Étiquettes des archives : cyberguerre

Pire que l’odeur du Fromage : Et Maintenant, les Effrayants Scénarios qui Provoquent des Cauchemars – les Cinq Questions Principales sur la Sécurité IT.

Je me suis récemment demandé à combien d’interviews de presse je répondais chaque mois. Bien sûr, le total est assez inégal selon les mois, mais dans les périodes les plus intenses leur nombre peut aller jusqu’à 70 ! Et je parle seulement des interviews, c’est-à-dire, celles que je donne en personne ou par téléphone. Si je devais aussi inclure des entretiens via courrier électronique – le nombre serait juste incroyable.

Mais je ne me plains pas. Au contraire – j’aime les interviews ! Cela me rappelle Richard Branson et sa règle pour les interviews : « Si CNN me téléphonait pour me dire qu’elle veut me faire une interview, je laisserais tout tomber pour la faire. » Je suis aussi cette règle – à la lettre – non sans bonne raison.

La plupart des interviews sont ce à quoi vous vous attendiez. On me pose des tas de questions, je réponds du mieux que je peux, et voilà tout.

Mais je suis très rarement interviewé par un bon journaliste, méticuleux au point de chipoter, qui connaît non seulement tout de moi et de KL, et ce que nous faisons, mais aussi tout du sujet précis dont traite l’interview. Vers la fin de l’heure je suis épuisé, l’esprit lessivé, et j’ai l’impression que mon âme et mes réponses prolixes aux questions sophistiquées sortent en même temps de ma tête.

Ce sont les interviews les  plus usantes, mais aussi les plus utiles. Pourquoi ? Parce que pendant des sessions si intenses la matière grise et le mécanisme situé à l’intérieur du crâne fonctionne vraiment bien, et pense à de nouvelles façons d’approcher des sujets familiers ou à de nouveaux points de vue – à tel point qu’après la fin de l’entretien cet élan d’idées mène à toutes sortes de nouveaux aperçus. Il est vraiment fascinant de voir comment la connaissance créative naît. Et tout ça grâce à des journalistes ultra préparés qui font leur travail de manière magistrale. Respects. Et merci !

Curieusement, ce qui unit ces entretiens

Flame a changé le monde

Aussi longtemps que je vivrai, je n’oublierai jamais l’Oktoberfest de 2010. Oui, j’aime la bière, en particulier l’allemande, et concrètement celle de l’Oktoberfest. Mais je ne me rappelle même pas de la bière, et ce n’est pas parce que j’en ai trop bu J C’est à ce moment-là que nous avons reçu les premières informations d’une tendance désagréable, que j’avais craint durant des années. En effet, c’était la première fois que Stuxnet montrait son côté obscur –le premier programme malveillant créé avec l’aide de l’Etat et conçu pour accomplir une mission militaire précise. C’est ce dont nous avions précisément parlé lors de notre conférence de presse à l’Oktoberfest : Bienvenue dans l’ère de la guerre cybernétique ! Il était déjà évident que Stuxnet n’était que le commencement.

Peu de choses ont changé entre ce mois de septembre et aujourd’hui. Tout le monde avait une idée assez précise de qui se cachait derrière Stuxnet et d’où il venait, bien qu’aucun pays n’en a assumé la responsabilité; de fait, ils se sont éloignés de sa paternité autant que cela leur était possible. Cette « avancée » eu lieu à la fin du mois de mai quand nous avions découvert un nouveau malware, qui laissait peu de doutes quant à ses origines militaires et ses objectifs.

Oui, je vous parle aujourd’hui du malware Flame…

Flickr photostream

Instagram

Appel à l’action : Internet devrait devenir une zone sans armée.

Quelle est la différence entre un missile militaire et un malware ?

Il ne s’agit pas d’une blague –un malware peut prendre le contrôle d’un missile, mais un missile ne peut pas être utilisé pour détruire un malware. Avec les bons outils un missile peut être détourné par un malware, mais aucune puissance, aussi grande soit-elle, ne peut détourner un software malveillant une fois qu’il est actif.

Contrairement aux armes traditionnelles, le logiciel malveillant peut se reproduire à l’infini. Tandis qu’un missile peut souvent être contrôlé d’une certaine façon, le malware a tendance à attaquer sans faire de distinction : personne ne sait qui il touchera, ni quel virage il prendra sur son chemin. Sur les trajectoires impénétrables du Web, aussitôt qu’un black hat lance un malware pour gagner de l’argent rapidement, tout peut arriver. Il est impossible de calculer l’effet qu’il aura, ce qui pourrait être affecté par accident, et même comment il pourrait nuire à ses créateurs via un effet boomerang. Les gens ont tendance à faire des erreurs dans tout ce qu’ils font – et écrire des codes, malveillants ou autres, n’est pas une exception. Il existe de nombreux exemples de ce genre « de dommages collatéraux » – lisez mon article précédent sur les fortunes d’Internet.

Au moins, nous sommes en train d’assister à des efforts communs pour combattre les cybercriminels.

L’industrie de la sécurité resserre l’étau sur eux, et les gros poissons tel que Microsoft s’investissent. D’autres organisations à but non-lucratif et intergouvernementales rejoignent aussi le mouvement. Les gouvernements commencent à comprendre qu’Internet peut être une autoroute vers l’enfer, et se lèvent pour prendre les choses en mains. Un progrès est donc en cours.

Cependant, je suis davantage concerné par un autre côté de la sécurité Internet. Les astuces d’un cybercriminel sembleront bien ridicules face à une cyber guerre à l’échelle du Web. Oui, vous lisez bien – une cyber guerre du Web ! C’est là que les choses commenceront à être bien plus  compliquées et obscures.

Voici les faits…

Insérez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog