Étiquettes des archives : Kaspersky Lab

Mission impossible 5 – chez Kaspersky Londres !

Comme vous le savez, je m’en prends souvent à la qualité des blockbusters d’Hollywood de ces dernières années. Toutefois, il y en a un qui sort du lot, et que je recommande à tout le monde de voir au plus vite !

Le film incroyable dont je parle est Mission Impossible 5.

Qu’est-ce qui est si bien dans ce film, au point de mériter tout un article sur le blog d’Eugène Kaspersky ? Avez-vous une petite idée ?

Et oui, l’une des scènes du film a été tournée dans nos locaux, ceux situés au cœur de Londres ! Pour être plus précis, une scène d’interrogatoire au « centre de la CIA à Londres » a été réalisée dans le bâtiment où se trouvent nos bureaux, à Paddington. La scène se déroule en partie sur notre étage.

De gauche à droite : Alec Baldwin joue le rôle d'Hunley et Simon Pegg interprète Benji dans Mission : Impossible – Rogue Nation, de Paramount Pictures et Skydance Productions. De gauche à droite : Alec Baldwin joue le rôle d’Hunley et Simon Pegg interprète Benji dans Mission : Impossible – Rogue Nation, de Paramount Pictures et Skydance Productions.

Au début, ce qui m’a le plus surpris, c’est que nous n’avions pas demandé le tournage d’un film. En fait, nous n’avions rien demandé du tout.

Ce qui s’est passé, c’est que le réalisateur a aimé le style du bâtiment de nos bureaux. Apparemment, il était parti à la recherche d’un décor qui s’adapte à une scène en particulier dans tout le centre de Londres, pour finalement arriver dans nos nouveaux locaux. Je ne peux que le comprendre : notre nouveau siège des opérations commerciales en Europe est flambant neuf et vraiment chic. Nos locaux sont également très bien situés : juste à côté de la station Paddington, où passe le Heathrow Express (le trajet jusqu’à cet aéroport ne prend que trente minutes). Un seul bémol : tous les logos de Kaspersky Lab ont dû être retirés, ainsi que toutes les affaires de Ferrari.

Voici ce que rapportent les témoins de l’événement :

La scène a été tournée les 11 et 12 octobre 2014. Bien que ce fût un week-end, les personnes invitées pour le tournage étaient toutes à leur poste. Tout commençait à 6h30 et se terminait à 18h. Et pendant tout ce temps, ils n’ont tourné et retourné qu’une seule scène, qui a finalement duré 20 secondes dans le film. C’est ça, le show business !

Au total, 400 personnes ont participé à la réalisation de ces images de 20 secondes, dont Tom Cruise, Alec Baldwin, Simon Pegg, Jeremy Renner et … nos employés de Kaspersky Lab ! Voici nos stars :

TAURUS

Comme vous l’aurez deviné,  ils ont assuré devant la caméra ! J’ai vraiment hâte de visionner la scène pour découvrir qui apparaît dans la prise finale. Si vous l’avez déjà vue, laissez-moi des commentaires ! Je promets une jolie surprise pour le premier qui m’en laissera un ! 🙂

Au fait, nous avons reversé les droits de production à une fondation pour la protection des enfants contre la cybercriminalité.

D’ordinaire, quand les plus grandes stars d’Hollywood ne nous rendent pas visite, nos bureaux ressemblent à ceci (et à cela).

La magie des sources anonymes

Qui a tué John F. Kennedy ?

Qui contrôle le triangle des Bermudes ?

Quel est le but des francs-maçons ?

C’est facile ! Les réponses à ces questions ne pourraient pas être plus simples. Tout ce que vous avez à faire est d’ajouter : « selon une source anonyme » … et voilà !  Vous avez les réponses à toutes les questions, sur tous les sujets ou sur toutes les personnes. Et ces réponses paraissent des plus vraisemblables, non pas du fait de leur crédibilité, mais compte tenu du prestige accordé, en général, au média qui dévoile l’histoire.

Récemment, Reuters a eu une « exclusivité mondiale » concernant le secteur des antivirus. Son article est rempli de fausses affirmations sensationnelles. Il prétend que Kaspersky Lab (KL) a créé des malwares ciblés très spécifiques et les a envoyé anonymement à d’autres concurrents anti-malware. KL aurait eu soi-disant pour but de leur causer de sérieux problèmes et de nuire à leur part de marché. Mais bien sûr ! Toutefois, ils ont oublié d’ajouter que nous faisons apparaître tous ces malwares comme par magie, pendant nos sessions de bania (bains publics russes à vapeur, type hammam), après avoir laissé dehors les ours que nous montons.

L’histoire de Reuters est fondée sur les informations fournies par des anciens employés de KL qui sont restés anonymes. Dans ce cas, les mensonges sont justes absurdes. Peut-être que ces sources ont réussi à impressionner les journalistes, mais d’après moi, publier une telle « exclusivité » sans la moindre preuve n’est pas du bon journalisme. Je suis curieux de voir ce que ces « ex-employés » vont dire de nous la prochaine fois qu’ils parleront aux médias, et je me demande qui serait capable de croire leurs bêtises.

En réalité, l’histoire de Reuters est une compilation de nombreux faits qui relèvent de la pure fiction.

En 2012-2013, le secteur des anti-malwares a beaucoup souffert de problèmes graves concernant des faux positifs. Malheureusement, nous faisions partie des entreprises les plus touchées. Il se trouve que ce fut une attaque coordonnée contre notre secteur : quelqu’un répandait un logiciel légitime qui contenait des codes malveillants et qui ciblait les moteurs antivirus spécifiques de nombreuses entreprises, y compris ceux de KL. Nous ne savons toujours pas qui était derrière cette attaque, mais on affirme à présent que c’était moi ! Je ne m’y attendais vraiment pas et je suis très surpris de cette accusation sans fondement !

Voici ce qu’il s’est passé : en novembre 2012, nos produits ont créé de faux positifs sur plusieurs fichiers qui étaient en réalité légitimes. Ceux-ci se trouvaient sur la plateforme de distribution de contenus en ligne de Steam, le game center de Mail.ru et la messagerie instantanée de QQ. Une enquête interne a montré que ces incidents ont eu lieu à cause d’une attaque coordonnée par une tierce personne.

Pendant les mois qui ont précédé les incidents, par le biais des plateformes d’échange d’informations de notre secteur tel que le site Internet VirusTotal, nos laboratoires de recherche contre les malwares avaient reçu, à de nombreuses reprises, des fichiers légitimes légèrement modifiés provenant de Steam, de Mail.ru et de QQ. Le(s) créateur(s) de ces fichiers leur avaient ajouté des bouts de codes malveillants.

Ensuite, nous en sommes arrivés à la conclusion que les attaquants savaient déjà comment les algorithmes de détection de ces entreprises fonctionnaient, et qu’ils appliquaient les codes malveillants à un endroit où ils savaient que les systèmes automatiques n’iraient pas les chercher.

Les nouveaux fichiers reçus étaient alors analysés comme malveillants et ajoutés à notre base de données. Au total, nous avions reçu des douzaines de fichiers légitimes qui comprenaient des codes malveillants.

Les faux positifs ont commencé à apparaître une fois que les propriétaires légitimes des fichiers ont sorti des versions actualisées de leurs logiciels. Le système comparait les fichiers avec la base de données des malwares (qui comprenait des fichiers très similaires) et estimait que les fichiers légitimes étaient malveillants. Par la suite, nous avons mis à jour notre algorithme de détection pour éviter de telles détections.

En attendant, les attaques se sont poursuivies en 2013, et nous avons continué de recevoir des fichiers légitimes modifiés. Nous nous sommes aussi rendu compte que notre entreprise n’était pas la seule à être visée par cette attaque : d’autres acteurs du secteur recevaient aussi ces fichiers et les détectaient par erreur.

En 2013, une réunion à huis clos a été organisée entre les leaders de la cybersécurité, certaines entreprises de softwares également touchées par l’attaque et des vendeurs, non concernés par le problème, mais qui en avaient connaissance. Pendant cette réunion, les participants ont échangé des informations sur les incidents, ont essayé de comprendre pourquoi ces derniers s’étaient produits et ont  élaboré un plan d’action. Malheureusement, nous n’avons pas réussi à découvrir qui se cachait derrière ces attaques, même si d’intéressantes théories avaient été évoquées. En particulier, ceux qui ont participé à cette réunion pensaient qu’un autre vendeur d’antivirus pouvait être derrière cette attaque, ou que cette dernière était une tentative d’un acteur inconnu, mais puissant, qui voulait ajuster son malware afin d’éviter d’être détecté par les produits antivirus clés.

De telles accusations n’ont rien de nouveau. En remontant à la fin des années 90, vous pourriez voir que je prenais avec moi une pancarte avec le mot « NON » écrit dessus. Grâce à elle, j’économisais alors beaucoup de temps. Je la levais quand quelqu’un me demandait : « est-ce que vous concevez des virus vous-même afin de pouvoir « remédier » à vos infections ? » Et oui, en effet. Aujourd’hui, on me demande encore souvent la même chose. Est-ce qu’ils pensent vraiment qu’une entreprise de plus de 18 ans, qui est fondée à 100 % sur la confiance de ses clients, ferait une telle chose ?

 

Il semblerait que certaines personnes préfèrent croire que les autres sont coupables jusqu’à ce que leur innocence soit prouvée. Je suppose qu’il y aura toujours des gens comme ça. C’est la vie. Mais j’espère vraiment que ces personnes se rendront compte que ces accusations anonymes sont en réalité absurdes et infondées. Ce que je peux affirmer, c’est que nous continuerons de travailler de très près avec les entreprises de notre secteur afin de rendre le monde numérique plus sûr, et que nous maintiendrons notre engagement et notre dévouement pour contrer les menaces cybernétiques, quel que soit leur source.

Il y a de fausses accusations selon lesquelles @kasperky a empoisonné ses concurrents avec de faux positifs.Tweet

 

La neige impressionante du Massachusets et 10 ans de triomphe aux États-Unis

Je me suis rendu aux États-Unis un nombre incalculable de fois.

Normalement, je visite plusieurs endroits en quelques jours seulement, et il y a généralement de nombreuses histoires intéressantes à raconter ensuite. Mais pas dans ce cas ! Cette fois ce fut business, business et encore plus de business. Donc dans ce post, il n’y aura rien de fascinant pour vous mes chers lecteurs – seulement quelques notes intéressantes…

…La première… la NEIGE !

Vous penserez, comment un russe peut être intéressé par la neige dans d’autres pays ? C’est un peu comme si un poisson serait fasciné par l’eau n’est-ce pas ? Et bien vous vous trompez. C’est la première fois que je vois AUTANT DE NEIGE – là-bas, aux États-Unis d’Amérique ! Un besoin inconscient et brusque me fit sentir offensé : Comment cela est-ce possible ? Rendez-nous la neige, notre élément distinctif, notre  » marque de fabrique  » ! En un mot : bizarre. Non, un mot de plus : inespéré.

La malédiction de la neige

Boston snow

En lire plus :La neige impressionante du Massachusets et 10 ans de triomphe aux États-Unis

CANCUNFÉRENCE 2015

Il y a environ plus de dix ans, notre petite entreprise (encore petite à cette époque) a décidé de repousser les limites – littéralement : nous voulions dépasser les frontières. C’était bien avant de découvrir que nous avions des analystes experts travaillant aux quatre coins du globe, tous communiquant entre eux par mails, messagerie instantanée, téléphone et autres moyens indirects. Il n’y a rien de mal à ça mais cela ne sera jamais aussi bien que l’interaction en face à face. Nous avons donc décidé d’organiser une réunion annuelle où nous nous réunirions tous. C’est comme ça que notre conférence annuelle d’experts en sécurité des TI est née : le Security Analyst Summit (SAS).

cancun-mexico-sas2015-1

cancun-mexico-sas2015-2

En lire plus :CANCUNFÉRENCE 2015

Aujourd’hui dans l’actualité sportive…Une victoire 125 à 50 de notre homme !

Après avoir évoqué des sujets plus complexes comme les collisions entre neutrons et protons, il est temps de faire une petite pause. Passons à présent à l’actualité sportive…

Certains d’entre vous  – et plus particulièrement ceux qui suivent notre blog – savent que nous sommes très actifs sur le thème du sponsoring : nous supportons des équipes de sports collectifs (et individuels comme vous le verrez par la suite) dans le monde entier, et parfois même dans des endroits inattendus. En voici un aperçu pour ceux qui n’ont pas suivi attentivement…

Ci-dessous, vous pouvez voir notre logo qui figure sur le maillot de l’équipe de rugby de Sydney, depuis plusieurs années à présent, alors que plus bas sur la côte australienne, il orne les maillots de l’équipe de football de Melbourne.

Source

En lire plus :Aujourd’hui dans l’actualité sportive…Une victoire 125 à 50 de notre homme !

Une fin d’année festive

Comme le veut la tradition, nous avons récemment organisé notre fête de fin d’année/de Noël, le genre de fêtes que les autres compagnies plus ennuyeuses ont tendance à appeler leur  » cocktail d’entreprise « . Mais cela ne suffit pas à décrire ce que nous organisons et encore moins cette année…

Vendredi dernier près de 1700 employés de KL ainsi que des invités des quatre coins du monde se sont rassemblés dans l’immense stade olympique de Moscou pour une super soirée. Nous avons mangé, bu, fêté, dansé, plaisanté, et récompensé certains collègues. Nous avons participé ou regardé le sublime spectacle sur glace et le spectacle sur scène de KL (auquel près de 110 employés ont participé), avant de danser encore et encore… tout ça pour finir l’année comme il se doit et nous lancer encore mieux dans les 12 mois à venir.

new-year-xmas-party-2015-1

new-year-xmas-party-2015-2

En lire plus :Une fin d’année festive

Leçon de géographie

Chaque jour, on lance plus de 2000 mises à jours pour nos produits.

Chaque semaine et dans le monde entier, nos mises à jour sont téléchargées des milliards de fois.

Chaque mois, nous distribuons environ quatre pétabits pour les mises à jour de nos produits.

Ces mises à jour (associées à notre technologie) vous protègent des cybermenaces. Ces dernières années, de nouveaux malwares apparaissent, non pas tous les jours ou toutes les heures, mais toutes les minutes voire même toutes les secondes ! Tous les ans nous analysons plus d’un milliard d’échantillons de codes malicieux.

Pour un utilisateur moyen, installer des mises à jour pour un antivirus est un processus simple et automatique. Ils se lancent discrètement en arrière-plan, sans même que vous ne vous en rendiez compte. Cependant, il y a bien plus important dans une mise à jour que le fait de la remarquer. Les mises à jour sont l’extrémité d’un iceberg sophistiqué qui connecte nos produits à un immense système informatique que nous avons construit grâce à nos idées originales et notre savoir-faire.

Mais ce n’est que la vision d’ensemble. Plus on rentre dans les détails et plus c’est intéressant…

geography lesson

En lire plus :Leçon de géographie

Les dessous de la version 2015

On respecte toujours une tradition à KL (hormis la fête d’anniversaire de l’entreprise  et celle du Nouvel An). Chaque été, on lance une nouvelle version de nos produits destinées aux particuliers. Et oui, c’est déjà la fin de l’été ! (Quoi ? Déjà ?) Donc laissez-moi vous faire le compte rendu de toutes les nouvelles fonctionnalités que vous trouverez sur les versions 2015 de nos produits, ou pour le dire autrement, découvrez les dernières batailles que nous avons remporté contre les cyber méchants grâce aux nouvelles technologies développées pour notre KL-2015 :).

Bon, c’est parti …

main_eng-600x452

Qu’il y a-t-il de nouveau dans Kaspersky Internet Security 2015 ? @e_kaspersky nous répondTweet

En lire plus :Les dessous de la version 2015

Touché par le meilleur des batteurs

Une fois, je me suis demandé pourquoi le golf n’était pas un sport populaire en Russie. Ni le rugby, ni le cricket d’ailleurs. Pourquoi ces sports, qui sont pratiqués et regardés par des milliards de personnes, passent presque inaperçus en Russie ?

Après y avoir réfléchi un petit moment, je pense avoir trouvé la réponse, et elle est très simple ! En Russie, l’hiver dure pratiquement six mois. Ce serait un peu stupide de passer notre temps à chercher des petites balles blanches dans la neige (blanche). Je me souviens avoir joué au hockey sur glace quand j’étais jeune et très souvent le palet se retrouvait sous un gros tas de neige. On passait plus de temps à chercher les palets qu’on avait égaré qu’à jouer. Mais c’est comme ça le hockey. Comment pouvez-vous jouer au hockey sur glace s’il n’y a pas de glace/neige ? Et comme pour d’autres sports de balle, en général on ne peut pas jouer dans le jardin ou dans la rue. Ils ne sont pas vraiment faits pour la Russie, c’est pour ça qu’ils n’ont jamais vraiment eu de succès.

Pendant ce temps, en Inde …

Pour la plupart des indiens, la neige c’est quelque chose d’assez exotique. Ils en voient uniquement  dans le journal télé ou dans un film. Ce sont des choses auxquelles on ne pense pas, tout simplement, comme le golf en Russie.  Donc la neige n’entrave pas la popularité des sports de balle, donc les sports de balle sont super populaires. Pourtant en Inde, c’est rare de voir des gars se réunir pour faire un football comme dans la plupart des autres pays au monde. Non, au lieu de ça ils préfèrent jouer à un autre jeu, très exotique aussi (et pas seulement pour les russes) : le cricket. Oui, ici le cricket est bien plus populaire que le football ! Et c’est sans doute quelque chose qui paraitrait étrange dans n’importe quel autre pays…. C’est donc logique que le meilleur joueur de cricket Indien, et le plus populaire, Sachin Tendulkar, soit considéré ici comme le « Dieu du cricket ».

Partout où il passe des gens crient « Sachin! Sachin ! », tapent dans leurs mains, sautillent d’émotion et prennent autant de photos que possible avec leurs appareils.

J’ai vu l’agitation qu’il a provoqué la semaine dernière, lors d’un passage à Mumbai. Sachin est un ami et un collaborateur de longue date de Kaspersky Lab. Cela fait aussi plusieurs années qu’il est l’ambassadeur de notre marque en Inde et dans les pays environnants.

Je me suis rendu en Inde pour le lancement de notre nouvelle version de Kaspersky Internet Security 2015, ainsi que pour un projet éducatif  développé dans des écoles en Inde et visant à protéger les enfants contre les cybercriminels.

Tout s’est déroulé comme d’habitude : présentations, interviews, photos seul, en groupe, …. Mais on sentait tout de même une petite différence due à la présence de la plus grande vedette nationale, le clou du spectacle. C’était très amusant d’ailleurs. Par contre je ne sais pas comment il fait pour gérer toute cette attention frénétique au quotidien.

Bien que j’ai déjà travaillé avec lui durant plusieurs années, c’était la première fois que je le rencontrait en personne, et ce fut non seulement un plaisir mais aussi un honneur.  J’ai particulièrement apprécié le moment où on s’est détendus autour d’un bon repas.

Sachin Tendulkar launching Kaspersky Kids program in India En lire plus :Touché par le meilleur des batteurs