Étiquettes des archives : Altaï

Altaï 2016 : les chiens de la vague.

Après le rapide d’Akkem, nous attendait un autre jour de pure méditation et d’activité contemplative, qui n’ont été que rarement interrompus par les ordres du timonier, « pagayons un peu », « revenons vers le centre », « il y a un tourbillon », alors vous êtes prêts ?

En lire plus :Altaï 2016 : les chiens de la vague.

Flickr photostream

Instagram

Altaï 2016 : le parc aquatique du Katoun.

Une fois passés les rapides de Shyoki, le Katoun est une rivière relativement calme, et ce sur 200 kilomètres, les courants tranquilles de la rivière (cependant rapides) sont rarement interrompus. Tout autour, se trouvent des montagnes, des forêts luxuriantes et des champs, et personne en vue à des kilomètres à la ronde, à part nous. Nous n’avons même pas vu d’animaux sauvages, excepté des canards et des espèces locales de Netta et de cormorans qui faisaient des va-et-vient le long de la rivière.

Notre canot transportant des touristes faisait des éclaboussures sur la rivière, le capitaine était silencieux (il ne donnait pas l’ordre de pagayer). On en a donc profité pour admirer les paysages et les vues pendant qu’on flottait sur l’eau. Le soleil resplendissait, nous brûlait, on l’avait tout droit dans les yeux. On était comme en pleine méditation et au nirvana…

En lire plus :Altaï 2016 : le parc aquatique du Katoun.

Insérez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog

Altaï 2016 : Joues farcies et rapides.

Autrefois, quand j’entendais les mots Rivière Katoun ou simplement « Katoun », je m’imaginais des rapides et du rafting. Il s’agissait de la première chose qui me venait à l’esprit. Désormais, cette idée est gravée dans la pierre, après avoir parcouru plus de 400km en rafting et d’innombrables rapides, Dieu sait ô combien nous avons pagayé. Mais le Katoun n’est pas qu’un lieu aquatique pour faire du rafting, il s’agit aussi d’un endroit d’une incroyable beauté.

En lire plus :Altaï 2016 : Joues farcies et rapides.

Altaï 2016 : Héli-Béloukha et Aqua-Katoun.

Ça ne s’était jamais produit auparavant, mais cette fois-ci c’est la bonne (c).

Qui laisserait passer sa chance de voler à bord d’un hélico au-dessus des sommets pointus et des ravins profonds ? Sans parler de voler pour la première fois au-dessus du Béloukha, plus l’opportunité de faire du rafting sur la rivière Katoun !

Mais à quoi sert de parler ? Ce lieu est fait uniquement pour être contemplé (en photos)…

En lire plus :Altaï 2016 : Héli-Béloukha et Aqua-Katoun.

Altaï 2016 : le mont Béloukha multicolore.

Le mont Béloukha fut notre première destination. C’est un endroit connu, mais pas de tous. Et c’est bien dommage, parce que le lieu est absolument époustouflant ! Beau, monumental, énorme. Il y a de la neige, des glaciers, des rochers colorés, une verdure étincelante, des rivières blanches (« lait glaciaire ») et des cascades écumeuses blanches des montagnes, d’une eau pure et savoureuse. Mais nous avons décidé de commencer avec Stone Town, un lieu de culte qui suscite beaucoup d’intérêt pour les connaisseurs et fans de Roerich et ses forces secrètes de la nature en quête du mythe Shambhala de l’Altaï. Une brève promenade dans les gorges du Jarl vous mène vers le ruisseau du même nom (juste ici).

Hélas, le lieu de culte Stone Town n’a pas rencontré un franc succès auprès du groupe.

En lire plus :Altaï 2016 : le mont Béloukha multicolore.

Altaï 2016 : le grand parcours aquatique.

Salut tout le monde !

L’Altaï trône parmi les endroits les plus fascinants et magiques de la Terre. Ce lieu n’est pas uniquement beau, il a également ce petit truc en plus. Une sorte d’énergie spéciale qui sortirait des rochers ou bien quelque chose qui nous serait inconnu. Ici, les couleurs sont plus vives, l’eau est pure, l’herbe est plus verte, et les montagnes sont davantage en contraste avec leur environnement. Cette année, j’ai eu la chance de passer trois semaines dans l’Altaï avec mon équipe de choc d’aventuriers.

Nous avons fait de la randonnée, de l’hélico, et du rafting (sur la rivière Katoun).

Au total, nous avons parcouru près de 70 kilomètres jusqu’au lac Akkem et ses alentours, volé à bord d’un hélicoptère au-dessus du mont Béloukha, des sources du Katoun et avons fait du rafting sur les cours inférieurs de la rivière, au total nous avons parcouru environ 400km (quatre CENT kilomètres !!), et descendu sur un kilomètre le long de l’axe vertical. Voilà à quoi se résume mes « vacances d’été ».

Et voici à quoi elles ressemblaient.

En lire plus :Altaï 2016 : le grand parcours aquatique.