Brevet panoptique de Darwin – 2ème partie.

Les « paysages » des brevets selon les pays peuvent curieusement différer en grand nombre, dans la mesure où chaque invention d’un pays en particulier a un « arrière-goût » spécifique.

Par exemple, les brevets américains se caractérisent généralement par leur praticité, avec parfois un angle utilitaire et une attention toute particulière aux détails. Vous pouvez d’ailleurs en apprendre davantage dans mon Top 5 superlativement subjectif des brevets les plus (choisissez le terme approprié) de l’histoire :).

De leur côté, les inventeurs russes se caractérisent généralement par leur ambition, parfois pour leur désir « cosmique » de vouloir changer le monde, les planètes, l’univers, mais aussi « cosmique » dans le sens où leurs inventions peuvent être « hors du commun ». Toujours pas convaincus ? Ok, je vais vous convaincre, avec un autre Top 5, mais cette fois avec des brevets russes…

C’est parti…

Le Top 5 superlativement subjectif des brevets russes les plus (choisissez le terme approprié) de l’histoire.

Nº5 : Holy Moses !

Le dépôt de brevet russe No. 2013144180. « Une méthode pour assurer la survie des Homo Sapiens et la préservation du patrimoine génétique des organismes vivants sur la planète Terre en cas d’inondation mondiale, de glaciation globale ou autres catastrophes naturelles imprévues ». Oh mon patrimoine génétique !

Vous trouvez que le titre est long ? Attendez de voir la suite : le résumé de la première page de l’application n’est fait que d’une seule phrase, qui contient 1182 lettres ! Je compatis de tout cœur avec les avocats de brevets qui doivent résoudre ce que veut dire l’auteur d’un brevet par *)&%^(+#!@!. Je veux dire que dans le cas d’un tel brevet, si vous perdez le fil en cours de route, vous devez vous arrêter et reprendre depuis le début, encore et encore, et prendre des notes dans la marge afin de ne pas vous emmêler les pinceaux. Pour ma part, je l’ai lu cinq fois, et peux désormais fièrement « articuler l’essence sous-jacente de l’invention en six mots : une poupée russe comme un arche… :).

L’appareil est rempli de microorganismes, graines, animaux, trois Homo Sapiens et autres « ressources génétiques » et trône au sommet de la plus grande montagne du monde à l’abri du danger.

Mais que se passerait-il si les éléments entraient en crise et submergeaient les montagnes ? Eh bien, un canot pneumatique serait jeté à la mer depuis l’arche pour naviguer sur la surface de l’eau jusqu’à ce que le niveau d’eau diminue suffisamment. On dirait qu’ils ont pensé à tout.

PS : Citation : « Et après la stabilisation des conditions de vie sur la surface de la Terre, les membres de l’équipe descendraient les escaliers des montagnes et une nouvelle ère de renouveau de la vie sur Terre commencerait ».

PPS : La Rospatent (Service fédéral russe de la Propriété intellectuelle) n’a pas perdu de temps à rejeter son brevet : elle s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un troll de brevets et a refusé sa viabilité pour manque d’inventivité. J’étais assez étonné de constater que revenir au temps de la Bible n’ait pas été aussi donné comme motif :).

Nº4 : Ils doivent arrêter de fumer, et pas seulement du tabac.

« Si vous vouliez arrêter de fumer, mais que quelque chose vous empêchait de le faire… eh bien désormais rien ne peut vous en empêcher ! » Voici le brevet RU2231371.

Je suis sûr que ni moi, ni personne d’autre dans le monde, ni les auteurs eux-mêmes savent de quoi il s’agit, je vous mets le texte pour que vous voyiez de quoi je parle !

« Le contenu d’un flacon d’une solution de chlorure de calcium après le rituel de la dernière cigarette est versé dans un récipient avec une solution aqueuse de fumée de cigarette. Au bout du 5ème ou 6ème jour sans fumer, le docteur mène une session finale d’auto-réhabilitation, mais au lieu d’utiliser le récipient de « l’eau de la vie », le patient utilise un troisième récipient, appelé « Mot » avec un flacon de 10ml contenant 1% de solution de dioxine. La formule d’autosuggestion est changée par la formule d’un vœu : « J’ai arrêté de fumer ». Après la session finale, le patient effectue un rituel d’autocorrection, pour cela on utilise 50ml de solution aqueuse de la fumée de cigarette et du chlorure de calcium, dans laquelle on verse la solution de dioxine… »

Sérieusement ?

Qu’est-ce qu’ils avaient fumé ? Où c’était écrit ? Dans un coffee shop à Amsterdam ? Dans le Colorado ? Ou peut-être que l’incohérence est un effet secondaire du fait d’avoir arrêté de fumer en utilisant cette méthode ? Eh bien, cela n’a pas vraiment d’importance : le brevet a expiré pour non-paiement des frais de douane de l’Etat (« Frère, as-tu payé les frais ? Les frais ? Quels frais frère ?  Je ne veux pas de thé frais, je veux un expresso chaud, amigo »).

Nº3 : la machine à fumier !

Qu’est-ce qu’on ne peut pas faire dans un tank ? Plein de choses en réalité, il vaut mieux penser à ce qu’on peut faire dans un tank et exclure le reste.

Donc, par conséquent, si vous avez besoin de, vous savez, utiliser les toilettes ? Je veux dire, si vous êtes pris d’une envie pressante et que vous ne pouvez pas attendre ? Vous ne pourriez pas sortir du tank quelques minutes, ou si ?…

Voici le brevet RU2399858, qui propose de « retirer ses besoins d’un tank via une installation d’artillerie lourde » ! Sans oublier l’élément principal : sans dépressurisation du tank !

Une fois que le « missile  » est tiré, l’ennemi ne comprendra pas ce qui a été lancé. Dans ce moment de confusion, il pourrait facilement baisser la garde, voici un premier avantage. Mais il y en a un autre : selon le texte du brevet, « il améliore les conditions et les fonctions vitales de l’équipage, améliorant ainsi l’esprit de combativité ». Il est difficile de ne pas être d’accord ! Mais (tout comme pour l’ennemi), l’équipage ne doit pas être distrait (il doit rester concentré à lancer du fumier sur le champ de bataille). Autrement… ils pourraient mourir ou éclater de rire, ou pire encore, oublier de charger de vraies munitions dans le canon :).

Il est difficile d’imaginer une telle technologie brevetée sur le champ de bataille. Vous l’imaginez durant une exposition d’armes ? Des hauts fonctionnaires du monde entier, des marchands d’armes, et autres habitués tous en rang pour regarder la performance des tous derniers tanks en action, et VLAN ! Oups.

Nº 2 : Le Big Dicky de Li Dicky !

Ok. Le dépôt de brevet № 2012155514 est plutôt clair : un système de formation pour augmenter le pénis ». Pas « pour augmenter la taille du pénis « , vous voyez, simplement « le pénis » ! Le demandeur : Li Huay, qui en russe résonne comme « Li Dicky » !

Je cite : « Un système de formation pour augmenter le pénis, composé d’un dispositif de formation pour augmenter le pénis et d’une structure principale faite de matériaux durs et d’au moins une partie coulissante, pouvant glisser le long de la structure principale en faisant des va-et-vient. La structure et la partie coulissante enveloppent le pénis, la structure principale et la partie coulissante forment quatre grands côtés d’un orifice avec une taille adaptée pour [insérer] un pénis, la paroi intérieure de cette orifice autour de la circonférence ne doit pas bloquer… »

On dirait une description d’une sorte d’appareil étrange du théâtre-musée Dalí :).

Nº1 : Les brevets martiens.

Brevet RU 2585811, un « moyen d’ouvrir une fumerole sur Mars ». Voici un excellent exemple de la « nature galactique » d’une pensée inventive russe et d’un préambule laconique. C’est également un bon exemple de la tâche infernale qu’ont les administrateurs de brevets russes de définir où se trouve exactement l’élément brevetable.

Question : Comment ouvrir une fumerole sur Mars ?

Réponse (je cite) : « Une méthode pour ouvrir une fumerole [bloquée] sur Mars en faisant un trou ».

Question : Pourquoi [veulent-ils] ouvrir des fumeroles sur Mars ?

Réponse (je cite) : « Pour favoriser les recherches de ressources sur Mars en vue d’accroître la masse et le volume de son atmosphère avec des gaz fumeroles ».

Pas d’autres questions. Je me demande combien est prêt à payer Musk pour ce brevet ?

PS : L’auteur de ce brevet a fait de vastes plans pour voyager sur Mars. Il a également à son actif d’autres inventions relatives à Mars : une méthode qui fournit de l’éclairage nocturne sur Mars (RU2566578) ; une méthode pour garantir la survie du gaz sur une station de Mars (RU2573699) ; une méthode pour augmenter localement les émissions de chaleur arrivant dans l’atmosphère de Mars (RU2586902) ; et une méthode pour accroître et réchauffer l’atmosphère de Mars (RU2547207).

Patiente encore un peu Musk !…

Observations finales :

Il semblerait qu’il existe un autre distinctif des brevets russes qui se démarquent de ceux des autres pays.

Trois types spécifiques d’ « inventeurs » représentent une part importante de l’activité inventive russe en quête d’un brevet : (i) les trolls, (ii) les psychopathes, et (iii) les toxicomanes. Et je ne sais pas si on doit plaindre ou envier l’office des brevets russe : bien sûr, le travail est extrêmement difficile mais aussi parfois très amusant !

LIRE LES COMMENTAIRES 0
Commentaires 0 Laisser un commentaire
Laisser un commentaire