Le Yucatan : bronzage et conférence

Dans les informations, récemment, j’ai pu observer un nombre impressionnant de nouvelles relatant les mauvaises conditions hivernales qui sévissent un peu partout dans le monde. Moscou a connu ses chutes de neige les plus importantes depuis des siècles, et le nord-est de l’Amérique a aussi eu sa dose de précipitations neigeuses. Je commence à penser qu’il s’agit d’avertissements signalant une catastrophe imminente causée par le réchauffement climatique. Mais qui n’y penserait pas après toute cette neige et lorsque l’on regarde les résultats de forage de la station de Vostok en Antarctique ? Mais je m’écarte du sujet…

Donc il semble que tout le monde, de New York au York (Angleterre) en passant par Iakoutsk (Russie), souffre énormément de ces désagréments hivernaux. Ce qui nous fait sentir (mes collaborateurs, nos partenaires et moi-même)… et bien, pour le moins un peu coupables. Pourquoi ? Car nous sommes tous dans un endroit inondé par le soleil, sans neige et profondément pittoresque : j’ai nommé la péninsule du Yucatan

KL N.American Partner Conference

Pourquoi une conférence au paradis ?

Un pas dans la bonne direction

Mardi dernier, le 12 février, le Président Obama a publié un décret, attendu depuis longtemps, sur la cyber-sécurité. Celui-ci a pour but d’élargir et de développer un partage de l’information plus solide entre le gouvernement et le secteur privé. Ce décret implique également le développement d’un cadre et de normes cybernétiques afin d’améliorer la protection des infrastructures critiques américaines. Ce décret se concentre réellement sur une approche basée sur l’analyse des risques. Les ressources sont limitées, et sécuriser en premier les domaines les plus exposés aux risques est une politique intelligente. La sophistication des menaces et des attaques ciblées visant des secteurs économiques clés à travers le monde, souligne l’urgence d’actions améliorant la sécurité des infrastructures critiques. Cet effort du Président Obama est un pas positif pour réagir face au fossé important qu’il existe dans la protection d’actifs critiques nécessaires au bien-être des Etats-Unis.

Le risque pour les infrastructures critiques est réel et représente un défi international face auquel  les gouvernements et le secteur privé doivent agir ensemble. Alors que nous observons de plus en plus de menaces visant la sécurité nationale et économique de certains pays, des mesures doivent être prises pour mieux protéger les infrastructures critiques nationales. Les attaques comme StuxnetFlame, Gauss, et Shamoon sont devenues courantes et elles deviennent de plus en plus sophistiquées.

Je pense que ce décret est un pas dans la bonne direction car il cherche à augmenter les défenses numériques des infrastructures critiques, et essaie de faciliter un échange de l’information sur les menaces entre le gouvernement et le secteur privé. Une meilleure coopération entre les gouvernements à travers le monde et leur secteur privé pour améliorer le partage d’informations sur les menaces cybernétiques est essentielle. De même, les exploitants de ces infrastructures critiques doivent travailler à la mise en place de normes flexibles basées sur les résultats afin de sécuriser leurs actifs.

Nous sommes à une étape cruciale de la cyber-sécurité, et le leadership des Etats-Unis à travers le monde est essentiel. Nous espérons que d’autres nations et unions suivront cet exemple et prendront des mesures pour protéger leurs infrastructures nationales.
Nous sommes prêts à supporter et à assister les efforts de cyber-défense nationale et internationale avec notre recherche, nos technologies et notre personnel.

Flickr photostream

Instagram

Bien plus qu’un anti-virus. Nous vous présentons Kaspersky Security for Business

Cela fait un peu plus d’un an qu’une version de notre produit pour les entreprises (Endpoint Security 8) est sortie, mais nous en sortons déjà une nouvelle (ai-je besoin de préciser – une version très améliorée). Hier, à New York – comme le veut la tradition, s’est tenu notre lancement international de Kaspersky Endpoint Security for Business (KESB) – un habile logiciel qui contient pleins de nouvelles choses – y compris une série de nouvelles fonctionnalités, un nouveau nom, et une nouvelle gamme de produits.

Ce post vous donne un aperçu de toutes les nouveautés présentes dans KESB. Mais avant, pour que vous puissiez comprendre tous ces nouveaux trucs plus facilement (je l’espère), laissez-moi vous donner un aperçu historique de ce que nous avons fait avant et de ce qui nous a amené la nouveauté de l’année : KESB.

Alooors. Au début, il y avait les anti-virus. C’est difficile à imaginer maintenant, mais nous avons connu l’âge de pierre des anti-virus, quand ces derniers n’étaient alors qu’un unique et souvent seul fichier qui réalisait des analyses à la demande de votre mémoire et de votre disque dur, à la recherche de programmes malveillants. Avec le temps, naturellement, les anti-virus ont adopté des technologies de protection de plus en plus avancées, pour enfin devenir des « anti-tout » multi-facettes nous alertant de tout. Ce qui nous mène à l’anti-virus « moderne » qui est capable non seulement de détecter et de tuer les virus, mais aussi de nous protéger contre les attaques des hackers, les spams, les contenus réservés aux adultes, et toutes sortes de malveillances présentes sur le net.

Avec l’augmentation des fonctionnalités des anti-virus, le fait de savoir comment contrôler tout cela est devenu important, ce qui est évidemment logique. Même au sein d’une petite entreprise, tous les problèmes liés aux IT étaient généralement pris en charge exclusivement par les administrateurs du système – qui en plus de la sécurité, avaient une tonne d’autres problèmes. Par conséquent, les consoles d’administration ont vu le jour : à travers celles-ci, les responsables de l’informatique et/ou de la sécurité pouvaient installer, configurer, mettre à jour, et faire bien d’autres choses encore avec leurs anti-virus & Co. – tout cela de manière centralisée.

Ensuite, il y a quelques années, deux évènements importants se sont produits : premièrement, la révolution des mobiles, qui a augmenté considérablement le casse-tête qu’est la protection de tous les appareils numériques utilisés dans le cadre professionnel; et deuxièmement, la crise économique mondiale, qui a forcé les compagnies (surtout les plus petites et les moyennes) à réduire leur budget – y compris celui des IT et de la sécurité. C’est pourquoi, les systèmes IT très complexes (= l’ennemi nº1 de la sécurité), qui ont grandi de manières ad hoc, et les difficultés financières mondiales ont montré que l’industrie avait un réel besoin d’intégrer les anti-virus dans d’autres départements – tels que la sécurité & Co.

Bien sûr, tout le monde est d’accord sur le fait qu’il est bien plus pratique, plus simple et moins cher, d’avoir un seul produit qui couvre tous les angles, ou au moins une seule console d’administration au lieu d’un ramassis de consoles et de produits de sécurité.

Pendant longtemps, on a beaucoup parlé de ce besoin d’unité, mais cela n’a pas abouti.

Certains fabricants ont tenté de résoudre le problème en rachetant d’autres compagnies (faisant face à l’échec de l’intégration technologique et commerciale). A part cela, hélas, l’idée n’est pas allée plus loin. C’est là qu’entre KESB. Il ne s’agit pas seulement d’une nouvelle version « meilleure et plus rapide », c’est un tout nouveau concept de produit corporatif – unique aussi bien en termes de degré d’intégration qu’en maniabilité.

En plus de notre compétence anti-malware centrale et des caractéristiques que l’on pouvait trouver dans les versions antérieures de ce produit, KESB inclut désormais ce qui suit :

  • Gestion des périphériques mobiles (fiche technique) – pour surveiller, gérer et sécuriser vos appareils mobiles, ce qui comprend : la configuration à distance, des politiques de sécurité, le contrôle des applications, et même la possibilité de créer une liste blanche d’applications réservée à l’entreprise.
  • Chiffrement complet (fiche technique) – pour les fichiers, les dossiers et les disques (aussi bien internes qu’externes) –  totalement transparent pour l’utilisateur.
  • Gestion des systèmes (fiche technique) – plein d’outils destinés à la gestion globale du réseau de l’entreprise, ce qui inclut : l’installation et la configuration à distance de l’OS, l’inventaire des matériels et logiciels et la gestion de leurs licences, l’analyse avancée des vulnérabilités, la gestion des correctifs, et le contrôle d’accès au réseau.
  • Un contrôle des applications amélioré, dont une politique de blocage par défaut (fiche technique). Beaucoup de nouveaux paramètres ont été ici ajoutés, y compris une résolution proactive des conflits liés aux applications, le support de nouvelles catégories d’applications, la catégorisation multi-vectorielle, un service de liste blanche dynamique qui permet aux utilisateurs d’obtenir des informations sur certaines applications en temps réel à partir de la base de données située dans le cloud du Kaspersky Security Network (KSN).
  • Automatic Exploit Prevention – déjà testée et approuvée par nos produits destinés aux particuliers. Il s’avère qu’AEP a été la technologie qui a empêché l’attaque de l’opération Red October avant qu’elle ne soit découverte. Cool !

De plus, nous avons réalisé tout cela par nous-mêmes – avec la puissance de nos cerveaux et un dur labeur – sans aucune autre intervention extérieure accompagnée de ses incompatibilités et autres problèmes. Et nous en sommes bien sûr très fiers ! Mais, ce qui est peut-être le plus important – tout cela fonctionne sous Windows 8, et est géré à partir du centre de sécurité – donc pas de méli-mélo de produits et de douzaines de consoles incompatibles ! Malin.

http://youtu.be/mdaXPevmGV4
Vous avez compris le message depuis : nous avons affaire à un produit très complet, et sur certains points, il est même doté de premières. Maintenant, comme tous les pionniers le savent, être le premier peut être effrayant, mais d’un autre côté, le retour des testeurs est vraiment très positif – ce qui nous rassure considérablement.

D’ailleurs, toutes les technologies listées sont si excellentes qu’elles mériteraient toutes d’êtres expliquées plus en détails. Et c’est exactement ce que nous allons faire dans les pages de ce blog. Attendez-vous donc à de nouveaux posts très prochainement !…

Revenons à notre sujet du jour…: Qu’y a-t-il d’autre de nouveau dans KESB ? Rien de moins qu’une gamme entière de produits !

Cela mérite qu’on en parle un peu plus ici :

Depuis le début des années 2000, nous sommes soudainement devenus les leaders de l’industrie en marketing produits, surtout en termes de création de nouveau concepts pour des gammes de produits. Nous étions les premiers à lancer des catégories telles que « anti-virus », « anti-hacker », et « anti-spam » et à les combiner en un seul produit. Au cours de la même période, nous avons également personnalisé nos produits professionnels, permettant à nos clients de choisir le nombre de licences suivant leurs besoins.

Si ma mémoire est bonne, notre gamme de produits précédente a duré six bonnes années. Elle était également unique : elle nous a permis de cibler différents secteurs grâce à son mix de technologies supérieures, et nous a donné la possibilité de créer des produits de qualité en fonction des besoins de ces différents secteurs, et ils s’adaptaient facilement à la capacité de croissance des entreprises de nos clients. Nous n’offrions pas plusieurs applications, mais une protection complète pour les réseaux d’entreprise à différents niveaux (postes de travail, passerelles mails et web, serveur de fichiers, etc.), et au fil du temps, nous n’avons cessé d’augmenter ses capacités techniques.

Néanmoins, peu importe la qualité de la gamme précédente, nous ne pouvions pas en rester là et nous reposer sur nos lauriers – nous ne travaillons pas ainsi chez Kaspersky Lab ! Non, nous devions faire encore mieux – et créer une nouvelle gamme de produits pour les professionnels … et ta-daaa ! La voici ! Pour le moment, nous avons quatre versions, chacune d’elles étant dotée des fonctionnalités suivantes :

En détails, ça ressemble à ça :

 

Bien sûr, inclure tous les besoins de tous les différents types de clients dans un seul produit serait idiot, insultant… et même suicidaire : c’est pourquoi, nous avons gardé notre flexibilité traditionnelle. Pour chacune des versions, il est possible d’acheter des modules et des technologies additionnels (MDM, gestions des systèmes, et des solutions de sécurité ciblées).

Pour plus d’informations sur notre toute nouvelle gamme de produits pour les entreprises, rendez-vous ici, ou regardez la vidéo et surveillez ce blog pour plus de détails sur les technologies listées précédemment.

Insérez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog

Bien plus qu’un anti-virus. Nous vous présentons Kaspersky Security for Business

Cela fait un peu plus d’un an qu’une version de notre produit pour les entreprises (Endpoint Security 8) est sortie, mais nous en sortons déjà une nouvelle (ai-je besoin de préciser – une version très améliorée). Hier, à New York – comme le veut la tradition, s’est tenu notre lancement international de Kaspersky Endpoint Security for Business (KESB) – un habile logiciel qui contient pleins de nouvelles choses – y compris une série de nouvelles fonctionnalités, un nouveau nom, et une nouvelle gamme de produits.

Kaspersky Security For Business

Kaspersky Security For Business

Ce post vous donne un aperçu de toutes les nouveautés présentes dans KESB. Mais avant, pour que vous puissiez comprendre tous ces nouveaux trucs plus facilement (je l’espère), laissez-moi vous donner un aperçu historique de ce que nous avons fait avant et de ce qui nous a amené la nouveauté de l’année : KESB.

Découvrez la nouvelle gamme de produits Kaspersky Security for Business…

Grands parleurs, petits faiseurs

« Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres« , dit Napoléon, le cochon du classique futuriste de George Orwell. Le génie de cette phrase repose dans son universalité – un simple ajout à celle-ci suffit à en changer tout le sens. Hélas, on peut observer ce paradoxe aussi bien dans les sagas contant les aventures d’une ferme révolutionnaire, que dans des thèmes comme (et vous ne le croirez pas) les tests anti-virus ! Donc, « tous les tests anti-virus publiés sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres. » En effet, une fois que des petits malins en marketing ont fait opérer leur magie et ont « analysé » les résultats provenant de tests comparatifs d’anti-virus menés par des tiers, le résultat final (ou « résultats de test » comme l’appellent certaines compagnies anti-virus) peut difficilement être décrit comme un résultat de valeur égale : ces résultats sont tellement manipulés qu’aucun élément pertinent ne peut en être tiré.

Prenons l’exemple d’une compagnie d’anti-virus imaginaire – une qui ne se distingue pas des ses concurrents grâce à ses prouesses technologiques ou à sa qualité de protection, mais dont l’ambition et le plan de vente béton sont suffisants pour combler ce manque. Donc, que devrait-elle faire en premier, afin  de se rapprocher un peu plus de son but ultime d’hégémonie internationale ? Améliorer son moteur anti-virus, élargir sa base données de virus, et/ou mettre le turbo au niveau de sa qualité et sa rapidité de détection ? Non, non et non. Ça prend bien pluuuus de temps que ça. Et ça coute bien troooop d’argent. Enfin, c’est le cas quand vous faites partie de la Ligue 1 des anti-virus (et arriver en première division n’est pas si difficile). Mais plus vous vous approchez du sommet de la Champions League en termes de protection, plus vous avez besoin d’argent pour assurer ce centième de protection supplémentaire, et plus vous avez besoin de cerveaux.

Il est bien moins cher et bien plus rapide de prendre un autre chemin – non pas celui de la technologie, mais celui du marketing. C’est pourquoi, une maîtrise technologique et une qualité de détection des virus insuffisantes sont souvent compensées par une astucieuse stratégie informative.

Mais comment ?

Indirectement; voici comment…

Quelle est de nos jours la meilleure façon d’évaluer la qualité de protection d’un logiciel anti-virus ? A travers les avis objectifs et indépendants de tiers, bien évidemment. Les analystes, les clients et les partenaires sont une très bonne source d’informations, mais leur impartialité ne peut naturellement pas être garantie. Les tests comparatifs conduits par des laboratoires indépendants spécialisés, c’est la que tout se joue. Néanmoins, les testeurs sont de drôles de bêtes : ils se concentrent seulement sur leur tâche réduite (celle de tester) ce qui est bien en soit, si les tests sont effectués correctement et de façon précise – et ce n’est pas si simple. Mais leurs résultats peuvent souvent paraître ennuyeux et ils pourraient être un peu plus divertissants. C’est là qu’entrent en jeu les tests de marketing effectués par ceux qui commandent les tests : il s’agit d’une simple manipulation astucieuse de résultats objectifs – afin que les méchants passent pour des anges, et/ou que les meilleurs passent pour les derniers de la classe. Ce qui n’est pas sans évoquer l’ancienne parabole orientale de l’homme aveugle et de l’éléphant. Mais seulement, dans le cas présent, les responsables du marketing – qui voient très bien – « perçoivent » délibérément les résultats de façon partiale. L’homme aveugle ne pourrait pas les aider à changer leur perception erronée.

Davantage sur les résultats des tests anti virus…

La Nouvelle-Zélande : le concurrent de Kamtchatka. Introduction.

Vers la fin de l’année dernière, un groupe de compagnons a soudainement décidé de tout laisser tomber  – enfin, presque tout – et d’aller étudier de plus près un pays connu sous le nom de Nouvelle-Zélande. Mais pourquoi ? Et qui sont ces compagnons ? Vous trouverez les réponses à ces questions, et à bien d’autres ici, maintenant…

New Zealand

Découvrez les magnifiques paysages de la Nouvelle-Zélande…

Une énergie très fraîche

On peut diviser les gens en deux groupes : ceux qui utilisent l’électricité (et admettons-le, il s’agit d’une grande majorité d’entre nous), et ceux qui la produisent (en nombre très réduit). Et c’est pourquoi j’aimerais féliciter tout le monde en cette Journée de l’Energie (célébrée le 22 décembre en Russie). Je suis actuellement dans la centrale hydroélectrique de Saïano-Chouchensk, située sur les rives du Ienisseï, dans le village de Cheryomushki.

Sayano-Shushenskaya Dam

Sayano-Shushenskaya Dam

C’est un endroit magnifique et vraiment fascinant…

Fête de fin d’année

Bonjour à tous !

Vendredi dernier (le 14 décembre), non loin des QG de Kaspersky Lab, quelque part dans le nord de Moscou, dans l’énorme club Stadium-Live, a eu lieu notre traditionnelle fête de fin d’année. Environ 1500 employés de KL et des invités du monde entier étaient présents : en plus d’eux, une cinquantaine d’employés de notre compagnie sont montés sur scène pour prendre part au super spectacle de musique, de théâtre et d’acrobaties (pour lequel ils ont répété quasiment tous les soirs pendant deux mois), accompagnés d’une trentaine de professionnels du cirque.

KL New Year Party

KL New Year Party

Plus de photos de notre soirée de fin d’année …

Maroc : +1

Salam les amis !

Un +1 vient de s’ajouter à la liste des pays que j’ai visité – le Maroc. Mon total est maintenant de 72, en incluant l’Antarctique. Ces derniers temps, peu de pays se sont ajoutés à ma liste, mais j’imagine que c’est mathématiquement inévitable au fur et à mesure qu’elle s’agrandit, et bien évidemment, elle ne tient pas compte des voyages multiples que j’effectue dans de nombreux pays…

Donc me voici au Maroc – dans la ville de Marrakech. Notre conférence annuelle avec nos partenaires s’est déroulée ici. Nous l’organisons normalement quelque part en Europe sur une côte méditerranéenne, mais cette année nous avions envie de l’avoir de l’autre côté de la marre, sur la côte africaine. La conférence était super, dynamique, amusante, intéressante et divertissante. Et une réplique de voiture de Formule 1 était présente pour l’occasion.


Découvrez le Maroc, un endroit très intéressant …

Une excellente fin de voyage

Ouf. Trois semaines de voyages aux Etats-unis derrière nous. Ça a été dur, endurant mais amusant aussi. C’est vraiment dommage de devoir partir, mais nous avons des engagements ailleurs. Nous partons avec une tonne de fortes impressions et de bons souvenirs – et plein de photos. Nous avons énormément travaillé pendant notre séjour, mais soyez certains que nous nous sommes aussi amusés – en prenant le temps de nous détendre et de visiter quand nous le pouvions. Maintenant de retour au bon vieux « valise-taxi-aéroport… ». Où allons-nous ensuite ? Je vous le dirai plus tard. Mais ce qui est sûr, c’est que nous allons changer complètement de paysage.

Notre dernier jour à New York s’est avéré être une conclusion super agréable et originale : une conférence enjouée avec des personnes du monde entier – parmi eux, notre invité super star Fernando Alonso ! Il joue le rôle principale dans le nouveau clip vidéo de la campagne Safeguarding Me (si vous saviez comment nous avons dû garder son « tomita » (le petit talisman japonais dans la vidéo) pendant le tournage !). Voyez par vous-même :

Plus de photos de notre conférence à New York avec Fernando Alonso …