Étiquettes des archives : Grand Prix

Le Grand prix d’Abou-Dhabi

Comme le temps passe vite ! Il y a presque deux semaines, j’étais à Abou Dhabi pour une expérience riche en vitesse et en adrénaline, et il n’y a que maintenant que je prends le temps de vous raconter tout cela. Je m’excuse donc pour le retard les amis, j’ai parfois besoin de déconnecter complétement, me reposer et passer du temps auprès des miens. Dans ces moments, je remets tout le reste à plus tard. Et plus tard, c’est maintenant…

Donc comme je vous le disais, j’étais à Abou Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, pour le « Grand Prix du soleil couchant« .

Абу-Даби, финал Ferrari Challenge

Mais pourquoi ? Vous voulez dire hormis pour son magnifique coucher de soleil ?

Facile. Il arrive parfois que vous deviez rencontrer en chair et en os les personnes avec qui vous n’avez communiqué que par mail ou par téléphone. La communication indirecte c’est bien, mais rien ne vaut une bonne conversation en face à face…

Pour faire une analogie, disons que vous participez à un barbecue sur le bord d’un lac. L’un de vos collègues fait lui aussi un barbecue pas loin, mais autour d’un lac voisin. Et vous vous parlez par Skype.

Question: Etes-vous en train de déjeuner ensemble ou séparément ?

Mon humble réponse: Vous déjeunez séparément, et ne faites que mimer les interactions humaines.

En tant qu’homo sapiens, nous avons tous été conçus pour interagir avec nos semblables. Et plus la relation est proche, mieux c’est. Et c’est pour ça que je suis allé à Abou Dhabi. Ok, assez théorisé … il est temps de nous AMUSER !

Et niveau amusement, il y a de quoi faire à Abou Dhabi. A tel point que je dois m’efforcer de choisir ce que sera le plus amusant. Et je pense que ce que j’ai préféré c’est les montagnes russes géantes (on dit montagnes russes car les premières sont apparues à Saint Petersburg au 18º siècle).  Que dire de plus … C’était vraiment top !

1 seconde

2 secondes

En lire plus :Le Grand prix d’Abou-Dhabi

Monaco mise sous silence

La passion, la vitesse et le réveil des moteurs.

Eh bien ! C’est le moins que l’on pouvait espérer de la Formule 1. Mais regarder un Grand Prix en direct ? Je dois vous dire, pour être honnête, je ne vois pas l’intérêt.

Les voitures de course passent tellement vite qu’un clignement d’œil mal placé suffit pour manquer leur passage. Ça a plus de sens de regarder les courses dans les loges, là vous avez l’avantage des multiples caméras qui filment l’action sans arrêt. Mais évidemment, on peut regarder la télé n’importe où sur la planète. La solution idéale est d’avoir le meilleur des deux mondes : regarder la course sur une télé située à quelques mètres de la piste.

Vous regardez la télé, puis observez la réalité, vous revenez à la télévision et continuez ainsi, de l’écran à la réalité. De cette façon, vous êtes impliqué dans ce qui arrive. Mais le plus cool, c’est regarder la course dans les stands, avec toute l’équipe technique, pendant que les arrêts au puits sont réalisés en quelques instants (mais attention aux clignements !).

Mais il est possible de regarder un Grand Prix dans les stands dans seulement deux cas.

Le premier cas : si vous êtes de ceux qui changent les pneus en trois secondes, c’est-à-dire si vous êtes un robot ultra spécialisé qui a passé la majeure partie de sa vie adulte à s’entraîner pour vivre occasionnellement ces trois fameuses secondes. Les techniciens passent généralement la course à regarder les écrans sur des chaises pliantes et attendant les instructions du manager. Enfin, c’est la première option.

Le deuxième cas : regarder la course, sur un écran, dans le même stand, mais comme un des rares spectateurs autorisés à être là, appuyés sur un mur. Mais se tenir debout adossé au mur pendant 90 minutes à regarder la télé… on a vu mieux.

Finalement, la meilleure option, c’est quand il est possible de faire un peu de tout : combiner la réalité enivrante, la version détaillée de la télévision, faire un tour dans les écuries, dans les stands, être en pole position pour le départ et près du podium pour voir le champion sabrer le champagne. Oui, c’est la meilleure façon de le vivre, à coups sûrs ! Eh oui, j’ai été plutôt chanceux.

L’une des choses dont vous ne pouvez pas vous passer est d’un fan de F1 pour expliquer aux débutants ce qui se passe sur la piste. Comment et pourquoi cette voiture va-t-elle plus vite que celle-là ? Comment effectue-t-on un arrêt aux stands hyper rapide ?

Aloooors. On était là, tout près de la course, à deux pas du téléviseur, accompagné d’experts. Tout était prêt. ..

Il est temps de libérer notre passion de la vitesse !

Formula1 Monaco Grand Prix 2014 En lire plus :Monaco mise sous silence

Flickr photostream

Instagram