Ressourcez-vous au Japon

Fatigué après un voyage interminable, le voyageur long-courrier devient une sorte de corps d’eau lorsqu’il tente de se détendre et de passer de l’état de zombie à un état un peu plus normal. Cela passe généralement par une douche, un bain – et parfois même un bania avec ses piscines d’eau froide!

Mais c’est uniquement au Japon que nous pouvons espérer retrouver cette grande sensation de relaxation que vous offre un ryokan, et qui combine la baignade avec une expérience culinaire nécessaire pour recharger vos batteries. C’est donc l’expérience à laquelle j’ai pris part à l’Izukogen Hanafubuki Ryokan sur la péninsule Izu (伊豆), non loin du Mont Fuji au Japon.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un ryokan, nous pourrions le définir comme étant un hôtel traditionnel japonais, généralement pas très grand, avec des futons sur le sol, et offrant une excellente cuisine japonaise puis, parfois, des sources d’eau chaude dans lesquelles vous pouvez vous baigner.

Cependant, si vous n’êtes pas japonais, soyez vigilants. Vous devez tout d’abord vous imprégner de la culture japonaise afin de ne pas mettre les pieds dans le plats ou ne pas faire de faux pas pouvant provoquer, au mieux, une colère ou au pire, un incident diplomatique. 🙂 Le mieux serait de visiter un ryokan en compagnie d’amis ou de collègues japonais afin d’éviter toute confusion ou incidents involontaires. Sous l’aile d’un local, vous pourrez vous sentir comme un japonais : contentez-vous tout simplement de récupérer, d’alimenter votre âme et de revitaliser votre esprit.

Et il n’y a pas que la nourriture et les sources d’eau qui influent sur le corps et l’esprit – il y a également toutes les fleurs de cerisiers qui fleurissent toujours ici, les petits chalets pittoresques, les petits chemins agréables et une grande abondance de faune et de flore. C’est vraiment très joli.

1 2

Et pourquoi sommes-nous ici ?

Non ce n’est pas parce qu’Izu est (prétend être) le plus grand producteur de wasabi au Japon :). C’est un peu plus évident en réalité : la péninsule est remplie de volcan ! J’ai toujours voulu venir ici depuis des années, sachant que ce n’est pas très loin de Tokyo où je me rends souvent pour affaires.

Nous en avons donc profité. Mais nous nous sommes confrontés à un petit souci : Quel volcan visiter ? Pas facile car il y en a tellement. Nous avons fait des recherches sur Internet, filtré, comparé…pour finalement choisir le Mont Omuro ! 🙂

3Source


4

La dernière fois que le volcan est rentré en éruption, c’était il y a 4000 ans, couvrant ainsi d’une épaisse couche de lave, les alentours et le fond de la mer. Et durant les 4 millénaires qui ont suivi, les vagues de l’océan venaient se heurter contre la lave, créant ainsi un impressionnant littoral : 9 kilomètres d’une incroyable formation rocheuse (de lave) – très similaire à celle des Kurils.

Il est préférable de se rendre ici en fin de matinée, de déjeuner en chemin dans un restaurant de bord de route pour ensuite passer trois ou quatre heures de l’après-midi  à se promener lentement et à mettre tous vos sens en éveil.

5 6 7 8 9 10 11 12

13Les colonnes de roches volcaniques (cellules de Bernard). Découvrez la physique de leur formation ici

14 15 16 17 18 19 20 21 22 23

24Pour une fois, un membre de notre équipe japonaise a apprécié la randonnée… mais il est clair qu’il ne doit pas faire beaucoup d’exercice 🙂

« Ne mangez pas l’aloe ici » leur ai-je crié. Non, trop tard… en fait, l’aloe n’a pas un goût très agréable, comme vous pouvez l’observer sur leur visage…

25

Vous pouvez retrouver le reste des photos ici.

Après une marche en guise d’échauffement, nous avions prévu de monter au sommet du volcan, mais hélas, le temps était très couvert puis il a commencé à pleuvoir et nous n’avions pas nos kaways sur nous. (Oui, un détail idiot pour un voyageur aguerri comme moi ; d’accord, je m’en souviendrai la prochaine fois. Le fait est que j’aime faire des excursions en étant léger – sans sac ou quoi que ce soit d’autre. Bref, je m’éloigne du sujet.) Même le drôle de funiculaire ne fonctionnait pas en raison du temps. Oh bien sûr, le Mont Omuro devra attendre notre prochaine visite…

2627

Ensuite, il était temps de retourner au bureau à Tokyo où nous attendaient des réunions, des conférences de partenaires et autres interviews. Ce fut, comme toujours, constructif, utile et intéressant. Quelques photos de nos bureaux de Tokyo :

28 29

Comme vous pouvez le voir nous sommes au 7ème étage 🙂

Cependant, la moitié de l’immeuble est vide (plus de 9 étages). Vous voulez ouvrir un bureau à Tokyo ? Bienvenue !

Des ours verts, des chevaux noirs, des voitures rouges, des maillots de foot bleus – ils sont tous très populaires ici…

31

Je parie que ce liquide désinfectant pour les mains a été placé ici de manière stratégique pour indiquer en fait de  » ne pas toucher au objets exposés  » ! Dit comme ça, c’est vrai que c’est beaucoup moins vexant. J’adore les japonais.

33

Le boss en plein travail

Akihabara en modo de trabajo.Akihabara en pleine activité

36 37 38 39 40 41

42Un distributeur de gourmandises japonaises… j’en veux une pour notre QG !

Après le travail …. un diner d’entreprise !

L’Unagi (anguille) – mon plat préféré – ici, au restaurant non loin de l’hôtel. Et on pouvait voir sur les murs des images du monstre Unagi :

43 44

Il manque juste une photo du plat pour le comparer à cette représentation du monstre Unagi ! Oups… j’ai complètement oublié d’en prendre une !

Kanpai les amis !

LIRE LES COMMENTAIRES 0
Laisser un commentaire