Étiquettes des archives : maintien de l’ordre

A la chasse au Phishing

Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais d’une certaine façon, depuis la création du World Wide Web, il existe une approche stéréotypée d’Internet et de tout ce qui le concerne. Cette attitude considère le réseau comme à peine plus qu’un jouet, alors que les virus qui en font partie sont eux considérés comme un simple jeu, dans le meilleur des cas, ou juste du vandalisme, dans le pire des cas. Néanmoins, la réalité nous montre autre chose – notamment ces derniers temps.

Vous rappelez-vous Cascade et d’autres virus similaires ? Ah ! Tellement naïf et innocent si on le compare avec ce qui allait arriver… Les choses sont allées très vite en l’espace de quelques décennies, et les « mauvais garçons » ont commencé à voler des données, à implanter des Trojans sur des ordinateurs pour des réseaux zombies afin de procéder à des attaques divisées et, évidement, à commettre des vols sur des comptes bancaires. Aujourd’hui nous en sommes arrivés aux attaques contres les systèmes industriels, infrastructurels et militaires. Sacré jouet !

Nous devons laisser de côté ce stéréotype au plus vite. Les fausses impressions donnent au cybercrime une aura romantique, qui à la fois attire la jeune génération d’aspirants cybergeeks qui se convertiront en cybercriminels, lesquels ne peuvent pas se rendre compte de la gravité de leur « diversion » ou prendre conscience du nombre d’années qu’ils pourraient passer en prison.

Il y a alors un autre stéréotype : payé par le crime informatique, et dont les responsables ne sont pas arrêtés. Le romanticisme ! Oui, il est vrai que quelques années en-arrière, dans plusieurs pays, les crimes informatiques n’étaient pas normalement traités par la justice, cependant, la situation a désormais changé : les organismes en charge de faire respecter la loi ont l’expérience et les connaissances techniques nécessaires, et ont fait de grands progrès en terme cybercriminels (cyber-CSI), et ont noué de bonnes relations de travail avec les professionnels, les rendant désormais capables de résoudre les crimes de haute technologie les uns après les autres.

Nous sommes toujours prêts à aider les agences nationales et internationales qui se chargent de faire respecter la loi, quand elles nous en font la demande. Je pense que le développement d’une telle collaboration est nécessaire pour le succès de la lutte contre la cybercriminalité, car les entreprises de sécurité sont les premières à posséder les connaissances nécessaires.

Maintenant, laissez-moi vous illustrer comment cela fonctionne en Russie…

SOPA sans moi.

– Ou pourquoi nous avons décidé de quitter la Business Software Alliance (BSA)

Salut à tous !

Récemment, la blogosphère U.S. s’est progressivement insurgée contre le nouveau projet de loi contre le piratage, le Stop Online Piracy Act ou SOPA. Les discussions sur ce sujet sont, pour rester poli, plutôt franches, avec des commentaires comme celui-ci :  »ces idiots viennent voler votre Internet », (à lire ici).

Qu’est-ce que le SOPA ?

Il trouve sa source et son développement dans un élément particulièrement opportun : la protection de la propriété intellectuelle. Mesdames et Messieurs, c’est très important !  »Tu ne voleras point » comme nous l’explique la Bible. Un auteur, ou plus généralement une équipe, a passé des nuits entières à rédiger un livre, composer une chanson, tourner un film, créer un logiciel ou tester une suite bureautique. Est-ce que cela ne mérite pas une rétribution financière ? Oui ou non ? Réfléchissez avant de répondre, quelqu’un pourrait se poser la même question au sujet de votre travail… alors ?

Les auteurs et les équipes créatives devraient être chéris, protégés et encouragés à créer plus de chef-d’œuvres. Par conséquent les législateurs américains ont montré clairement que SOPA était une priorité pour eux et de nombreux groupes de pression ont publiquement soutenu cette loi, dont la BSA. La loi peut être résumée de cette manière:

Suite à la décision d’une cour américaine…

Flickr photostream

Instagram