. Cela n’empêche pas qu’il y ait de très bons livres qui ne font pas de mal à lire, je vous parlerai de huit d’entre eux dans cet article…

Je diviserai les livres d’affaires en deux catégories principales.

La première catégorie permet aux lecteurs de comprendre ce dont ils ont besoin pour réussir en affaires, la seconde catégorie, ce dont ils n’ont pas besoin. La frontière est souvent floue, mais le fait d’allier ces deux types de livres peut permettre aux lecteurs d’éviter de dépenser à la fois du temps précieux et des ressources dans quelque chose d’inutile, et rendre la création d’entreprise passionnante, telle une lutte constante.

En réalité, il existe aussi une troisième catégorie de livres (écrite par des capitaines des affaires ou des chefs de gouvernement), qui apprennent par exemple comment les choses devraient être faites. De tels livres traitent normalement de sujets généraux dans la mesure où ils parlent d’un large éventail de problèmes d’entreprise et d’imprévisibilités imprévisibles, quoique vagues. Ils ne contiennent pas de plans d’actions sur le terrain, mais ils valent quand même la peine pour s’imprégner des idées principales.

Plusieurs des livres de ma liste ont été écrits il y a un petit bout de temps, certains même du millénaire dernier, de sorte que les nouvelles industries et les technologies des années 2000 ne sont pratiquement pas concernées voire pas du tout. Cependant, les livres sont encore pertinents pour l’époque moderne, leurs principales idées peuvent encore facilement être appliquées aux réalités numériques d’aujourd’hui. Nous vivons dans une époque de nouvelles technologies, mais la nature de l’Homme reste la même, et les individus tendent à commettre les mêmes erreurs. Pas tous, il faut garder en tête que certains font les choses correctement et que leurs entreprises sont largement reconnues et qu’ils sont des leaders respectés. C’est ce que je souhaite à tout le monde.

Parfait, on peut commencer. Bonne lecture de cet article et des livres mentionnés !…

Jim Collins. De la performance à l’excellence.

Détails

En lire plus :Sept livres pour une lecture très efficace.

Le premier « championnat mondial de cybersécurité ».

J’ai un vrai faible pour les pensées perturbantes. J’aime aussi surprendre stupéfier les gens. Et j’aime le faire en bonne et due forme. J’aime quand ils restent bouche bée, quand ils n’y croient pas, mais essayent quand même, puis arrivent à aimer, et finissent par adorer.

Ok, c’est un peu abstrait pour l’instant. Laissez-moi être un peu plus concret.

Notre dernière nouvelle éblouissante est… un jeu de simulation pour les entreprises sur la cybersécurité ! Vous n’en aviez jamais entendu parler auparavant ? C’est normal, ça n’existait pas jusqu’à présent !

cydmfeaxuaa3voi

Son nom est KIPS, diminutif de Kaspersky Interactive Protection Simulation. Il s’agit d’une simulation de jeu en travail d’équipe sur la stratégie en cybersécurité, qui dure environ deux heures et qui est destinée à encourager les capacités d’analyse et d’initiative et la compréhension des mesures en cybersécurité. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à ce que Kaspersky Lab entre sur le marché des jeux, à aucun moment. Mais pourquoi ne pas tenter, après tout ? Et nous sommes partis de rien (autrement dit, sans expérience) dans ce domaine jusqu’à devenir un fournisseur de jeux à part entière en un rien de temps.

Et ce jeudi, 1er décembre, nous organisons le premier championnat mondial de KIPS !

En lire plus :Le premier « championnat mondial de cybersécurité ».

Brevet panoptique de Darwin – 2ème partie.

Les « paysages » des brevets selon les pays peuvent curieusement différer en grand nombre, dans la mesure où chaque invention d’un pays en particulier a un « arrière-goût » spécifique.

Par exemple, les brevets américains se caractérisent généralement par leur praticité, avec parfois un angle utilitaire et une attention toute particulière aux détails. Vous pouvez d’ailleurs en apprendre davantage dans mon Top 5 superlativement subjectif des brevets les plus (choisissez le terme approprié) de l’histoire :).

De leur côté, les inventeurs russes se caractérisent généralement par leur ambition, parfois pour leur désir « cosmique » de vouloir changer le monde, les planètes, l’univers, mais aussi « cosmique » dans le sens où leurs inventions peuvent être « hors du commun ». Toujours pas convaincus ? Ok, je vais vous convaincre, avec un autre Top 5, mais cette fois avec des brevets russes…

C’est parti…

Le Top 5 superlativement subjectif des brevets russes les plus (choisissez le terme approprié) de l’histoire.

Nº5 : Holy Moses !

Le dépôt de brevet russe No. 2013144180. « Une méthode pour assurer la survie des Homo Sapiens et la préservation du patrimoine génétique des organismes vivants sur la planète Terre en cas d’inondation mondiale, de glaciation globale ou autres catastrophes naturelles imprévues ». Oh mon patrimoine génétique !

Vous trouvez que le titre est long ? Attendez de voir la suite : le résumé de la première page de l’application n’est fait que d’une seule phrase, qui contient 1182 lettres ! Je compatis de tout cœur avec les avocats de brevets qui doivent résoudre ce que veut dire l’auteur d’un brevet par *)&%^(+#!@!. Je veux dire que dans le cas d’un tel brevet, si vous perdez le fil en cours de route, vous devez vous arrêter et reprendre depuis le début, encore et encore, et prendre des notes dans la marge afin de ne pas vous emmêler les pinceaux. Pour ma part, je l’ai lu cinq fois, et peux désormais fièrement « articuler l’essence sous-jacente de l’invention en six mots : une poupée russe comme un arche… :).

L’appareil est rempli de microorganismes, graines, animaux, trois Homo Sapiens et autres « ressources génétiques » et trône au sommet de la plus grande montagne du monde à l’abri du danger.

Mais que se passerait-il si les éléments entraient en crise et submergeaient les montagnes ? Eh bien, un canot pneumatique serait jeté à la mer depuis l’arche pour naviguer sur la surface de l’eau jusqu’à ce que le niveau d’eau diminue suffisamment. On dirait qu’ils ont pensé à tout.

PS : Citation : « Et après la stabilisation des conditions de vie sur la surface de la Terre, les membres de l’équipe descendraient les escaliers des montagnes et une nouvelle ère de renouveau de la vie sur Terre commencerait ».

PPS : La Rospatent (Service fédéral russe de la Propriété intellectuelle) n’a pas perdu de temps à rejeter son brevet : elle s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un troll de brevets et a refusé sa viabilité pour manque d’inventivité. J’étais assez étonné de constater que revenir au temps de la Bible n’ait pas été aussi donné comme motif :).

Nº4 : Ils doivent arrêter de fumer, et pas seulement du tabac.

« Si vous vouliez arrêter de fumer, mais que quelque chose vous empêchait de le faire… eh bien désormais rien ne peut vous en empêcher ! » Voici le brevet RU2231371.

Je suis sûr que ni moi, ni personne d’autre dans le monde, ni les auteurs eux-mêmes savent de quoi il s’agit, je vous mets le texte pour que vous voyiez de quoi je parle !

« Le contenu d’un flacon d’une solution de chlorure de calcium après le rituel de la dernière cigarette est versé dans un récipient avec une solution aqueuse de fumée de cigarette. Au bout du 5ème ou 6ème jour sans fumer, le docteur mène une session finale d’auto-réhabilitation, mais au lieu d’utiliser le récipient de « l’eau de la vie », le patient utilise un troisième récipient, appelé « Mot » avec un flacon de 10ml contenant 1% de solution de dioxine. La formule d’autosuggestion est changée par la formule d’un vœu : « J’ai arrêté de fumer ». Après la session finale, le patient effectue un rituel d’autocorrection, pour cela on utilise 50ml de solution aqueuse de la fumée de cigarette et du chlorure de calcium, dans laquelle on verse la solution de dioxine… »

Sérieusement ?

Qu’est-ce qu’ils avaient fumé ? Où c’était écrit ? Dans un coffee shop à Amsterdam ? Dans le Colorado ? Ou peut-être que l’incohérence est un effet secondaire du fait d’avoir arrêté de fumer en utilisant cette méthode ? Eh bien, cela n’a pas vraiment d’importance : le brevet a expiré pour non-paiement des frais de douane de l’Etat (« Frère, as-tu payé les frais ? Les frais ? Quels frais frère ?  Je ne veux pas de thé frais, je veux un expresso chaud, amigo »).

Nº3 : la machine à fumier !

Qu’est-ce qu’on ne peut pas faire dans un tank ? Plein de choses en réalité, il vaut mieux penser à ce qu’on peut faire dans un tank et exclure le reste.

Donc, par conséquent, si vous avez besoin de, vous savez, utiliser les toilettes ? Je veux dire, si vous êtes pris d’une envie pressante et que vous ne pouvez pas attendre ? Vous ne pourriez pas sortir du tank quelques minutes, ou si ?…

Voici le brevet RU2399858, qui propose de « retirer ses besoins d’un tank via une installation d’artillerie lourde » ! Sans oublier l’élément principal : sans dépressurisation du tank !

En lire plus :Brevet panoptique de Darwin – 2ème partie.

Brevet panoptique de Darwin.

Mes fidèles lecteurs auront remarqué que je n’ai pas poussé un coup de gueule ni râlé contre les trolls de brevets ces derniers temps. Est-ce que tout serait revenu à la normale, auraient-ils arrêté d’être des trolls et fait quelque chose d’utile et d’honnête à la place ? Comme vous l’aurez deviné, non. Hélas, chaque jour on tombe sur des histoires de leurs coups de pub audacieusement outrageants. C’est comme d’habitude un business pour eux, sans pour autant faire la une des médias.

Parfois, les nouvelles viennent à vous, du moins, à nous : l’autre jour, nous avons reçu une action en justice provenant de WETRO LAN pour violation présumée d’un brevet sur la filtration d’un paquet de données, ou, pour être plus précis, d’un pare-feu. QUOI ?

Par conséquent, ce qu’ils disent est que, vous pouvez faire breveter un dispositif universellement appliqué et largement connu, qui a été inventé il y a plus d’une dizaine d’années ? Juste au cas où vous l’auriez manqué : la technologie existe depuis des siècles, BIEN AVANT que ce brevet apparaisse ! Et maintenant ils demandent des indemnités pour avoir utilisé leur technologie brevetée ! Attendez une minute… QUOI ?!

Oui, c’est bien ce qu’ils sont en train de faire : depuis 2015, ils ont intenté des poursuites judiciaires à plus de 60 entreprises, dont beaucoup d’entre elles ont développé des pare-feux bien avant que le brevet existe. Mais l’industrie ne prend pas ces poursuites au sérieux, elle l’a même surnommé le brevet stupide du mois.

Ce qui est tout aussi absurde est le fait qu’ils nous visent avec une réclamation. Nous ne sommes pas des « proies faciles » d’attaque, et de loin. Nous avons toujours tenu bon et n’avons jamais cédé aux trolls de brevets. Et nous n’avons jamais rien réglé à l’amiable non plus, étant donné qu’il n’y a rien à régler, et que nous n’avons rien à nous reprocher. La seule chose qu’on ait fait est de riposter de temps en temps. Après tout, pourquoi pas ? Leurs brevets seront invalidés un jour ou l’autre, donc on agit car il faut battre le fer pendant qu’il est chaud. Et peu importe ce qu’il se passe, nous continuerons la lutte, jusqu’à la dernière balle, leur balle.

Mais tout ce discours de combat (peu importe son niveau d’importance) reste une affaire de concurrents. Donc, pour éclairer les esprits et rester positifs et optimistes, j’ai décidé de dépoussiérer des archives afin de dénicher les brevets les plus étranges, les plus fous, et les plus paradoxaux de l’histoire. Ainsi, vous saurez à quoi vous attendre au cas où ils vous attaqueraient à l’avenir pour de « graves violations de droit des brevets » :).

Ok, c’est parti…

Le Top 5 superlativement subjectif des brevets les plus (choisissez le terme approprié) de l’histoire.

Nº5 : la guillotine, le meilleur remède contre le mal de tête.

Le temps d’été chaud et ensoleillé a ses inconvénients. Bien sûr, l’été pourrait se résumer à la plage, aux piña coladas, et aux maillots de bain, mais encore faut-il être en bonne forme. Mais comment être en bonne forme après s’être goinfré de nourriture pleine de calories durant tout l’hiver et le printemps ? Personne ne peut ! A moins d’entamer un régime approprié et de faire des exercices, mais ne serait-ce pas une méthode dépassée ? Il doit bien y avoir une solution hi-tech, après tout, nous sommes au 21ème siècle. Par conséquent…

Mes amis, voici le brevet 4344424, « le masque facial anti-nourriture ». Hannibal Lecter, bonjour !

ip2

PS : Ça a aussi du sens « d’inventer » et de breveter des menottes anti-nourriture, pour vous enchaîner au radiateur afin que vous ne puissiez pas atteindre le frigo. En seulement deux semaines, vous aurez un corps de rêve pour aller à la plage, comme vous ne l’avez jamais eu :).

En lire plus :Brevet panoptique de Darwin.