Étiquettes des archives : Islande

Notre fan club a bien grandi !

Si au cours d’une conversation j’ai le malheur de dire que Kaspersky a un fan club on me demande immédiatement pourquoi. Comment se fait-il qu’une entreprise qui vend des antivirus ait un fan club ? Il y a plusieurs raisons : parce que depuis longtemps nous proposons des protections antivirus mais aussi bien d’autres choses, parce que notre entreprise est toujours très active et propose des choses amusantes et intéressantes, et enfin parce que les gens veulent s’impliquer dans les actions menées par Kaspersky même s’ils ne font pas partie du personnel. Puis c’est assez sympa d’avoir un fan club.

 

Toute cette histoire a commencé il y a 13 ans (le temps passe si vite) lorsque nous avons lancé la version 6 de notre produit et que le secteur de la sécurité informatique en a fait l’éloge. Nous publiions presque tous les jours de nouveaux apports sur notre forum et des dizaines de volontaires s’emparaient immédiatement de ce code brut mais prometteur afin de l’installer et de le tester pour comprendre son fonctionnement. Je pense qu’à cette époque leur principale motivation était la sensation que les développeurs (toute l’équipe, sans exception, suivait le forum) incluaient immédiatement les remarques qui figuraient dans les rapports de bugs et les fonctions demandées. Les utilisateurs aimaient avoir leur mot à dire sur l’apparence, le comportement et l’avenir d’un logiciel connu.

Les utilisateurs n’ont pas perdu ce pouvoir puisqu’ils peuvent encore avoir une influence sur nos produits. Tous les jours, notre département de recherche et développement teste les nouvelles versions de nos produits, désormais nombreux et très divers, sans oublier une dizaine d’applications pour mobiles. Les membres de notre fan club sont toujours impliqués dans ce processus d’évaluation. Les fans sont intéressés puisqu’ils peuvent jouer avec les derniers apports, tester les nouvelles fonctions et détecter les bugs. C’est pourquoi ils participent à ces tests des dernières versions bêta. Il est aussi assez agréable d’avoir la possibilité d’utiliser ces nouveaux produits quelques mois avant tout le monde. Nous ne nous contentons pas de remercier et de féliciter nos amis… mais nous en parlerons un peu plus tard. En lire plus :Notre fan club a bien grandi !

Routes islandaises : vues du sol et vues du ciel

Voici l’avant-dernier article sur l’île enchanteresse d’Islande. Nous avons voyagé en dehors des sentiers battus et nous nous sommes même envolés. Et oui, nous avons pris un hélicoptère !

En seulement quatre jours, nous avons parcouru plus de mille kilomètres en Islande, et c’était loin d’être ennuyant. En nous rendant d’un endroit intéressant à un autre, nous avons vu des centaines de paysages en tous genres qui étaient à couper le souffle : des volcans, des falaises, des glaciers, des cascades, des étendues recouvertes de scories volcaniques grises, des vastes champs de lave où poussent de l’herbe et des lilas de lupin, des aubes et des crépuscules éblouissants, des pâturages avec des moutons et des chevaux… En bref, c’était un vrai plaisir pour les yeux !

La longueur totale de la route circulaire est de 1 332 kilomètres.La longueur totale de la route circulaire est de 1 332 kilomètres.

La route circulaire passe au travers de quelques plaines fluvio-glaciaires, qui sont souvent très inondées.La route circulaire passe au travers de quelques plaines fluvio-glaciaires, qui sont souvent très inondées.

En lire plus :Routes islandaises : vues du sol et vues du ciel

Flickr photostream

Instagram

Journée glaciale en Islande

Bonjour tout le monde ! Aujourd’hui, nous parlerons de l’Islande glaciale.

Les glaciers d’Islande ne sont pas les plus grands au monde. Mais tout de même, les vues glacées panoramiques, les lacs gelés avec des icebergs et la force de la nature… en somme, tout est vraiment enchanteur !

Pendant que nous étions sur l’île, nous sommes allés visiter deux glaciers. Le premier dont je vais vous parler est le Langjökull. (Il se trouve ici).

C’est ici que je suis monté pour la première fois  sur une motoneige ! Je dois dire que je m’attendais à une descente facile et confortable sur la neige… mais en réalité, en conduire une à 50 km/h ou plus sur une neige humide et poudreuse n’a rien d’agréable ni de simple.

Il y a deux routes dans les montagnes, mais nous n'en avons utilisé aucune. Nous conduisions des motoneiges !Il y a deux routes dans les montagnes, mais nous n’en avons utilisé aucune. Nous conduisions des motoneiges !

Langjökull est la deuxième plus grande calotte glacière d'Islande, après le Vatnajökull.Langjökull est la deuxième plus grande calotte glacière d’Islande, après le Vatnajökull.

En lire plus :Journée glaciale en Islande

Insérez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog

Cascades islandaises

L’Islande est un pays où il y a beaucoup d’humidité en « été » et beaucoup de neige en hiver. (En fait, il n’y a pas vraiment de saison chaude ici, à moins que vous ne vous submergiez dans les sources chaudes pendant trois mois.) Par conséquent, l’H2O n’est pas ce qui manque ici. Comme il y a plusieurs volcans immenses dans ce pays, les conditions parfaites sont réunies pour voir apparaître de plus en plus de cascades en Islande, qui sont déjà en grand nombre. En voici les cinq plus importantes que nous avons visitées dans le sud et le sud-est du pays. Elles valent vraiment toutes la peine d’être vues.

Cascade no1 : Gullfoss. Elle se trouve ici.

Gullfoss, l'une des cascades les plus célèbres d'Islande. Gullfoss, l’une des cascades les plus célèbres d’Islande.

La rivière Hvítá coule dans un long virage qui forme une sorte d'escalier de trois marches, puis elle se précipite brusquement dans deux niveaux d'eau différents (l'un de 11 m et l'autre de 21 m) et arrive enfin dans une gorge de 32 m de profondeur. La rivière Hvítá coule dans un long virage qui forme une sorte d’escalier de trois marches, puis elle se précipite brusquement dans deux niveaux d’eau différents (l’un de 11 m et l’autre de 21 m) et arrive enfin dans une gorge de 32 m de profondeur.

Il y a eu une proposition d'utiliser la cascade Gullfoss pour produire de l'électricité, mais ce projet n'a pas abouti car les habitants des environs ont lutté contre.Il y a eu une proposition d’utiliser la cascade Gullfoss pour produire de l’électricité, mais ce projet n’a pas abouti car les habitants des environs ont lutté contre.

En lire plus :Cascades islandaises

Tectonique islandaise

Tout le monde a une petite idée de la composition de notre planète, même les élèves d’école primaire. En voici plus ou moins la description. Au centre se trouve le noyau. Puis, il y a le manteau. Enfin, il y a la croûte terrestre, sur laquelle nous nous trouvons.

Toutefois, la croûte terrestre n’est pas faite d’un seul bloc. Elle est composée de plaques tectoniques, qui flottent de manière presque imperceptible sur du magma. Ces plaques se déplacent dans différentes directions. Elles avancent les unes vers les autres, de façon perpendiculaire, ou encore s’écartent d’entre elles. On parle ainsi respectivement de convergence, de décrochement et de divergence. Des tremblements de terre se produisent fréquemment à cause du frottement des plaques. La tectonique provoque aussi toutes sortes d’activités volcaniques. Si cela vous intéresse, vous pouvez cliquer sur les liens.

iceland-tectonic-1

Quand les plaques convergent, des montagnes et des volcans apparaissent, ainsi que toutes les caractéristiques qui leur sont associées sur la terre ferme. C’est le cas du Japon, du Kamchatka, des îles Kouriles, des îles Aléoutiennes, de la Cordillère des Andes, de la Cordillère américaine, de l’Himalaya, etc. Les zones où les plaques divergent sont en général des fonds marins, visibles sur des cartes de qualité et suffisamment détaillées. Ici se trouve, par exemple, la dorsale médio-atlantique. A cet endroit, les plaques tectoniques l’éloignent les unes des autres, et l’espace qui se crée est comblé par du magma.

L’un des rares lieux où la divergence des plaques se produit en surface est l’Islande. Ce pays se situe entre la plaque américaine et la plaque eurasienne. La première se déplace très lentement vers l’ouest, tandis que la seconde se dirige tout aussi lentement vers l’est (à une vitesse de 2 cm par an). En d’autres termes, la largeur de l’Islande augmente de deux centimètres chaque année (indépendamment de l’érosion des côtes ou, au contraire, de l’expansion de la masse terrestre provoquée par les coulées de lave). Cela correspond à deux mètres par siècle, à vingt mètres par millénaire et à vingt kilomètres par million d’années. Si elle continue d’évoluer de cette manière, l’Islande sera, dans 200 millions d’années, aussi large que la longueur du Chili ou, dans 300 millions d’années, aussi étendue que la Russie !

iceland-tectonic-2

En Islande, le meilleur endroit pour observer la fissure au sol provoquée par la faille est Þingvellir (Thingvellir).

iceland-tectonic-2-1

Une fissure inégale et escarpée, d’environ cinq kilomètres de long, traverse le paysage. En plus, il y a un joli lac. Voici à quoi cela ressemble :

iceland-tectonic-3

Les montagnes que l’on distingue à l’horizon sont en Europe. La photo a été prise en Amérique du Nord, et toute la terre devant nous correspond au trou entre les deux plaques tectoniques, l’eurasienne et l’américaine.

En lire plus :Tectonique islandaise

L’Islande : un pays merveilleux

J’ai toujours rêvé de visiter l’île volcanique de l’Islande, que ce soit pour faire du tourisme, de la randonnée ou pour me ressourcer. Mes amis et mes collègues m’en avaient dit beaucoup de bien. J’avais aussi vu des photos superbes de ses paysages et j’avais écouté de la musique islandaise, mais ce n’est que récemment que j’ai pu y aller quelques jours, étant donné que j’avais des rendez-vous d’affaires dans le pays.

iceland-popurri-1

Après l’avoir découverte, voici les quelques adjectifs qui me viennent à l’esprit quand j’essaie de décrire cette île : gigantesque, grandiose, magnifique et monumentale. À mon avis, cet endroit est l’un des plus beaux de la planète, et comme vous le savez, j’ai vu beaucoup de lieux magnifiques. Bien sûr, les intempéries et les changements climatiques peuvent poser un problème ici. Mais il faut s’attendre, la calotte polaire n’étant, après tout, pas si loin… De toute façon, c’est un inconvénient de moindre importance comparé à la splendeur des volcans, des geysers, des sources chaudes, des glaciers, des cascades, de la tectonique (un nouveau mot qui appartient à mon lexique et dont je vous parlerai plus tard) et d’autres beautés naturelles de l’île.

Alors, préparez votre pop-corn car les prochains articles de la série seront remplis de photos et de commentaires, et constitueront un carnet de voyage exceptionnel. Pour commencer, voici une petite sélection de chefs-d’œuvre photographiques pour illustrer certains des meilleurs moments du voyage.

iceland-popurri-2

iceland-popurri-3

En lire plus :L’Islande : un pays merveilleux