Étiquettes des archives : humachine

Nouvelle technologie d’émulation de Kaspersky : lutter contre les virus

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les virus qui infectent les ordinateurs sont tout simplement appelés  » virus  » ? En réalité, de nos jours, le mot  » virus  » est utilisé de façon trompeuse puisqu’il fait référence à  » n’importe quel programme malveillant  » ou sert à décrire  » n’importe quelle action néfaste qu’un programme a sur un ordinateur.  » J’ai trouvé cette définition dans notre encyclopédie.

Toujours selon notre encyclopédie,  » un virus, au sens strict, est défini comme un code de programme qui se reproduit «  et se répand, exactement comme le fait un virus biologique ; le virus de la grippe par exemple.

Étrangement, les virus qui correspondent à cette définition ont disparu depuis plusieurs années. Il s’agit désormais de programmes malveillants qui ne se reproduisent pas autant mais ont des fonctions vraiment dangereuses, puisqu’ils peuvent voler les informations de votre ordinateur, ou effacer la totalité des donnés (un cheval de Troie par exemple). Encore aujourd’hui, si vous demandez à quelqu’un comment il imagine les technologies de sécurité des ordinateurs, il va sûrement vous parler de scientifiques en blouses de laboratoire combinaisons Hazmat qui réalisent des mises en quarantaine et travaillent avec des éprouvettes, même si ces outils ne sont nécessaires que lorsqu’il s’agit de virus biologiques. En lire plus :Nouvelle technologie d’émulation de Kaspersky : lutter contre les virus

L’intelligence humachine lutte contre le snowshoe spam.

Bien sûr, je reçois beaucoup de spams dans ma boîte mail, sans doute plus que la moyenne. Je laisse depuis une dizaine d’années ma carte de visite, à droite, à gauche. Notre marque est présente sur des diapositives de présentation, des publications, des catalogues etc. Puis il y a la simplicité de mon adresse mail. Parfois, des e-mails d’employés « tombent dans l’oubli » à cause des spams, ce qui nous pousse à mettre en place de nouvelles adresses mail légèrement modifiées pour les employés. Est-ce que ça vaut pour moi aussi ? Eh bien non. Parce que, premièrement, j’ai besoin de garder une trace précise de qui est l’ennemi, et deuxièmement, je veux être capable de contrôler personnellement la qualité de notre protection anti-spam. Et parce que ça m’est égal de voir quelques blagues de temps en temps.

Tout comme les entomologistes avec leurs papillons, je classe tous les spams entrants dans un dossier unique, jette un œil aux verdicts, et détermine les tendances et les faux positifs, tout en faisant parvenir les échantillons à notre laboratoire anti-spam.

Curieusement, depuis le début de l’année, le taux de spams a grimpé en flèche ! Et après avoir étudié leur structure et leur style, il semblerait que la plupart proviennent d’une seule (1) source ! Presque tous les messages étaient en anglais (seulement deux en japonais) et point essentiel, 100% des spams ont été détectés par nos produits ! Je me suis tourné vers nos spécialistes et cela s’est confirmé : il s’agit d’un énorme tsunami tel une vague d’un type spécifique de spam – le snowshoe spam. Ceci est inhabituel dans la mesure où l’activité des spams diminue autour de la période du Nouvel An.

* Données pour la période du 1er au 10 janvier 

Ci-dessous les données montrant le changement du pourcentage lors du jour le plus actif (7 janvier) dans les boites mail de l’entreprise :

Alors qu’en est-il de ce snowshoe spam lorsqu’il s’agit d’une boite mail domestique, de quelle manière peut-on s’en protéger ?

En lire plus :L’intelligence humachine lutte contre le snowshoe spam.

Flickr photostream

Instagram