Des fonctionnalités dont vous n’avez certainement jamais entendu parler (version 2018): KFP protège vos fonds !

Lorsque je dois choisir un vêtement, la seule chose importante pour moi est sa fonctionnalité. L’emballage agréable, les marques, le niveau de réputation et autres m’importent peu. C’est à peu près la même chose avec les voitures : si le véhicule vous amène d’un point A à un point B en temps voulu, en toute sécurité et de façon assez confortable (donc peut-être avec la climatisation) c’est tout ce qui compte.

Ce même principe, qui consiste à ignorer les choses futiles, devrait aussi s’appliquer lorsqu’il s’agit de choisir un produit de cybersécurité. Même si de nombreuses personnes ne le font pas, nous devrions nous assurer que nous ne nous faisons pas avoir par d’autres choses (= baratin marketing) qui n’ont rien à voir avec une véritable protection. Il s’avère que les tests minutieux et indépendants réalisés pour étudier les nouveaux produits glamours d’antivirus dernière génération, ont montré qu’ils cachent sous leur capot une fausse intelligence artificielle, une détection antivirus adoptée, et une ” protection ” trouée. En d’autres termes : ce sont des placebos, rien de plus. Pour ne pas être victime d’une merveilleuse campagne marketing qui repose sur une sécurité bancale, vous devez soulever le capot vous-même, et voir comment les choses fonctionnent.  Bien sûr, personne n’a le temps, la patience, et les connaissances techniques pour parcourir péniblement la documentation technique d’un produit de cybersécurité, et pour la comprendre. Même si quelqu’un le faisait, il serait encore possible que le développeur lui tende un piège en utilisant tout ce jargon technique.

Par contre, avec nous, c’est tout le contraire : nous sommes fiers de nos technologies, nous publions ouvertement les détails techniques (sans piège), et nous pensons que toute personne peut les comprendre si ces informations sont bien expliquées. En définitive, nous sommes l’entreprise de cybersécurité la plus transparente du marché, à tel point que nous sommes prêts à partager nos codes sources pour qu’ils soient analysés.

Afin de rendre certaines de nos technologies plus faciles d’accès et plus claires, j’ai commencé il y a sept ans à publier régulièrement une série d’articles sur ce blog, en utilisant l’étiquette technologie. Tous les points principaux de nos fonctionnalités technologiques les plus complexes sont expliqués de manière simple dans ces articles (des fonctionnalités technologiques complexes dont vous n’aviez jamais entendu parler, dont nous réservons habituellement les explications aux geeks). Il s’agit de fonctionnalités largement invisibles, cachées sous le capot, mais elles sont les principes fondamentaux de notre protection informatique.

Bien. Fin de l’introduction. L’article d’aujourd’hui explique comment les banques savent que votre compte bancaire a été piraté.

Imaginons qu’un jour vous recevez un message de votre banque qui indique ceci : ” Une activité suspecte a été détectée sur votre compte… “. La première chose que vous faites, c’est essayer de vous rappeler là où vous avez été ces derniers jours, où vous avez retiré de l’argent et combien, ce que vous avez acheté dans les magasins, les bars, et/ou sur Internet, etc.

Dans mon cas, ce pourrait ressembler à ceci : (i) j’ai retiré des couronnes norvégiennes à un distributeur automatique à Longyearbyen, Svalbard, Norvège ; (ii) j’ai commandé un steak et une bière une salade et une bouteille d’eau minérale à l’aéroport d’Oslo, Norvège ; (iii) j’ai acheté un cadeau à madame à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, Pays-Bas, et comme j’ai de la chance, une autre salade et une bouteille d’eau minérale ; (iv) quelque part à proximité des Açores j’ai acheté du crédit pour utiliser la connexion Internet de l’avion ; (v) j’ai retiré des balboas à l’aéroport de Tocumen au Panama ; et (iv) j’ai payé mon repas dans une grande réception organisée dans un village proche de Panama (ville). Tout cela en une seule journée !

Il est évident que pour une banque, cette série de transactions réalisées par carte de crédit, enregistrée dans aucun des pays mentionnés, pourrait être suspecte. Franchement, quelqu’un qui commence la journée dans la ville la plus au Nord du monde, achète un produit cher au magasin duty-free d’une capitale européenne quelques heures plus tard, finit la soirée au Panama et paie pour un banquet, alors qu’il n’a jamais réalisé cet itinéraire insolite auparavant ?

Bien sûr. Soyons réalistes, les banques ne peuvent pas suivre leurs millions de clients. Combien faudrait-il d’employés pour réaliser une telle tâche ? Impossible. À la place, la banque dispose d’un système intelligent automatique (comme Kasperky Fraud Prevention, KFP) qui reconnaît automatiquement, et avec une grande précision, les fraudes. Bien, regardons ce que KFP a sous le capot, et voyons comment ce logiciel protège votre argent.

Tous les clients d’une banque ont un modèle de comportement : un graphe mathématique qui inclut tous les dispositifs (ordinateurs, smartphones, tablettes) et comptes de l’utilisateur, les services bancaires utilisés (par exemple, les opérations bancaires sur Internet), et les règles d’interaction entre tous les éléments mentionnés auparavant. Ce modèle repose sur la collecte de données, rendues anonymes, sur l’activité spécifique du client sur Internet, et utilise aussi la banque mobile. Il est crucial de souligner que le programme n’est pas intéressé par les transactions concrètes, les sommes impliquées, les détails des factures, les noms, et autres éléments ; le secret bancaire est maintenu. Pour calculer les menaces, le système utilise uniquement les métadonnées techniques et analyse les actions rendues anonymes.

Une telle approche permet de détecter automatiquement de nombreuses fraudes numériques.

Exemple 1 : Citoyen X utilise l’application des services de banque en ligne sur son ordinateur personnel. Il utilise la clé USB fournie par sa banque pour vérifier son identité. Pour se protéger un peu plus, il a installé un antivirus dernière génération qui repose sur un système d’intelligence artificielle de pointe, mais un jour un cheval de Troie malveillant arrive à se faufiler. Ce cheval de Troie, aidé par la clé USB oubliée et laissée sur le port USB, commence discrètement à effectuer des virements à partir du compte de Citoyen X.  Cependant, cette action n’est pas effectuée ” en toute discrétion ” pour le système anti-fraude de la banque, puisqu’il détecte rapidement les comportements irréguliers, bloque les opérations et informe le département de sécurité de la banque.

Panneau de configuration de KFP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En effet, toute activité qui outrepasse les frontières du modèle standard du comportement de l’utilisateur est signalée comme suspecte. De plus, plus le modèle est ancien (plus l’ancienneté du client avec la banque est importante), plus la moindre anomalie est considérée comme suspecte. Une fois qu’un certain seuil de suspicion est atteint, ou lorsqu’un événement critique a lieu, le système en informe la banque pour décider de la démarche à suivre : envoi d’un message au client pour qu’il confirme que les opérations étaient authentiques, blocage de la carte bancaire, analyse de la situation par un expert, etc.

Exemple 2 :  Citoyen Y habite à Trumpton et a pensé qu’il serait bon de noter l’identifiant et le mot de passe de ses services de banque en ligne sur la dernière page de son journal intime, qui a tendance à traîner dans l’appartement.  Un fraudeur informatique a découvert d’une manière ou d’une autre cette mauvaise pratique de cybersécurité, a mis la main sur l’identifiant et le mot de passe de Citoyen Y, et les a utilisés pour essayer d’accéder à ses comptes. Cependant, le fraudeur informatique a essayé d’utiliser un bureau inconnu à la banque dans la ville de Trumptown, qui se trouve à plus de 3 000 kilomètres de Trumpton. Étant donné que Citoyen Y a effectué un virement de 100 dollars via l’adresse IP de son fournisseur internet de Trumpton 5 minutes avant, le système a rapidement décidé qu’il s’agissait très probablement d’une opération frauduleuse, et a bloqué l’opération.

 

Système de prise de décisions pour vous protéger des fraudes bancaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les règles d’interaction entre les dispositifs, les comptes utilisateur et les services bancaires décrivent la logique du système de protection. En général, les règles peuvent être prédéfinies (créées par les experts de l’entreprise chargée de leur développement sur la base d’une analyse des stratagèmes de cybercriminalité), hébergées dans le Cloud (créées par des technologies d’apprentissage automatique en temps réel), ou mises en place par la banque conformément à son niveau de paranoïa sa politique de sécurité.

Voilà ce qui se passe en coulisse pour garantir la sécurité de votre compte bancaire. Bien sûr, il y beaucoup plus de choses, avec de nombreuses technologies sous-jacentes utilisées par le système ; dont des technologies en instance de brevet et d’autres qui ont fait l’objet de thèse, mais je peux difficilement fournir de telles explications dans ce bref article publié sur notre blog. Cependant, si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Oui, il s’avère que connaître les technologies, même si votre connaissance est limitée, est un bon remède pour lutter contre le marketing dans le domaine de la protection à effet placebo. Ces connaissances vous aident aussi à choisir les bonnes solutions de sécurité informatique ; des solutions qui soient vraiment efficaces, et qui fonctionnent mieux que les autres. Il est aussi assez agréable, et satisfaisant pour votre soif de curiosité, de savoir comment vous êtes réellement protégé.

Quelle est la première chose qu’un enfant fait lorsqu’il reçoit un nouveau jouet ? Il veut voir ce qu’il y a à l’intérieur, le démonter ! La curiosité n’est naturelle que pour les chats les êtres humains. Il n’est jamais trop tard pour revenir à l’essentiel afin d’être plus intelligent, et par conséquent plus fort !

C’est tout pour aujourd’hui les amis. Je reviendrai bientôt avec cette étiquette ! …

 

LIRE LES COMMENTAIRES 0
Laisser un commentaire