Étiquettes des archives : espace

Aux portes de l’espace.

L’idée de voyager dans l’espace trotte dans ma tête depuis plusieurs années maintenant, en fait depuis le jour où Monsieur Richard Branson a sponsorisé la Brawn GP Formula One Team. Retour au temps où nous (KL) envisagions le sponsoring de la F1 (qu’on a fini par concrétiser avec celui de Scuderia Ferrari) et où j’avais fait la rencontre de RB lors d’une course. Pour faire court, après une bonne partie de rigolades, j’ai fini par acheter un ticket dans ses bureaux – pour un voyage dans l’espace !

541546_10150704994898750_1697892943_n

Depuis ce temps, j’ai réussi à approfondir mes connaissances et obtenir une certaine pratique concernant les thèmes de l’espace en expérimentant la sensation d’apesanteur (dans un IL-76), en assistant au lancement du véhicule spatial Soyouz depuis Baikonur, et en visitant le Centre d’entraînement des cosmonautes Youri Gagarine à Star City.

L’apesanteur est tout simplement incroyable et je n’ai pas rencontré de problèmes particuliers pour prendre le coup de main. En revanche concernant la maquette de Soyouz, je ne suis pas apte à comprendre le contrôle de gestion de la Station spatiale internationale. Il semblerait que les ingénieurs spatiaux n’ont aucune idée de ce qu’est l’expérience utilisateur et l’A/B testing :).

Entre-temps, un cosmodrome a été construit pour Virgin Galactic. Il n’est pas trop grand étant donné que seuls les avions suborbitaux sont prévus pour y être lancés. Il y a déjà eu des tests de vol, des présentations prestigieuses, et d’autres histoires intéressantes relatives. Puis une terrible nouvelle a eu lieu, et un long silence s’en est suivi durant 18 mois.

Eh bien, l’autre jour, hors de l’espace, j’ai reçu un message d’une importance cosmique ! (Ils n’oublient pas leurs clients, c’est déjà un bon signe. Mais le meilleur est à venir…)

En lire plus :Aux portes de l’espace.

Le bonheur d’être en apesanteur !

J’ai découvert récemment l’un des défauts de mon joujou préféré, le Sony RX-100 : on ne peut pas prendre de photos en état d’impesanteur ! L’appareil affiche soudainement « Chute détectée » et s’éteint automatiquement. Mais je ne l’ai pourtant pas fait tomber ! La seule chose qui a chuté c’est le taux de gravité, qui est descendu à zéro ! Sony, je sais que vous avez pas mal de soucis en ce moment, mais s’il vous plaît, il faut absolument régler le problème !!

Sony в невесомости

Plus tard, j’ai appris qu’il était possible de désactiver cette « fonctionnalité », mais dans le feu de l’action, au moment d’entrer dans un état d’apesanteur, se plonger dans les différentes possibilités offertes dans le menu de votre appareil pour le configurer est la dernière chose à laquelle vous pensez. Mais heureusement, j’ai pu immortaliser l’instant car toutes les personnes participant à la mission en apesanteur étaient équipées de caméras qui ont tout filmé…

Voici la seule photo que j’ai pu prendre de cette journée, juste avant que mon appareil me lâche :

Avant-première: on est tous arrivés en volant dans l’air comme un astronaute dans son vaisseau spatial

Donc, l’apesanteur, le manque total de gravité … Ca ressemble à quoi ?

En fait, ce n’est pas aussi exotique et inabordable que ce que l’on peut penser. Je vais vous en apporter la preuve grâce à une petite expérience…

Levez-vous de votre chaise et mettez-vous à sauter comme un fou.

Je suis sérieux les amis, ce n’est pas une blague !

Невесомость, невесомость!

Невесомость, невесомость!

En lire plus :Le bonheur d’être en apesanteur !

Flickr photostream

Instagram

3, 2, 1… feu !

Enfin ! Un autre de mes rêves est devenu réalité – voir une fusée décoller ! Hourra !

Elle a quitté Baïkonour au Kazakhstan la semaine dernière et ce week-end, elle avait déjà atteint la station spatiale internationale et amarré. L’équipe composée de deux russes et d’un américain – ce qui explique peut-être pourquoi nous avons entendu autant d’accents américains dans la ville et dans notre hôtel.

Nous avons regardé le décollage à deux kilomètres de distance, ce qui semble peut-être loin mais ça ne l’est pas. Ce n’est pas comme être au concert de U2 tout en haut du stade, ce qui est presque une perte d’argent… La puissance générée par les énormes moteurs de la fusée a tout fait trembler au point qu’on aurait cru qu’un tremblement de terre se produisait au moment du décollage. Plutôt déstabilisant.

Baikonur Space Launch CenterLe pic tout en haut signifie qu’il y a des humains à bord; quand la fusée n’en a pas, cela signifie qu’il n’y a pas d’équipage – qu’il s’agit d’une mission contrôlée à distance

En lire plus :3, 2, 1… feu !

Insérez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog

La Cité des étoiles

Bonjour à tous !

Nous voilà de retour. Septembre. Le mois d’août de vacances est terminé, il est temps de retourner travailler –ce qui pour moi signifie reprendre la route, ou plutôt, l’avion. Cette période me fait redevenir le globetrotteur que je suis, mais avec un itinéraire qui inclut de nouveaux pays à découvrir et de nouveaux évènements. Bon, il faut que je garde une place pour l’imprévu ! Le calendrier doit être vraiment flexible car les prévisions peuvent rapidement changer, j’ai déjà pu le voir à plusieurs reprises. Cette année je pourrais même battre mon précédent record –ou plutôt mon discutable record- de cent vols effectués en un an. Cette année, j’en ai  déjà pris 59… (je les compte avec minutie, juste au cas où).

Mais entre Kamchatka et la prochaine tournée en trombe, je veux vraiment avoir un « peu de tranquillité », durant quelques semaines, pour me resituer, me recentrer, me réhabituer à mon domicile et « en théorie » à la ville où je réside. Je me suis rendu compte que cela était nécessaire, car j’avais commencé à oublier quel était l’interrupteur de la cuisine et celui du couloir ! Bref, aujourd’hui je vous ai préparé une histoire qui contient beaucoup de photos, sur une excursion dans un lieu très intéressant de la région de Moscou – le Centre d’entraînement des cosmonautes Youri Gagarine dans la Cité des étoiles. Cet endroit à vraiment quelque chose de spécial –je le recommande vivement. Il est possible de faire une visite guidée, durant laquelle les guides vous montrent et vous racontent tout, vous permettent d’essayer les différentes objets de l’exposition, mais aussi, vous laisse monter à bord des navettes spatiales où s’entraînent les astronautes (ces derniers font des apparitions dans les couloirs pour le plus grand plaisir des visiteurs).

Vous pouvez visiter l’intérieur de la capsule Soyouz avec laquelle les astronautes reviennent sur Terre. Les guides racontent tout type de détails sur les missions spatiales et sur l’atterrissage des astronautes lorsqu’ils reviennent sur Terre, mais aussi sur des cas particuliers, et ainsi de suite, les uns après les autres… Je ne vais pas tout vous raconter. Il vaut mieux que vous le voyez vous-même en chair et en os.


Une copie identique (en réalité, le second modèle réalisé) de la station spatiale Mir…