Étiquettes des archives : tour du monde

Neuvième tour du monde

Après avoir passé deux heures dans les transports qui assurent une connexion Express vers l’aéroport de Sydney, et avoir effectué 12 heures de vol, passant au-dessus de Santiago du Chili, nous sommes finalement arrivés à Pékin. J’ai complété mon tout dernier tour du monde : j’ai enduré plus de 25 heures de vol et 32 heures de route. Je suis un peu fatigué, mais je ne vais pas me plaindre.

Notre avion qui traverse l'ÉquateurNotre avion qui traverse l’Équateur

Il se trouve que ce voyage formait une route plutôt exotique, et ce n’est pas seulement car nous sommes passés au-dessus de l’Antarctique : nous avons traversé l’Équateur deux fois, et pendant la moitié du voyage, nous étions dans l’hémisphère Sud. La route possédait aussi une certaine symétrie (voir la carte ci-dessous), et nous sommes passés par les quatre continents (l’Asie, l’Europe, l’Amérique du Sud, l’Australie). Le plus important : c’était mon neuvième tour du monde ! Youpi !

Je ne m’en suis presque pas rendu compte. Un tour du monde en 10 jours ! Pour commencer, je suis parti de Kamchatka ensoleillé, puis j’ai terminé mon voyage en Chine. Je suis passé par : Petropavlovsk, Kamtchatski, Moscou, Paris, Sao Paulo, Santiago, Sydney (connexion) et Pékin. Un ami très ingénieux m’a marqué l’itinéraire, que l’on a suivi, sur une carte du monde :

C'est beau et symétrique :) C’est beau et symétrique 🙂

En lire plus :Neuvième tour du monde

De la neige… je suis de retour à la maison !

En fin de compte, mon tour du monde s’est avéré plutôt mouvementé et rempli d’étapes diverses :

Moscou – DublinAbou DhabiCanberra et SydneySingapourAustin (via NYC et Dulles) – Riyad – Tokyo/Osaka/Tokyo – et maintenant : à la maison !

Pour dire la vérité, ce parcours s’est avéré être assez tendu, avec un emploi du temps serré pour effectuer une quantité importante de travail et peu de temps pour se détendre et jouer les touristes. Pour être honnête, c’était assez fatiguant et je suis maintenant très fatigué. Je suis exténué, vidé, mort, K.O., … En marchant vers ma porte d’embarquement à l’aéroport de Narita à Tokyo, je me suis presque endormi dans l’escalator :).

Notes :

Parmi les programmes et les films disponibles sur l’écran à l’arrière du siège devant moi, j’opte souvent pour la carte du vol. C’est un peu comme le cricket : pas grand chose ne se passe, tout se passe à une vitesse d’escargot, mais si vous êtes du genre à vouloir vous détendre, c’est l’option faite pour vous.

Tokyo-MoscowCricket aérien

En lire plus :De la neige… je suis de retour à la maison !

Flickr photostream

Instagram