Résultats de recherche pour: Kouriles

Les trois capitales des Kouriles : suivez le guide

Sur les îles Kouriles, le paysage est plutôt morne, plat et simple. Conditions climatiques extrêmes, peu de liens avec le continent, un taux de marge de 100% sur les produits importés (et ils viennent pratiquement tous de Russie), et la menace permanente de devoir affronter une catastrophes naturelles comme une éruption volcanique, un tremblement de terre ou un tsunami !

Il faut être fort pour survivre dans cet environnement ; et encore plus fort pour l’apprécier. Pourtant, il y a des choses géniales aussi ; il suffit de savoir où regarder…

La superficie de l’archipel des Kouriles est à peine inférieure à celle d’Israël ou de la Slovénie. C’est aussi environ la moitié de celle de la Belgique. Cependant l’archipel compte envrion 20000 habitants, dont la moitié répartis sur trois villes: (i) Severo-Kurilsk (North-Kurilsk), (ii) Kurilsk, and (iii) Yuzhno-Kurilsk (South-Kurilsk). Ça coule de source…

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les deux premières agglomérations sont officiellement considérées comme des villes, mais pas la troisième alors qu’elle est plus peuplée que les deux autres villes réunies. La troisième agglomération est considérée comme  une « commune urbaine ». (Logique ?). Il y a aussi quelques minuscules hameaux ainsi que des petits villages de pêcheurs qui reprennent vie en été après une longue période d’hibernation.

Mais, à quoi ressemble donc la vie sur l’archipel des Kouriles ?

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En lire plus :Les trois capitales des Kouriles : suivez le guide

Klimat des îles Kouriles

Pour voir la toundra, inutile de vous rendre dans le Grand Nord (où le grand sud, comme en Terre de Feu). Vous pouvez trouver quelque chose de très ressemblant et à une latitude acceptable. Par exemple, sur les îles Kouriles.

Kuril islands

Dame Nature a eu du malade au moment de choisir le climat de l’archipel des Kouriles. D’un côté, on trouve l’eau fraîche de l’océan Pacifique ; et de l’autre, la mer glacée d’Okhotsk. Si le vent vient du sud, le climat devient chaud et humide ; mais s’il vient du nord, la fraîcheur du Sibérien prend le dessus. Comme vous le voyez, les choses peuvent devenir un peu confuses. En hiver, il règne souvent un froid glacial et on n’aperçoit de la neige à perte de vue ; alors qu’en été, il fait très froid, mais toujours humide, brumeux, bruineux et pluvieux. En lire plus :Klimat des îles Kouriles

Chikotan – Les Kouriles néo-zélandaises

Si vous connaissez la Nouvelle Zélande et qu’un jour vous vous réveillez sur l’île de Chikotan (sans savoir comment vous avez atterri là, ou pourquoi vous avez dormi si longtemps, etc), vous penserez probablement que vous vous êtes téléporté en Nouvelle Zélande. Ces deux endroits se ressemblent vraiment !

De jolis paysages verts et vallonnés, des micro-bambous, et un paysage pittoresque, plein d’arbres qui semblent parfaitement à leur place. Tous parfaitement taillés, d’un vert intense  (à tel point qu’on les croirait photoshopés) et brillant sous l’incontournable pluie des îles Kouriles. Si quelque part au centre l’île du Nord, on ajoutait des moutons et du soleil, ce serait une copie conforme de la Nouvelle Zélande.

Kuril Islands - Shikotan En lire plus :Chikotan – Les Kouriles néo-zélandaises

Toutes les choses extraordinaires que j’ai faites et vues en 2019 après J.C. !

Bonjour les amis et, avec un peu de retard, bonne année !

J’espère que vous avez tous passé de joyeuses, heureuses et très bonnes fêtes de fin d’année. Je n’en doute pas !…

Tout va bien. Commençons l’année… avec une petite rétrospective.

Comme je le fais souvent sur mon blog à cette époque de l’année, voici le résumé de 2019 : faits, chiffres, pays, vols, séjours, volcans, excursions, monastères, promenades, treks et bien d’autres choses. Waouh, c’est déjà mon sixième article (2014, 2015, 2016, 2017 et 2018) !

Mais… pourquoi est-ce une habitude ?

Il est certain que c’est un peu pour me faire plaisir, surtout lorsque j’aborde certains aspects comme le nombre de voyages que j’ai faits ou d’autres statistiques. J’ai la chance de découvrir des lieux très intéressants et de vivre des choses passionnantes ce qui, je le pense, intéressent sans aucun doute certains de mes lecteurs. Vous n’avez peut-être pas lu tous les articles que j’ai publiés cette année (puisqu’il y en a un certain nombre). Par conséquent, il serait certainement intéressant de mentionner rapidement les grands succès de cette année (y compris mon début d’année dans les montagnes équatoriennes dans une piscine thermale à quelques 3600 mètres d’altitude). Du moins je l’espère. Bon, j’arrête de me justifier et on y va…

Voici les eaux thermales équatoriennes dont je parlais :

En lire plus :Toutes les choses extraordinaires que j’ai faites et vues en 2019 après J.C. !

Nouvelle approche des plus beaux pays du monde.

Allons à la découverte de quelque chose de complètement différent et de non-industriel. En réalité, c’est tout l’opposé, une beauté à la fois naturelle et façonnée de la main de l’Homme. Pourquoi ? Voici pourquoi…

Il n’y a pas très longtemps, quelque part (je n’arrive pas à me souvenir d’où), je me suis rappelé de cette phrase « le plus beau pays du monde ». Je n’y pensais pas trop ces derniers temps, mais il semblerait que mon inconscient en ait décidé autrement. Ah, sacré subconscient.

Quelques semaines plus tard, effectivement, j’ai été contraint de revenir sur le sujet, j’ai donc jeté un coup d’œil sur Internet, où j’ai bien sûr trouvé différentes listes de toutes choses telles que « Le Top 10/20 des plus beaux pays du monde ». Il s’est avéré… que la plupart en parlaient sans même avoir été en Amérique Latine, en Chine Centrale, au Kamchatka, ou dans les Iles Kouriles.

Je dois admettre que déterminer les plus beaux pays du monde est une tâche difficile : la beauté est subjective, ce qui signifie que les critères le sont aussi. Je veux dire quels critères devraient ou pourraient être pris en compte ?

Eh bien, je peux vous donner un aperçu, avec mon Top 100 des lieux incontournables à visiter dans le monde. Grâce à cette liste, vous (dans ce cas je) pouvez calculer les niveaux de beauté… mais en tenant compte des tailles des territoires ! Dans ce cas, nous nous penchons sur « l’ensemble le plus beau » au lieu de la « quantité des beaux endroits dans un pays en particulier ».

En lire plus :Nouvelle approche des plus beaux pays du monde.

Où se baigner à travers le monde – 2ème partie.

Très bien. On continue de nager jusqu’au prochain arrêt de bus, j’ai nommé l’Europe.

6. Mer chaude, Santorin.

Santorin est une île volcanique, ou un volcan sur une île. Il s’agit en réalité d’un cercle d’îles, qui sont les restes de la caldera d’un énorme volcan d’il y a de ça des millénaires, où se trouve au milieu un volcan encore en activité, qui de temps en temps entre en éruption et ne cesse de se développer. J’étais à Santorin récemment, où j’ai écrit pas mal d’articles à ce sujet.

world-best-swim_1

En lire plus :Où se baigner à travers le monde – 2ème partie.

LES GROSSES ATTRACTIONS DE BARCELONE

Barcelone, ça faisait longtemps que je ne m’y étais pas rendu, depuis ma dernière visite, lors du Congrès Mondial de la Téléphonie Mobile, en 2012, il y a quatre ans de cela. Ceux qui pensent que c’est un pêché, pardonnez-moi. Et oui, moi aussi je considère que c’est mal. Ceci dit, c’est plutôt amusant de lire quelques-uns de mes anciens récits de voyage !

Cessons d’être nostalgiques, laissez-moi revenir au présent et continuer mon histoire. —>

L’Exposition a beaucoup évolué au cours de ces quatre dernières années. Elle était connue pour être un évènement très important, quoi que très centré sur les portables / smartphones avec une atmosphère locale bien présente. Aujourd’hui, elle a évolué comme étant une énorme exposition mondiale semblable à l’échelle du Salon Consumer Electronics Show à Las Vegas, ou à l’immense exposition CeBIT à Hanovre… ou du moins ce qu’il en était. Malheureusement, et pour certaines raisons, les participants internationaux de CeBIT sont partis ailleurs. Le bon vieux méga CeBIT a cessé d’être dans toutes les langues du monde, devenant une exposition informatique clairement en langue allemande, ce qui est navrant.

D’accord, cessons d’être pessimistes. Il est temps pour moi d’aller à l’essentiel.

Le Salon de Barcelone est désormais différent ! Il y a huit pavillons énormes, presque tous débordant de stands et de foules de visiteurs affairées autour des expositions. L’ambiance est vraiment terrible, dans le bon sens du terme.

Nous sommes également présents sur le Salon ici :

En lire plus :LES GROSSES ATTRACTIONS DE BARCELONE

Top 100 : La Russie

Salut les amis !

Continuons avec mon voyage autour des 100 plus beaux lieux du monde, qu’il faut visiter au moins une fois dans sa vie afin de ne pas avoir de regret !

Prochaine étape : le plus grand pays du monde !

Dans la plaine d’Europe orientale qui se situe en Russie, il n’y a pas de destinations incontournables en termes de beauté de la nature. Évidemment, il y a des coins magnifiques, mais aucuns d’entre eux n’entre dans mon Top 100. À l’est de l’Oural se trouve la plaine de Sibérie occidentale, qui est une plaine remplie de toundra / taïga / steppe (respectivement du nord au sud), de marécages, de rivières, de lacs, d’exploitations pétrolières et de moustiques. Les lieux qui méritent vraiment leur place dans mon Top 100 se situent encore plus à l’est. Mais j’y reviendrai dans un instant. Pour le moment…

  1. La place Rouge et le Kremlin

Beaucoup de nos amis étrangers, qui viennent nous rendre visite à Moscou, affirment que la place Rouge, avec la cathédrale Saint-Basile au fond, le Kremlin d’un côté et le Goum de l’autre, est la plus belle d’Europe, notamment de nuit, lorsqu’elle s’illumine. Et qui suis-je pour dire le contraire ? Je suis moi aussi un grand fan.

Remarque : Saint-Pétersbourg faisait partie de mon Top 20 des villes dans le monde.

Source
Source

info_ru_20
wiki_fr
map_ru_20
gmaps
Photos
google

flickr

En lire plus :Top 100 : La Russie

Terra Incognita : le Koshelev, volcan du sud du Kamtchatka

Notre voyage annuel au Kamtchatka de 2015 touchant inexorablement à sa fin, il ne nous reste plus qu’un volcan à découvrir : le Koshelev.

Nous parlons du Koshelev au singulier, alors qu’il ne s’agit pas d’un seul volcan. En effet, le Koshelev correspond à cinq volcans, tous entrés en éruption à différents  moments, et qui forment un ensemble volcanique gigantesque. Ils sont tous anciens et en partie effondrés, ce qui les rend encore plus photogénique.

Les parties du Koshelev que nous avons admirées (les sommets occidentaux) sont composées de couches de lave (centres de vieux cratères) multicolores, dues à d’anciennes activités volcaniques. Plusieurs nuances de noir, de blanc, de rouge et de jaune, qui brillaient sous l’éclat du soleil. Nous avons eu la chance de profiter d’une magnifique journée ensoleillée pour visiter le Koshelev.

kamchatka-volcanoes-koshelevsky-1

kamchatka-volcanoes-koshelevsky-2

kamchatka-volcanoes-koshelevsky-3

En lire plus :Terra Incognita : le Koshelev, volcan du sud du Kamtchatka

Kamtchatka 2015 : sommets enneigés et sources chaudes

D’autres choses à ne pas rater au sud de Paratunka : les sources chaudes près du volcan Khodoutka. Ce ne sont pas seulement des sources, car elles forment en réalité un véritable lac d’eau chaude. Et l’eau n’est pas seulement chaude, elle est plutôt brûlante : sa température tourne autour des 43oC. Maintenant, si vous avez un cœur aussi résistant que celui d’un athlète, vous pouvez vous baigner dans le lac, mais je ne pense pas que vous auriez envie de faire une course en crawl, vous en ressortiriez à moitié cuit. C’est dommage. Tout de même, s’assoir dans le lac est une manière très satisfaisante d’admirer tout le paysage environnant.

kamchatka-2015-khodutka-hot-springs-1

kamchatka-2015-khodutka-hot-springs-2

En lire plus :Kamtchatka 2015 : sommets enneigés et sources chaudes